Monde

Comme en France, les politiques américains ont du mal avec le métro

Temps de lecture : 2 min

Côté Démocrates, Bernie Sanders et Hillary Clinton ont démontré leur manque de connaissance ou de pratique des transports en commun, à l'approche des primaires de New York.

Hillary prend le métro
Hillary prend le métro

Pour voir si un politique connaît le quotidien des «vrais gens», rien de tel que de lui poser des questions sur le métro. C'est vrai aussi bien en France, où Nathalie Kosciusko-Morizet s'était ridiculisée avec son ticket à 4 euros, qu'aux États-Unis, où le comité de rédaction du quotidien New York Daily News a voulu savoir si Bernie Sanders, le candidat socialiste, connaissait vraiment le moyen de transport du «peuple».

À la question «comment on prend le métro?», Sanders a répondu: «tu prends un jeton et tu rentres».

Le problème, c'est que les jetons n'existent plus dans le métro new-yorkais depuis 2003. Ces petites pièces en cuivre ont été remplacées par des cartes magnétiques –les MetroCards– mais Sanders a une bonne excuse: quoique né à Brooklyn, il vit dans le Vermont, dont il est sénateur, depuis 1968.

Ce qui n'a pas empêché Hillary Clinton de se moquer gentiment de lui. En pleine campagne pour les primaires de l'État de New York, qui auront lieu le 19 avril, l'ancienne première dame a pris le métro pour deux stations dans le Bronx, et a déclaré aux journalistes présents:

«Je crois que c'était pendant mon premier mandat [de sénatrice] qu'on est passé des jetons aux MetroCards.»

Mais comme le métro est toujours un lieu semé d'embûches pour les politiques, Clinton a dû faire glisser sa carte quatre ou cinq fois avant de pouvoir enfin passer le tourniquet, un peu comme une touriste. Évidemment, la scène était filmée:

Certains New-Yorkais ont sympathisé: ce genre d'incident n'est pas rare, même chez les usagers fréquents de la MetroCard.

Entourée par plusieurs agents des services secrets, Clinton était souriante dans le wagon:


Malgré le chaos, Clinton a eu l'air d'apprécier le voyage. Elle a dit qu'elle avait pris le métro pour la dernière fois i il y a un an et demi ou deux.

Le républicain ultraconservateur Ted Cruz était aussi de passage à New York avant les primaires, et il n'a pas été très bien accueilli, notamment dans le Bronx, où plusieurs militants lui ont dit haut et fort qu'il n'était pas le bienvenu.

Connu pour avoir déclaré que les «valeurs de New York» étaient liées à l'obsession de l'argent et des médias, Cruz n'a pas beaucoup de fans dans la Grosse Pomme. Très peu en tous cas chez le New York Daily News, qui a fait sa une sur la venue du sénateur, en utilisant la métaphore du métro pour, en gros, lui dire d'aller se faire foutre.

«Chéri, comment on sort du Bronx? Prends le train F U, Ted!»

Slate.fr

Newsletters

En Roumanie, le sacerdoce de la Dr Ciupitu

En Roumanie, le sacerdoce de la Dr Ciupitu

En Roumanie, la moitié de la population vit en zone rurale, mais les médecins de campagne sont deux fois moins nombreux que celles et ceux des villes. Floarea Ciupitu pratique à Gangiova, un village du sud-ouest de la Roumanie, depuis trente...

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Depuis une dizaine d'années, le disco polo s’impose comme référence de l’industrie musicale polonaise. Au point d'attirer l'attention des politiques et d'exaspérer les milieux intellectuels.

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

Newsletters