Économie / Monde

Une entreprise japonaise s'excuse publiquement de devoir augmenter le prix de ses glaces

Temps de lecture : 2 min

Les dirigeants d'Akagi Nyugyo ont tourné un spot destiné à se faire pardonner du grand public pour cette première hausse en vingt-cinq ans. Le montant: huit centimes.

Cela faisait vingt-cinq ans que le prix de leur produit phare n'avait pas augmenté. Le 1er avril dernier, l'actionnaire de la marque spécialisée dans les desserts glacés Akagi Nyugyo, Hideki Inoue, et son president Inoue Sota ont tenu à marquer le coup quand la hausse du tarif des Garigari-kun de 60 à 70 yens (48 à 56 centimes d'euros) est devenue effective.


Un spot commercial est ainsi passé à la télévision nationale présentant les deux hommes et leurs collaborateurs faisant acte de contrition devant les locaux de l'entreprise, rapporte le site Quartz. Après vingt-cinq ans sans hausse, le maintien à 60 yens n'était tout simplement plus tenable. La vidéo a été visionnée plus d'un million de fois sur YouTube.

Akagi Nyugyo vend chaque année près de 4 milliards de glaces. Les Garigari-kun lancés en 1981 à un prix de 50 yens avec des parfums aussi étranges que spaghetti ou potage de maïs visaient le marché des enfants. La décision de l'entreprise ainsi que d'autres marques prestigieuses comme les whisky Suntory d'augmenter leur prix devrait satisfaire la banque centrale du pays qui craint un risque de déflation. En décembre dernier, elle appelait les syndicats japonais à demander des hausses de salaire.

Slate.fr

Newsletters

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

La Thaïlande explose le tourisme mondial (et son écosystème)

La Thaïlande explose le tourisme mondial (et son écosystème)

Le tourisme fait la fortune du pays en même temps qu'il en dévaste la faune et la flore.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Newsletters