Monde / Sports

En Californie, des radars de vitesse sur les circuits de VTT

Temps de lecture : 2 min

Dans un parc au nord de San Francisco, des agents auront pour charge de vérifier que les bikeurs ne roulent pas à plus de 24 km/h.

Mountain Bike / Roderick Eime via Flickr CC License by
Mountain Bike / Roderick Eime via Flickr CC License by

Le comté de Marin situé au nord de San Francisco en Californie est réputé pour ses espaces naturels, très fréquentés par les cyclistes. Ces derniers sont soumis à des limitations de vitesse, y compris sur les circuits de mountain bike. Or, les autorités locales du département des parcs du comté ont annoncé que deux agents du shérif seront chargés de faire respecter ce qui n’était jusqu’à présent qu’une règle théorique, écrit le San Francisco Chronicle.

Pour réduire le risque de collision entre cyclistes et randonneurs à pied ou à cheval, les agents seront munis de pistolet-radars lors de leurs contrôles inopinés. Ce, pour le plus grand bonheur des médias qui ont abondamment relayé la nouvelle, et au détriment des «bikeurs» qui regrettent une telle ingérance de la puissance publique dans la régulation de leur sport favori. La vitesse sera limitée à 15 miles/heure, soit environ 24 km/h.

En France, le code de la route s'applique aux cyclistes, qui doivent respecter les limites de vitesse prévues pour les véhicules motorisés. En 2012, la mairie de Cagnes-sur-Mer a limité à 10 km/h la vitesse des cyclistes sur les pistes cyclables.

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters