Monde

David Cameron et les Panama Papers, djihad et solitude: les sept liens capitaux du 8 avril 2016

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 08.04.2016 à 8 h 17

Repéré sur The Guardian, The Reykjavik Grapevine, Télérama, Wired, The New York magazine

Vous ne pouvez pas commencer votre journée sans lire ces sept articles.

David Cameron, le 5 avril 2016, à Birmingham, au Royaume-Uni. | Christopher Furlong / AFP

David Cameron, le 5 avril 2016, à Birmingham, au Royaume-Uni. | Christopher Furlong / AFP

Panama Papers. Le Premier ministre britannique admet avoir eu des parts dans un fonds offshore de son père. «Les vingt-quatre prochaines heures pourraient changer le Royaume-Uni», a tweeté le 7 avril au soir le lanceur d'alerte Edward Snowden pour souligner l'importance de ces nouvelles révélations dans le cadre la diffusion des Panama Papers.

L'Islande a déjà changé. Un homme politique a déjà démissionné sous la pression du peuple d'un pays après la diffusion des Panama Papers: le Premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson. Un jeune romancier islandais regrette presque ce départ, explique-t-il dans un édito: 

«A la fin, ils l'ont exposé comme une cible, comme les pédophiles, avec les caméras qui tournent. Il fallait le voir agonisant, si profondément humain, mais poétique d'une certaine manière. Une nation athée ne le pardonnera jamais. Tout sera fade en comparaison au spectacle qu'il était. Ce sera notre malédiction.» 

Comment devient-on djihadiste? Education, parents, religion, femmes… Est-il possible de faire un portrait-robot du combattant de l'Etat islamique venu d'Occident? Les travaux de l'anthropologue américain Scott Atran sur la radicalisation livrent des résultats parfois surprenants. Télérama l'a interviewé en longueur pour comprendre ces comportements.

L'Église catholique au XXIe siècle. Le Pape François est sur le point de dévoiler un document qui révèle comment les membres de l'Église catholique doivent envisager le divorce et les relations homosexuelles, des questions sur lesquelles il n'y avait jamais eu de ligne claire jusqu'à présent. Selon le New York Times, ce document –intitulé Laetitia Amoris en latin, soit «La Joie de l'amour» en Français– devrait être une étape importante dans l'histoire de l'institution religieuse.

Seul en ville. Dans quelle ville du monde se sent-on le plus seul? The Guardian a parcouru le monde pour demander ce qui provoquait le sentiment d'isolation dans les plus grandes métropoles. Parmi les villes citées: Tokyo (Japon), Vancouver (Canada), New York (Etats-Unis), Stockholm (Suède).

La ville doit s'adapter aux voitures. Les villes américaines ne sont pas faites pour les voitures sans conducteur. Alors que Google et Tesla travaillent à des modèles de voitures où il n'y aura plus besoin de chauffeurs, Wired argumente que les villes américaines ne sont pas du tout faites pour ça et qu'elles doivent être repensées.

Trouver l'amour dans les années 80 et 90. Avant l'arrivée des sites de rencontres comme Meetic ou OkCupid, ou les applications comme Tinder ou Happn, les gens s'envoyaient des mots doux ou cherchaient l'amour via les journaux. Le New York Magazine s'est amusé à en sortir quelques uns de ceux qu'il a publiés dans les années 80 et 90. Par exemple: 

«On se connait? Sûrement pas, c'est pour ça que j'ai payé avec ma carte American Express pour cette petite annonce. J'ai 36 ans, je suis juif, je cherche une femme qui a entre 28 et 34 ans, qui ne fume pas, qui a le sens de l'humour et soit pleine de joie de vivre».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte