Boire & manger

VIDÉO. Pourquoi distinguer un grand vin d'une piquette est très compliqué

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 05.04.2016 à 14 h 59

Repéré sur YouTube, Vox, The Telegraph, Forbes

Même les experts ne sont jamais d'accord.

Est-il possible de vraiment faire la différence entre une bouteille assez chère de vin français et un vin blanc californien bon marché? C’est l’expérience qu’a menée la chaîne YouTube AsapTHOUGHT. La plupart de ceux qui goûtent les deux vins (un Chardonnay de Bourgogne et un Chardonnay de Californie) sans savoir lequel est le plus cher et lequel est le moins cher finissent par conclure que le plus bon marché est celui qui doit être le plus cher. L’une des personnes estime même que le plus onéreux a un goût de «pisse». Et quand AsapThought colore du vin blanc pour qu’il apparaisse comme du vin rouge, seuls deux personnes notent que cela a le goût d’un vin blanc.

Si les personnes interrogées sont loin d’être des expertes en œnologie, cela pose la question des variations du goût du vin en fonction de son prix. Un vin cher est-il un meilleur vin? AsapTHOUGHT cite une étude menée auprès de plus de 6.000 personnes. Conclusion: le vin le plus cher était loin d’être celui que les personnes ont le plus apprécié.

En mai 2015, citant la même étude, le site américain Vox a demandé à dix-neuf de ses journalistes de noter et de déterminer le vin le plus cher parmi trois bouteilles de Cabernet Sauvignon. En moyenne, ils donnaient au plus cher et au moins cher exactement la même note lorsqu’on leur demandait de juger le goût.

 

Influence du prix sur le goût

Le prix influence effectivement le goût pour les consommateurs de vin, c’est ce que souligne cette étude qui a montré que le même Chardonnay était mieux noté à mesure que son prix affiché augmentait. Il semble donc que le vin soit effectivement meilleur lorsque l’on sait qu’il est plus cher.

Mais ça ne veut pas dire que le plus cher est toujours le meilleur. Fin 2015, Digg mettait en ligne une vidéo regroupant des réponses aux questions que l’on peut se poser lorsque l’on goûte le vin. Plusieurs d’entre eux soulignent qu’il y a des vins chers qui ne sont pas bons du tout et qu’il est tout à fait possible d’en trouver des très bons pour des prix raisonnables.

 

Et qualifier un vin de «bon vin» reste très aléatoire, et varie d’une personne à l’autre. Même les experts n’arrivent pas à se mettre d’accord. C’est ce que démontre en effet un ancien professeur d’océanographie, devenu amateur de vin à 30 ans. Armé de ses connaissances en statistiques, Robert T. Hodgson a analysé les performances de 4.000 bouteilles présentées dans treize concours de vin aux États-Unis. Sur 2.440 vins sélectionnés dans trois concours différents, 47% ont reçu une médaille d’or, mais 84% de ces vins récompensés n’ont pas obtenu de médaille du tout dans les autres concours. Ce qui semble prouver les grandes différences des goûts des juges pour chaque type de vin.

Déjà en 2012, une contributrice de Forbes expliquait comment, lors d’une dégustation avec des journalistes spécialistes de vin, la plupart d’entre eux avaient analysés les goûts différents de deux vins servis sans aucune indication. Il s’agissait en fait... de la même bouteille, servie à des températures différentes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte