Société

VIDÉO. Quand Williamsburg n'était pas (encore) un quartier de hipsters

Temps de lecture : 2 min

Un documentaire montre à quoi ressemblait ce quartier dans les années 1980. Les hommes branchés et barbus n'étaient pas encore arrivés.

Williamsburg –ce quartier de Brooklyn à New York où le prix des logements est maintenant supérieur à celui de Manhattan– a bien changé en trente ans.

Si l'on peut trouver aujourd'hui des milliers de photos sur Instagram qui détaillent la vie de ce quartier où le nombre de coffee shops a explosé, où une fabrique de chocolat branchouille s'est installée et où le supermarché des bobos devrait bientôt arriver, il est plus rare de voir des images de Williamsburg dans les années 1980.

C'est tout l'intérêt de Los Sures de Diego Echeverria, un film tourné en 1984 (et en 16mm) qui donne à voir le «southside» de Williamsburg. À l'époque, le quartier était l'un des plus pauvres de New York, il était majoritairement peuplé de Portoricains et de Dominicains.

En 1984, pas de barbiers, ni de macchiato, plutôt des concours de break dance, plein d'enfants qui jouent dans la rue, mais aussi des bagarres meurtrières.

Quand s'est donc amorcé le changement? Le réalisateur Diego Echeverria, né au Chili avant de passer son enfance à Puerto Rico, date le début de l'évolution du quartier à la fin des années 1980, disait-il à Vice en 2014:

«Le taux de chomâge était élevé. Survivre économiquement était compliqué. Il manquait des services. Les écoles traversaient une grave crise. Les jeunes abandonnaient en nombre. Et il n'y avait aucun projet immobilier ou de rénovation immobilière. [...] À la fin des années 1980, je me souviens que plusieurs artistes ont emménagé. Cela ne s'est pas passé du jour au lendemain.»

Le film connaît une seconde vie aujourd'hui depuis que l'UnionDocs Center for Documentary Art a mis la main dessus en 2007 et l'a projeté pour les habitants du quartier. Los Sures est devenu un projet sur le web, où chacun peut désormais raconter la façon dont il a vu changer ce coin de Williamsburg.

Newsletters

«Mon conjoint voudrait que j'accepte de tout partager avec ses parents»

«Mon conjoint voudrait que j'accepte de tout partager avec ses parents»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Marion, dont le compagnon ne sépare pas sa vie de couple et celle qu'il partage avec sa famille.

Un sportif au Panthéon, c'est pour quand?

Un sportif au Panthéon, c'est pour quand?

[BLOG You Will Never Hate Alone] En ce jour où on célèbre la panthéonisation de Joséphine Baker, on pourrait se demander pourquoi aucun athlète n'a encore connu pareil honneur.

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Nul besoin de vouloir un enfant à court terme pour avoir le droit de faire le point.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio