Monde / France

La Maison Blanche accusée d'avoir censuré «terrorisme islamiste» dans une vidéo de François Hollande

Temps de lecture : 2 min

Le 31 mars, François Hollande a rencontré Barack Obama à la Maison Blanche pour parler de lutte contre le terrorisme en marge du sommet sur la sécurité nucléaire. Dans une vidéo de la conversation, on peut voir le président français en train de dire:

«Nous sommes conscients que la source du terrorisme islamiste, elle est en Syrie et elle est en Irak. Et nous devons agir en Irak et en Syrie. C'est ce que nous faisons dans le cadre de la coalition.»

Dans la version vidéo traduite en anglais –mise en ligne par la Maison Blanche– les mots «terrorisme islamiste» ne sont pas traduits. Il y a comme une coupure audio (à partir de 4'45'').

Pourtant, la retranscription mise en ligne par la Maison Blanche a bien traduit en anglais l'intégralité des propos du président français. C'est le site conservateur Media Research Center qui a tout d'abord repéré l'absence de ces mots. Etant donné qu'Obama est connu pour ne pas utiliser les termes «terrorisme islamiste» ou «islam radical», qu'il juge être inadéquats et dangereux, la presse conservatrice américaine a tout de suite hurlé à la censure et au politiquement correct.

En termes de vocabulaire, la position de la Maison Blanche est que le terrorisme n'a rien à voir avec la religion musulmane et qu'il faut donc éviter le vocabulaire religieux pour en parler. George W. Bush évitait également ce genre de mots, aussi parce que certains alliés dans la guerre contre le terrorisme, notamment l'Arabie Saoudite, peuvent être décrits comme des «islamistes» ou des adhérents d'un «islam radical».

Mais pour un candidat conservateur comme Ted Cruz, le fait qu'Obama refuse de dire des mots comme «djihadiste» ou «islam radical» prouve tout simplement qu'il est incapable de lutter contre le terrorisme et trop paralysé par le «politiquement correct».

Un des conseillers de Cruz, Frank Gaffney, qui est connu pour avoir dit que Washington était infiltré par les Frères Musulmans, a d'emblée dénoncé une censure de type orwellienne:

«Et bien c'est très orwellien. La Maison Blanche censure le président français en train de dire "terrorisme islamiste"».

Après un déchaînement de la blogosphère conservatrice, la Maison Blanche a posté une version de la vidéo dans laquelle les mots «terrorisme islamiste» sont audibles, accompagné du message suivant:

«Un problème technique pendant l'enregistrement des remarques du président Hollande a conduit à une coupure audio à un moment de l'interprétation en anglais. Dès que nous en avons été informés, nous avons posté une vidéo mise à jour, avec l'audio complet».

Mais la plupart ne sont pas satisfaits de cette explication. Le journal conservateur britannique Daily Mail notait avec sarcasme: «Ne vous inquiétez pas –c'est juste un "problème technique"!»

Newsletters

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

L'agression a duré huit minutes, selon les caméras de vidéo surveillance, sans que personne n'intervienne.

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Tandis que l'actuelle chancelière cédera bientôt sa place, l'avenir de la politique allemande au sein de l'Union européenne fait l'objet de nombreux débats et incertitudes.

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'escalade des tensions entre les deux pays et la rude précampagne électorale française mettent le président sortant dans une posture délicate.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio