Culture

Les écrivains français s'auto-censurent-ils?

Temps de lecture : 2 min

Sur près de 300 romans de la rentrée littéraire 2009, une centaine de livres ont été relus par quelques avocats spécialistes de l'édition, pour veiller à ce que rien, dans ces fictions ne choquent ou ne déplaisent, et ne puissent donner lieu à des procès. Dans Esprit Critique (France Inter du 13 octobre), Baptiste Etchegaray s'est penché sur la nouvelle autocensure, celle qui conduit parfois les écrivains à brider leur imaginaire.

L'avocat Emmanuel Pierrat souligne que «le nouveau tabou en littérature, c'est la santé publique. Je fais attention à ce que le héros ne picole pas positivement par exemple.» Comprendre: si un héros picole et trouve le bonheur quand même, c'est un problème. Les questions sexuelles posent évidemment problème aussi. Surtout depuis 1994, quand un nouvel article du Code pénal stipule que «tout message à caractère pornographique susceptible d'atteindre un mineur est passible de poursuites pour l'auteur.» On peut donc désormais attaquer des romans. Le livre Rose bonbon en 2002 en fait les frais.

L'auteur Marie Darrieusecq s'inquiète: «On confond le fantasme avec le passage à l'acte. (...) On a tous des fantasmes illicites: dans notre tête il se passe des choses illégales. (...) C'est comme si aujourd'hui on ne supportait plus d'avoir en nous des fantasmes mauvais et qu'il fallait y compris contrôler ces projections de notre imaginaire. In fine je peux assez facilement imaginer un monde dans lequel on serait vérifié et évalué sur ce qu'il y a dans notre imagination.»

Il faut cependant relativiser: la censure n'arrive pas toutes les semaines en France, et certains éditeurs, comme P.O.L., souligne Darrieusecq qui publie chez eux, ont pour devise d'explorer «les frontières de ce qui est communément admis», explique Etchegaray.

Au-delà de la fiction, les mémoires d'écrivains racontant des faits illicites pour lesquels ils ont été condamnés n'ont plus droit d'être publiés en France. Aujourd'hui, le Journal du Voleur de Jean Genet ne pourrait plus être publié.

[Ecouter le reportage complet sur FranceInter]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Books, Austinevan, flickr

Newsletters

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

Pourquoi ne pourrions-nous pas faire la fête jusqu'à la fin de notre vie? Si la musique électronique est victime d'un sacré paquet de clichés, les plus de 65 ans aussi.

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

«La Voix d'Aïda» de Jasmila Žbanić, «Tout s'est bien passé» de François Ozon, «La Troisième Guerre» de Giovanni Aloi et «Stillwater» de Tom McCarthy attirent l'attention parmi les pléthoriques sorties de la semaine.

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

La publication d'inédits est l'occasion de revenir sur les origines du chef-d'œuvre de Marcel Proust et la transposition fictionnelle de son entourage.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio