Sciences

Mettez-vous des étoiles plein les yeux en immersion au cœur de la Voie lactée

Temps de lecture : 2 min

Le télescope Hubble a capturé un cliché renversant de notre galaxie.

Le nom "Voie Lactée" vient de la mythologie grecque | NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA) via HUBBLESITE (image de presse)
Le nom "Voie Lactée" vient de la mythologie grecque | NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA) via HUBBLESITE (image de presse)

Notre galaxie, la Voie lactée, est une entité immense aux caractéristiques impressionnantes. Né il y a 13,7 milliards d’années, cet amas de gaz, de poussière et d’étoiles s’étale sur pas moins de 100.000 années-lumière de long, contient entre 200 et 400 milliards d’étoiles. Rien que cela.

Le télescope Hubble, utilisé par les agences spatiales américaine (Nasa) et européenne (ASE), a pris une photo du cœur de cette immensité. Sur Slate.com, Phil Plait vous la présente. Et l’expression «avoir la tête dans les étoiles» n’a jamais été aussi bien illustrée: c’est tout simplement hypnotique.

Sur ce cliché, «seulement» 500.000 étoiles sont visibles. Pour le plaisir de vos pupilles, les couleurs ont été modifiées de manière à ce qu’elles correspondent le plus fidèlement possible au spectre que l’œil humain peut voir. Tout en nuances de rouge, vert et bleu.

Cette photo a été réalisée dans le but d’établir la cartographie de la Voie lactée. Grâce à l’œil perçant du télescope Hubble, ces recherches visent à en savoir plus sur la naissance de notre chère galaxie et, ainsi, celle de l’univers.

Newsletters

On sait enfin pourquoi le cerveau consomme autant d'énergie

On sait enfin pourquoi le cerveau consomme autant d'énergie

La faute a des petites pompes «cachées».

Des scientifiques découvrent une planète où une année dure huit heures

Des scientifiques découvrent une planète où une année dure huit heures

Le genre d'endroit où l'on prend un sacré coup de vieux en quelques jours.

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio