Économie / Monde

Gagner de l'argent en faisant la tournée des clubs, c'est possible

Temps de lecture : 2 min

Pas besoin d'être DJ. Pour rentabiliser ses soirées arrosées, il suffit d'être Lenny Kravitz ou d'avoir fréquenté une des sœurs Kardashian.

Faire la fête peut rapporter aux célébrités jusqu'à 176.000 euros de l'heure | Moyan Brenn via Flickr CC License by

Faire la fête, c'est un métier. C'est en tout cas celui de Scott Disick, mannequin et ex-beau-frère de Kim Kardashian que le GQ américain décrit comme «l'avorton de la portée». Ses penchants pour l'alcool avaient notamment fait le sel de la saison 4 de l'émission «Keeping Up With The Kardashians». Sauf qu'aujourd'hui, il facture jusqu'à 80.000 dollars (un peu plus de 70.400 euros) au club américain 1 OAK sa simple présence le temps d'une soirée. Quitte à renforcer l'étiquette de loser alcoolique et drogué que l'émission lui avait déjà accolée.

Être rémunéré par une boîte de nuit pour y faire la fête constitue l'une des principales sources de revenu pour ces stars du vide qui ont émergé grâce de la téléréalité. Selon le GQ américain, les célébrités les plus recherchées gagnent ainsi 200.000 dollars (176.000 euros) de l'heure lors d'événements-clés comme la soirée du nouvel An à Las Vegas. Un marché lucratif ouvert au début des années 2000 par Paris Hilton, à une époque où les célébrités allaient encore en club parce qu'elles voulaient faire la fête et où il fallait payer pour que son nouveau titre soit joué. Celle qui fut la patronne sadique de Kim Kardashian a été la première à monnayer sa présence.

Carrés VIP

Ce marché rapporte tellement qu'il attire désormais les stars connues pour autres chose que leur existence médiatique ou leur sextape. Le rappeur américain Lil Jon arrondit largement ses fins de mois avec des soirées pendant lesquelles il mixe pendant deux heures avant de rejoindre le carré VIP. Un véritable effort quand la plupart des autres rappeurs se contentent de rejoindre le carré VIP et d'empocher le chèque. Même les particuliers les plus riches paient pour fréquenter des stars. En 2009, Christian Audigier –styliste adoubé par Johnny Hallyday aujourd'hui décédé– avait déboursé 4 millions de dollars (envrion 3,5 millions d'euros) pour fêter son 51e anniversaire aux côtés de Paris Hilton, 50 Cent et Lenny Kravitz.

Aux États-Unis, ce métier de «fêtard» est reconnu par l'Internal Revenue Service (IRS), l'agence fédérale en charge notamment de la collecte de l'impôt sur le revenu. Mais qui dit reconnaissance légale dit obligations légales. La chanteuse Nicki Minaj a été récemment poursuivie par Chateau, un club de Las Vegas, pour être arrivée à 1h19 au lieu de minuit et de ne pas être restée pendant une heure comme le prévoyant son contrat. Le gérant de la boîte de nuit a réclamé le remboursement des 236.000 dollars facturés, ainsi que de 25.000 dollars de boissons qui correspondent à ce qu'auraient consommé les tables alentour en présence de la chanteuse. Soit un total d'envrion 230.000 euros pour une heure de son temps que Nicki Minaj n'a pas voulu donner. Il s'agit quand même d'être un minimum sérieux.

Slate.fr

Newsletters

Des produits d'entretien en comprimés pour réduire les déchets plastiques

Des produits d'entretien en comprimés pour réduire les déchets plastiques

L'industrie des soins ménagers et des produits d’hygiène corporelle représente une production moyenne de 8,9 millions de tonnes de plastique par an.

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

Plus nous passons de temps à monter des meubles ou à assembler des objets, plus nous leur accordons de valeur émotionnelle et financière.

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Dans un ouvrage drôle et percutant, l'essayiste suédoise Katrine Marçal revient sur l'une des plus fameuses théories économiques. Et pas mal d'autres certitudes.

Newsletters