Égalités / Monde

Des policières mexicaines engagées en fonction de leur sex appeal

Temps de lecture : 2 min

À Querétaro, le chef de la police a voulu créer une unité spéciale de jolies policières affectée au centre touristique de la ville.

La ville mexicaine d’Acapulco a été inspirée par l’initiative du chef de police de Querétaro | Capture d’écran Twitter

Dans la ville de Querétaro, au Mexique, deux policières viennent de porter plainte contre le chef de police local, qui a, selon elles, mis en place un système de sélection fondé sur l’apparence physique, rapporte le Guardian.

Les policières, qui sont soutenues par l’ONG de défense des droits des femmes Coincidir Mujeres, expliquent que les officiers de police leur ont fait subir des inspections où ils critiquaient leur poids et leur apparence. L’idée était apparemment de créer une unité spéciale de jolies policières affectée au centre touristique de la ville.

Selon une porte-parole de l’ONG Coincidir Mujeres, il y a aussi eu une augmentation des plaintes pour harcèlement sexuel au sein de cette unité de police.

Talons hauts et vêtements moulants

Le nouveau chef de la police de Querétaro, Hidalgo Eddy, travaillait auparavant dans l’État d’Aguascalientes, où, en 2010, il a mis sur pied une unité de policières qui patrouillaient en bottes à talons hauts et vêtements moulants.

Des policières mexicaines à Aguascalientes.

Elles avaient même posé avec le président Enrique Pena Nieto en 2013 mais le projet vient d’être abandonné. Les femmes policières sont maintenant habillées en uniforme normal. Selon les experts locaux, l’unité sexy n’avait pas eu d’impact positif en matière de sécurité.

Malgré tout, cette idée a inspiré d’autres commissariats mexicains, notamment à Acapulco, qui a actuellement une unité de policières jeunes et jolies.

Acapulco accueille les touristes avec une unité de police sexy.

Ce sont en général des étudiantes en short et polo moulant, elles ne sont pas armées et sont là pour aider les touristes et donner une image positive de la ville, qui est devenue une des plus dangereuses du pays. Le chef de la police, Manuel Flores, explique au site Fusion qu’être mignonne n’est pas obligatoire, même si ça aide. «J’ai des grosses, des minces, un peu de tout», résume-t-il.

Slate.fr

Newsletters

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

«Couilles.» Donald Trump, Kanye West et même Yann Moix n’ont que ce mot à la bouche. Une fixette qui en dit long.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

En Arizona, des détenues protestent contre l'absence des produits d'hygiène de base

En Arizona, des détenues protestent contre l'absence des produits d'hygiène de base

L'administration pénitentiaire, qui est l'une des mieux financées de l’État, demeure indifférente aux pénuries de papier toilette.

Newsletters