Monde

Des hugs pour sauver la Grande-Bretagne du «Brexit»

Temps de lecture : 2 min

Les Européens sont encouragés à témoigner tout leur amour des Britanniques pour faire pencher la balance du côté d'un maintien dans l'Union lors du vote du 23 juin prochain.

Ils ne pourront pas voter, mais ça ne les empêchera pas de s'exprimer. Un groupe de jeunes européens installés à Londres a lancé une campagne pour s'opposer publiquement au Brexit, en s'appuyant sur les réseaux sociaux. Leur idée est simple: ils encouragent toutes les personnes originaires d'un pays de l'Union européenne à se prendre en photo en train de faire un hug à un Britannique puis de la poster avec les hashtags #PleaseDon’tGoUK ou #hugabrit, rapporte le journal The Local.

«C'est une démarche un peu hippy, mais on a besoin de cet idéalisme là. Les gens sont toujours à se disputer pour des histoires de concombres ou de bonnets de douche. On voulait faire passer un message positif plutôt que de ne parler que de directives et de règlements», confie Katrin Lock, une Allemande installée à Londres depuis onze ans.

Les participants sont encouragés à exprimer leur attachement pour la Grande-Bretagne. The Local rapporte que si beaucoup de messages vantent l'humour et la culture britanniques –une Allemande a posé en train de faire un hug à Jarvis Cocker, le leader du groupe Pulp; une autre avec une statue de Virginia Woolf–, d'autres s'attardent sur des considérations plus concrètes craignant le contre-effet d'un départ de l'Union européenne.



Le référendum est prévu pour le 23 juin prochain. D'autres initiatives similaires tentent de faire peser la balance pour un maintien dans l'Europe. Des hommes d'affaires, la compagnie aérienne Ryan Air ou de nombreux scientfiques ont ainsi pris publiquement position contre le Brexit. Un sondage mené entre les 24 mars et 4 avril donnait les deux camps au coude-à-coude autour de 50%.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters