France

Après Berlin ou Barcelone, Paris doit-il succomber au tourisme de la fête?

Vincent Glad, mis à jour le 05.04.2016 à 16 h 53

Depuis quelques années, c'est devenu un moteur de croissance de certaines capitales européennes. En Espagne, en Allemagne ou en Angleterre, le dynamisme de la nuit attire de nombreux jeunes, parfois au prix d'excès. La France doit-elle se prendre au jeu?

FLORIAN DAVID / AFP

FLORIAN DAVID / AFP

Laurent Fabius n’aura pas cherché qu’à sauver la planète. Avant de quitter le Quai d’Orsay, il s’était attaqué à une dernière cause perdue: la nuit parisienne. Le ministère des Affaires étrangères a publié fin octobre dernier un rapport intitulé Pour faire de la vie nocturne un facteur d’attractivité touristique. Passé quasi inaperçu, il mérite de s’y attarder pour ce qu’il dit de la nouvelle vision politique de la fête. Le «tourisme nocturne» est désormais considéré par le ministère comme un des atouts à valoriser aux côtés de l’«œnotourisme» et du «tourisme de savoir-faire».

Le document, qui entend promouvoir la nuit à la française, se concentre surtout sur Paris, seule ville capable de concurrencer les capitales de la fête qui se sont imposées ces dernières années en Europe: Berlin, Amsterdam, Barcelone et Londres. Donnée pour morte en 2009, à l’époque de la pétition «Paris se meure la nuit», la fête parisienne connaît un impressionnant renouveau depuis quelques années, portée notamment par le retour en force de la techno, qui a dynamité la frontière psychologique du périphérique. Ancienne «capitale européenne du sommeil», Paris s’est bel et bien réveillée. Mais reste à en faire un argument touristique.

La nuit, terrain de jeu des «city breakers»

L’idée qu’il faille se battre contre les grandes métropoles européennes sur le marché de la fête est une idée relativement neuve. Elle s’explique par l’émergence ces quinze dernières années d’un nouveau segment de touristes: les «city-breakers», ces touristes qui épuisent une métropole en un week-end. Le développement concomitant des vols low-cost et d’Airbnb a fait chuter considérablement le prix d’un voyage à l’étranger, permettant à un public jeune de multiplier ces courts séjours.

Pour attirer les city-breakers, la qualité de la nuit est déterminante. «La courte durée de ces séjours pousse les touristes à profiter au maximum du temps passé entre les villes, de jour et de nuit. L’offre événementielle de nuit crée un sentiment d’urgence et attire cette clientèle volatile», expliquait un rapport sur la compétitivité nocturne parisienne, commandé en 2009 par la Mairie de Paris.

Amsterdam mise sur sa permissivité, Barcelone sur sa festivité, Berlin sur sa réputation de capitale de la techno et Londres sur sa “culture club”

Rapport 2009 de la mairie de Paris

Publié en livre sous le titre Pourquoi les nuits parisiennes sont nulles?, ce rapport proposait un très intéressant benchmark des nuits parisiennes sur le marché de la fête. Contrairement à son titre provocateur, le document ne jugeait pas les nuits de la capitale si «nulles» mais déplorait surtout le flou de son positionnement à l’international.

Comment définir la nuit à Paris? Quelle est la promesse? De toute évidence, les touristes n’en ont pas la moindre idée. Contrairement à ses concurrents :

«Amsterdam mise sur sa permissivité, Barcelone sur sa festivité, Berlin sur sa réputation de capitale de la techno et Londres sur sa “culture club”. Les pouvoirs publics de ces quatre villes ont saisi l’importance de la vie nocturne en terme de retombées économiques et de rayonnement culturel international», détaillait le rapport de 2009.

Entrepôts et croisières électro

La nuit parisienne devrait être mieux marketée. C’est aussi ce que dit le rapport du ministère des Affaires étrangères, qui plaide pour «une identité de marque forte et pérenne pour la vie nocturne française». Une des pistes serait de miser sur la carte postale parisienne. Et par exemple sur un de ses plus beaux atouts, la Seine:

«À Paris, 7 millions de touristes par an profitent d’une promenade en bateau, mais ils cessent généralement leur activité vers 23 heures, est-il écrit dans le rapport. Il faudrait envisager la prolongation des horaires d’activité de ces embarcations, et pourquoi pas la mise en place de produits innovants comme des croisières électro.»

Les «croisières électro» ont de quoi faire sourire. Mais après tout, c’est une barge posée sur la Seine, la Concrete, ouverte en 2011, qui a replacé Paris sur la carte des soirées techno européennes. Le Batofar, le Nuba ou la Sundae à Paris, l’iBoat à Bordeaux et le Razzle qui doit ouvrir à la rentrée à Lyon sont autant d’exemples de ce modèle naissant de la fête fluviale à la française.

Le souci pour les pouvoirs publics, c’est que la nuit parisienne évolue à une vitesse si rapide que les cabinets de marketing risquent d’avoir quelques difficultés à suivre. 2015 aura marqué l’émergence d’une nouvelle scène électro, défendant une techno très dure et très sombre dans des grands entrepôts de la proche banlieue, à l’image des soirées DRØM. Pas évident de vendre sur le marché international ce genre de soirées «warehouse» qui répondent bien davantage au cliché berlinois que parisien.

On refuse de dire:  «venez vous alcooliser rue de Lappe et vous bourrer la gueule rue Oberkampf!»

Frédéric Hocquart

La problématique «riverains»

Plutôt qu’un type de soirées, la mairie de Paris entend défendre la diversité de son offre, comme l’explique Frédéric Hocquart, conseiller de Paris délégué à la nuit:

«Paris n'est pas une destination où on se dit: “j'y vais pour faire la fête”, mais c'est pas non plus ce qu'on a envie de développer. On refuse de tomber dans le modèle d’Amsterdam ou Barcelone en disant “venez vous alcooliser rue de Lappe et vous bourrer la gueule rue Oberkampf!. Par contre, il faudrait qu’on promeuve davantage la variété et la diversité forte de la nuit à Paris. Un exemple: on a ouvert l'été dernier les quatre principaux parcs et jardins de la ville en juillet et en août du jeudi au dimanche soir. On l'a fait mais on ne l'a pas valorisé auprès des touristes. On aurait pu défendre ce message:“Venez admirer Paris à la belle étoile à 4h du matin dans les Buttes-Chaumont”.»

Les parcs ont l’avantage d’éloigner quelque peu la nuit parisienne de son meilleur ennemi, le riverain. Le rapport du ministère des Affaires étrangères évoque le problème d’une phrase lapidaire: «Les actions des associations de riverains à l’encontre des organisateurs d’évènements ou gérants d’établissements sont particulièrement dommageables, et ce alors que ces organismes ne représentent les intérêts que d’un faible nombre d’usagers.»

Les associations de riverains, non consultées pour le rapport, n’ont pas vraiment apprécié d’être traité comme quantité négligeable dans ce débat et ont dénoncé dans une lettre à Fabius un «rapport du lobby de la nuit».

Contre le tourisme de saouleries

La mairie de Paris défend de son côté une synthèse hollandaise, comme l’avait expliqué Bruno Julliard, premier adjoint chargé de la culture et de la nuit, à Trax Magazine:

«Alors que l’effervescence autour du clubbing et de la musique électronique est incontestable, la mairie a choisi la voie du milieu, sans doute la plus escarpée: tenter de réconcilier ceux qui veulent danser jusqu’au petit matin et les riverains au sommeil léger dans un modèle qui permettrait à Paris de “valoriser tous ses atouts culturels” sans tomber dans le tout-balnéaire de Barcelone ou l’Easyjet clubbing berlinois. Une tentative de synthèse finalement très socialiste.»

Bruno Julliard suit en ce sens l’adage de Jack Lang qui disait: «Paris est toujours Paris, et Berlin n'est jamais Berlin». Autrement dit, on ne peut pas modeler Paris aux formes de la fête comme Berlin s’est métamorphosé au rythme des soirées techno depuis la chute du Mur. Paris veut bien faire la fête, mais dans une certaine limite: «On ne veut pas d’un tourisme H24 comme on peut le trouver à Barcelone ou à Berlin, où on arrive le samedi midi et on repart le dimanche midi», explique Frédéric Hocquart.

Barcelone et Berlin, eux-même, semblent revenir sur ce modèle. «Dehors, le tourisme de saoûleries!», scandaient en 2014 des manifestants barcelonais après que trois touristes italiens aient traversé la ville totalement nus. La nouvelle maire Ada Colau a fait de la lutte contre ce «mauvais tourisme» un de ses combats prioritaires.

Il y a des quartiers qui historiquement sont dédiés à la nuit depuis la nuit des temps et il faut respecter ça

Frédéric Hocquart

À Berlin, la fronde anti-touristes s’est cristallisée dans le bruit des valises à roulettes qui partent rejoindre bruyamment l’aéroport au petit matin. La maire de Kreuzberg-Friedrischain, les deux quartiers où se concentre la fête, défend avec vigueur le sommeil de ses administrés face aux valises à roulettes et aux touristes «qui rentrent ivres et vomissent devant les portes d'immeubles».

Principe d'antériorité

Sans tomber dans le jusqu’au-boutisme barcelonais ou berlinois, Paris peut néanmoins s’inspirer de quelques unes des best practices de ses concurrents sur le marché de la nuit.

Amsterdam se targue d’avoir élu en 2014 un «maire de la nuit», chargé de développer le marché de la fête tout en minimisant les externalités négatives. Le poste équivaut à placer à un poste de médiation un membre du «lobby de la nuit» comme disent les riverains parisiens. Le maire de la nuit d’Amsterdam, Mirik Milan, ancien patron de boîte de nuit, peut déjà porter à son crédit l’octroi de licences 24 heures sur 24 aux clubs, permettant d’éviter le tapage nocturne à 4 heures, lorsque traditionnellement ils fermaient.

Amsterdam accueillera le premier Sommet des maires de nuit le 22 et 23 avril. De nombreuses autres villes, comme Berlin ou Londres, réfléchissent à ce modèle. À Paris, un maire de la nuit a été élu en 2013, mais plus pour faire du clic sur les sites d’info qu’autre chose. Au sein de la marie de Paris, Frédéric Hocquart s’occupe de ce dossier mais avec le titre nettement moins ronflant de «conseiller de Paris délégué à la nuit».

Autre principe de politique de la nuit qui commence à essaimer en Europe, le «principe d’antériorité» pour les établissements de nuit. C’est ce que propose de créer en France le rapport du ministère des Affaires étrangères.

La mairie de Paris n’y est pas opposé, explique Frédéric Hocquart:

«Le principe d'antériorité, ça existe dans d'autres secteurs comme l'industrie ou l'agriculture. Imaginons que vous ayez un élevage de volaille. Si quelqu'un vient s'installer à côté de votre ferme, si il y a des nuisances à cause d’elle, ce n'est pas de votre faute car c'était déjà une parcelle agricole. L'idée c'est de dire que si un bar existe depuis cinquante ans avec une terrasse, si un riverain s'installe juste au-dessus et se plaint en disant “je ne comprends pas, il y a plein de bruit le soir, on puisse lui répondre qu'il y a un principe d'antériorité qui prévaut.»

S’il n’est pas gravé dans le marbre, le principe d’antériorité prévaut déjà de fait à Paris:

«J'ai reçu en début de mandature un courrier de riverains de la place Pigalle qui me disaient: “est ce qu'il pourrait y avoir moins de bruit place Pigalle la nuit?, raconte Hocquart. En vérité, non, ça fait 150 ans qu'il y a du bruit place Pigalle la nuit donc il y a un principe d'antériorité qui s'impose! Il y a des quartiers qui historiquement sont dédiés à la nuit depuis la nuit des temps et il faut respecter ça.»

Il y a plus de 30 points de responsabilité sur lequel un patron d'établissement de nuit est responsable à 100%

Renaud Barillet

Nouvelles approches

Berlin a été beaucoup plus loin. Pour stopper la vague de fermetures de clubs et de bars, la mairie a proposé en 2015 l’instauration d’un principe d’antériorité. Avant de construire un bâtiment, les promoteurs doivent s’assurer qu’aucun établissement de nuit n’est situé à proximité. S’ils veulent tout de même construire, c’est à eux de s’assurer de l’insonorisation des nouveaux logements. Un cadastre de la nuit a été réalisé pour ce faire.

À Londres, pour faciliter l’économie de la nuit, la «politique d’alcool et de divertissement», autrefois chasse gardée du ministère de l’Intérieur, a été rattachée au Département pour la culture, les médias et le sport au sein du ministère du Tourisme. Ce qui a notamment conduit à développer l’ouverture 24 heures sur 24 des établissements de nuit.

C’est ce retournement copernicien dans l’approche de la fête qu’on peut lire dans l’initiative du ministère des Affaires étrangères. Le rapport sur le développement du tourisme nocturne ne fait aucune mention des trois mots qui fâchent d’ordinaire: «voisins», «alcool» et «drogues». La nuit serait-elle devenu de moins en moins interlope? C’est tout du moins un relais de croissance comme un autre.

Mœurs et tolérance

Il faudrait donc la libéraliser, comme on libéralise le marché du travail pour développer les embauches. Trop de normes, c'est ce que dénonce Renaud Barillet, directeur de la Bellevilloise et co-auteur du rapport:

«Il y a plus de 30 points de responsabilité sur lequel un patron d'établissement de nuit est responsable à 100%. Par exemple, si quelqu'un provoque une rixe en sortant d'un bar, non pas devant mais aux abords de l'établissement, le patron peut en être tenu responsable. Mais si ça arrive après que quelqu'un ait trop bu dans une brasserie à midi, le patron ne risque rien.»

La nuit n'aura sans doute jamais sa loi El Khomri. Mais en la matière, ce n'est pas tant la législation qui compte que la manière dont elle est respectée. Ce que notait le rapport commandé par la Mairie de Paris en 2009:

«La ville est aussi étiquetée par la réglementation qui encadre son activité, notamment nocturne, et la façon dont elle est observée en pratique. Elle est jugée par exemple sur le niveau de tolérance concernant l’alcool, les drogues… Pour être une ville attractive, il ne suffit pas de posséder une offre nocturne solide: la tolérance et la diversité sont aussi des ingrédients clefs de la recette. Les mœurs de ses habitants, à travers leurs habitudes de sortie, impactent sur la réputation de la ville.»

De ce point de vue, Paris part de loin face aux libéralités berlinoises ou amsterdamoises.

Vincent Glad
Vincent Glad (156 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte