Monde

Bernie Sanders avait aussi prédit les Panama Papers

Temps de lecture : 2 min

Le sénateur du Vermont avait mis en garde ses collègues, en 2011, sur l'évasion fiscale au Panama.

Bernie Sanders lors d'un meeting, à Dearborn, dans le Michigan, le 7 mars 2016. Geoff Robins / AFP.
Bernie Sanders lors d'un meeting, à Dearborn, dans le Michigan, le 7 mars 2016. Geoff Robins / AFP.

Même s'il reste encore loin derrière Hillary Clinton, Bernie Sanders est toujours dans la course pour l'investiture démocrate avant la présidentielle américaine de novembre 2016. Si le sénateur du Vermont a remporté le Wisconsin, dans la nuit du 5 au 6 avril, il compte toujours près de 250 délégués de retard sur l'ancienne secrétaire d'État américaine.

Si les Panama Papers ne devraient pas avoir un rôle décisif dans la campagne américaine, côté républicain ou démocrate, il est possible que les soutiens de Sanders rappellent une nouvelle fois à quel point leur poulain est régulièrement du bon côté de l'histoire. Comme l'indique Wired, en 2011, Bernie Sanders avait averti le Sénat que le Panama était «un leader mondial en matière d'évasion fiscale pour les grosses entreprises et les plus riches des Américains».

«Cette semaine, ces mots sonnent étrangement prophétique, et l'équipe de campagne de Sanders, de son côté, aimerait bien vous le rappeler.»

En dessous cette vidéo, on peut lire:

«Bernie s'est opposé à l'accord de libre échange avec le Panama, signé en 2011 parce qu'il s'inquiétait du fait que cela permettrait à de riches Américains et de grandes entreprises de pratiquer l'évasion fiscale en planquant leur argent dans des paradis fiscaux. Aujourd'hui, avec la publication des Panama Papers, on découvre qu'il avait raison. Ces documents prouvent que 214.000 entreprises utilisent le Panama pour pratiquer l'évasion fiscale. C'est inacceptable, et ça doit changer.»

Le blog politique, The Hill, précise que 21 sénateurs démocrates s'étaient opposé à cet accord, tandis qu'Hillary Clinton, alors secrétaire d'État avait loué ce texte. Sanders en a d'ailleurs profité pour glisser un tacle à Clinton, ce mardi.

«Mon adversaire s'était opposé à cette accord d'échange, alors qu'elle affrontait Barack Obama lors de la primaire démocrate en 2008. Mais, quand cela comptait vraiment, elle a fait marche arrière et a soutenu l'accord de libre échange avec le Panama via le Congrès en tant que secrétaire d'État. Les résultats ont été désastreux.»

Ce n'est pas la première fois que Sanders et ses soutiens rappellent la capacité de vision du candidat démocrate sur les sujets qui comptent, depuis la lutte pour les droits civiques dans les années 1960 à l'opposition à la guerre en Irak en pssant par le soutien au mariage gay et la prévision de la crise de 2008.

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters