France

Quelle personnalité a le plus de rues à son nom dans votre département?

Mathieu Garnier et Etienne Quiqueré, mis à jour le 19.04.2016 à 8 h 45

«Régionaux de l'étape», impact d'une œuvre artistique, trajets historiques... Les noms de rues nous en disent beaucoup sur la géographie de notre pays.

On l'a vu dans les deux premiers épisodes de notre série sur les noms de rues: le nom de la voie où vous habitez est souvent révélateur de l'histoire de France, des grands hommes et femmes qui l'ont dominée, ou ont marqué le monde. Mais il dit aussi beaucoup de notre géographie.

Certains odonymes sont très caractéristiques d’un coin particulier de la France. C’est évidemment le cas pour les noms communs (on a plus de chance de trouver une rue du Beffroi dans le Nord qu’en Provence et un chemin des Vignes dans le Bordelais qu’en Bretagne…), mais le phénomène s’applique aussi à certains noms propres.

Cette préférence «régionale» se voit ainsi assez bien si l'on cartographie, comme ci-dessus, le nom de personnalité le plus courant sur les plaques de chaque département. La prééminence de De Gaulle, qui truste la moitié des départements, saute aux yeux. Derrière lui, Louis Pasteur perce clairement dans la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté, dans l'ouest de l'Île-de-France et dans le Nord, reflet d'une vie qui l'a vu naître à Dole (Jura), publier certains de ses travaux les plus célèbres à Lille et mourir à Marnes-la-Coquette, à la frontière des Hauts-de-Seine et des Yvelines.

Le joli tir groupé dans quatre départements provençaux de Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature 1904 et pilier du Félibrige, le mouvement qui vise à réhabiliter et codifier le parler provençal, n'est évidemment pas anodin, tout comme la belle présence de George Sand dans le Centre (l'écrivaine est attachée à la commune de Nohant-Vic, dans l'Indre). Et ce n'est bien sûr pas un hasard si Jaurès surnage dans les terres du radical-socialisme que sont le Sud-Ouest et l'Auvergne et dans l'(ex) banlieue rouge de Seine-Saint-Denis, évidemment.

Certaines personnalités n'arrivent en tête «que» dans un département, celui où elles sont nées: citons François-René de Chateaubriand (Ille-et-Vilaine), Georges Clemenceau (Vendée), Georges Pompidou (Cantal), le marquis de La Fayette (Haute-Loire), François Arago (Pyrénées-Orientales), Hector Berlioz (Isère), François Rabelais (Indre-et-Loire), Ronsard (Loir-et-Cher), Raymond Poincaré (Meuse) ou le maréchal Leclerc (Somme).

Cette carte ne nous montre que la domination d'un nom sur un territoire précis; elle ne nous indique pas, en revanche, comment ce nom a pu aussi se diffuser sur les territoires environnants, ou être beaucoup donné dans une partie de la France sans jamais dominer un département en particulier: Jules Ferry ou le maréchal Foch figurent ainsi dans le top 10 des noms de rues le plus donnés sans arriver en tête dans aucun département. Pour avoir une idée plus fine, nous avons donc cartographié toutes les voies portant chacun des 200 noms de notre top des personnalités à l'aide d'une méthode d’interpolation spatiale («pondération par l’inverse de la distance») qui permet de figurer par une couleur foncée les zones où la concentration de communes dotée d'au moins une rue faisant référence à la personnalité est importante.

Pour un bon tiers des 200 noms, une certaine préférence régionale saute aux yeux. Essai de typologie.

Les «régionaux de l’étape»

Le plus souvent, lorsqu’un nom propre est surreprésenté dans une région, c’est donc tout simplement que la personnalité en est originaire. En dehors de Raymond Poincaré, on trouve ainsi dans la nouvelle région Grand Est une surreprésentation d’Albert Schweitzer (né dans le Haut-Rhin), de Robert Schuman (Mosellan) ou de Jean de la Fontaine (Champenois). Même une figure beaucoup plus courante dans l’ensemble du pays, comme Jeanne d’Arc, se trouve surreprésentée aux alentours de Domrémy-la-Pucelle, son village d’origine dans les Vosges.


Dans le Centre, ce sera Charles Péguy (né à Orléans) et René Descartes (né à… Descartes, en Indre-et-Loire). En Normandie, on retrouve une surreprésentation des Rouennais Corneille et Flaubert et de Maupassant (né à Tourville-sur-Arques, en Seine-Maritime). Le Lillois Roger Salengro surperforme dans le Nord, un des bastions du socialisme français. La Picardie, grand pays de pommes de terre (et de betteraves), honore Antoine Parmentier, originaire de Montdidier (Somme).


À ce petit jeu, le territoire qui met le plus en avant des figures locales est… la Bretagne, pardi! Dotée d’une très forte identité, brandie en étendard (pas un seul festival de musique sans son gwenn ha du dans le public), la région glorifie les enfants du pays sur ses plaques de rues: les navigateurs Surcouf, Jacques Cartier, Jean Bart (né à Dunkerque mais très actif dans la région, de Brest à Saint-Malo) et Eric Tabarly, le médecin René Laennec et le peintre Paul Gauguin, les écrivains Jules Verne, François-René de Chateaubriand et Ernest Renan ou le chansonnier du cru Théodore Botrel.


La dimension culturelle et la volonté d’honorer les «régionaux de l’étape» sont aussi à l’œuvre en Provence. Car outre le peintre Cézanne (ah, la montagne Sainte-Victoire), la région ne met en avant que des écrivains du cru: Daudet, Giono, Pagnol et, on l'a vu, Frédéric Mistral.


Un détour par le Sud-Ouest pour terminer ce tour de France, où les figures locales essaiment surtout dans l’immédiat arrière-pays de leurs villes d’origine, qu’il s’agisse de Clément Ader (Toulouse), François Mauriac (Bordeaux), Georges Brassens et Paul Valéry (Sète), Henri IV (Navarre) ou Montaigne et Montesquieu (Bordeaux).

Quand l’oeuvre dépasse l’auteur

Il arrive aussi qu’une région mette particulièrement en avant un artiste qui n’en est pourtant pas originaire. Dans ce cas, c’est à chaque fois moins l’artiste que son oeuvre, elle bien ancrée dans le territoire en question, que l’on honore. Le cas d’Émile Zola est à ce titre très parlant. L’écrivain a partagé sa vie entre Paris, la Provence, une maison de campagne à Médan (Yvelines) et un exil londonien. Il est pourtant particulièrement présent sur les plaques de rues du Nord. Pourquoi? Pour Germinal, son plus célèbre roman, qui a fait entrer les mines du nord de la France dans l’imaginaire collectif.

Même phénomène en Bretagne pour Pierre Loti: l’écrivain a beau être originaire de Charente-Maritime, son ouvrage le plus fameux, Pêcheur d’Islande, se déroule dans la péninsule bretonne. Le Néerlandais Van Gogh a les honneurs des plaques de rue du Midi pour ses célèbres peintures d’Arles. Quant au parisien Claude Monet, qui certes vécut au Havre, il est impossible de dissocier sa surreprésentation dans la vallée de la Seine des tableaux qu’il a peint tout le long du fleuve.

Chacun sa route, chacun son chemin...

Les «routes empruntées» constituent un autre cas intéressant de répartition géographique atypique de certains odonymes. Cette fois-ci, on ne retrouve pas une concentration des noms dans un coin particulier du pays mais, au contraire, ils sont égrénés le long d’un chemin précis.

L’exemple type, c’est la route Napoléon. Le nom du «Petit Caporal» se retrouve ainsi tout le long de la RN85, dans le sud-est de la France, un axe que l’on appelle aussi la «route Napoléon» car il suit le chemin emprunté par l’Empereur lors de l’aventure des Cent-Jours, entre Cannes et Grenoble. D’ailleurs, dans notre tri par type de voies, c’est Napoléon qui domine le classement des routes avec 41 occurrences. Dans le même esprit militaire, les odonymes dédiés au général Leclerc forment un chapelet le long du parcours de la 2e DB en 1944, depuis Utah Beach jusqu’à Strasbourg, tout comme on trouve des voies au nom de Vauban un peu partout où l’architecte militaire a semé des forteresses.

Cette logique de chemins n’est pas propre aux militaires. Elle s’applique aussi à certains personnages de la Renaissance française, qui ont vagabondé pour des raisons diverses dans le centre de la France. La trace que laisse les odonymes François Villon est assez fidèle aux déplacements du poète, depuis Paris à la prison de Meung-sur-Loire en passant par Angers et la cour du duc d’Orléans à Blois. Des pérégrinations qui viennent rappeler que les lieux de pouvoir, au XVe siècle, se concentraient dans cette partie du pays. Même logique pour Sully, dont la trace se retrouve aussi bien en région parisienne (il est natif des Yvelines) qu’autour de Sully-sur-Loire (dont il acquis le château) et même… en Navarre (pour le lien avec Henri IV).

«Elle habite quelque part, dans une banlieue rouge…»

Il existe enfin un cas particulier de surreprésentation de certains noms propres sur des territoires donnés sans qu’il n’y ait aucun lien géographique avec la provenance, les déplacements ou les oeuvres des personnalités concernées. Il s’agit bien sûr de la «banlieue rouge», l’ensemble formé par des villes historiquement communistes et qui, parmi de nombreuses similitudes, partagent des odonymes sans ambiguïté politique. D’Ambroise Croizat (ministre du Travail communiste d’après-guerre) à Jules Guesde (leader d’extrême-gauche du tournant du XXe siècle) en passant par Henri Barbusse (héraut de la littérature prolétarienne) ou Robespierre, ces noms ont la même géographie: celle des villes rouges de la périphérie de Paris ou du Nord.

Mathieu Garnier
Mathieu Garnier (8 articles)
Etienne Quiqueré
Etienne Quiqueré (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte