Tech & internet

Swipebuster, le site qui propose de stalker les utilisateurs de Tinder

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 06.04.2016 à 11 h 21

Repéré sur Vanity Fair, The Guardian

Pour 4,99 dollars, vous pouvez vérifier si votre conjoint s'est inscrit sur Tinder et savoir où il a utilisé l’application. Un service qui pose un problème éthique.

Capture écran du site internet swipebuster.com

Capture écran du site internet swipebuster.com

Voulez-vous savoir si votre conjoint vous trompe sur Tinder? C’est la promesse de Swipebuster, qui, pour 4,99 dollars, vous propose de vérifier si le nom recherché est bien dans la base de données de Tinder.

Le pire, c’est que Swipebuster n’a même pas besoin de hacker les fichiers de Tinder: tout est public, fourni dans un pack transmis aux entreprises qui veulent développer des programmes pour étendre les services de l’appli (comme Tweetdeck pour Twitter). Tinder a d’ailleurs balayé d’un revers de main la polémique: «si vous voulez savoir qui est sur Tinder, je vous suggère d’économiser votre argent et de télécharger l’application» (qui est gratuite), a déclaré dans Vanity Fair un porte-parole de l’entreprise.

Métaphore

Mais, pour Le Guardian, «quand bien même il est naturel que Tinder, une appli qui communique le nom, le genre, l’âge et l’emplacement de ses utilisateurs, ne considère pas ces informations comme un secret, être en présence d’une base de données consultable est quelque chose de très différent»

Le journal britannique utilise une métaphore pour démontrer qu’il y a là une différence éthique très nette:

«Même si l’on ne se cache pas pour rentrer chez soi les gens vous voient rentrer chez vous et en sortir tous les jours cela ne signifie pas que poster votre adresse sur internet soit une bonne chose.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte