Parents & enfants / Monde

Des agents de la CIA oublient des explosifs dans un bus scolaire

Temps de lecture : 2 min

Des explosifs utilisés sur les champs de bataille ont passé deux jours dans le compartiment moteur d’un bus destiné au transport scolaire.

Bus scolaire à Manhattan, le 15 janvier 2013 | MARIO TAMA/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Bus scolaire à Manhattan, le 15 janvier 2013 | MARIO TAMA/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Pendant les vacances scolaires, il arrive que des agents de la CIA utilisent des lycées américains pour effectuer leurs entraînements. Du 21 au 24 mars, en Virginie, l’agence de renseignement a ainsi placé des explosifs à l’intérieur d’une école et dans un bus scolaire pour vérifier si leurs chiens renifleurs étaient bien formés.

Mais, comme le rapporte le Washington Post, les agents ont ensuite oublié de retirer le matériel explosif, qui est resté sous le capot du bus pendant plusieurs jours, alors que des écoliers et des lycéens continuaient de l’utiliser pour se déplacer.

Le shérif local a précisé que ces explosifs étaient «incroyablement stables» et, dans un communiqué, la CIA a déclaré qu’ils «ne posaient pas de danger aux passagers du bus». Le porte-parole du district scolaire a été informé de la nature des explosifs mais pas autorisé à la décrire publiquement. Il s’agissait d’explosifs utilisés sur les champs de bataille mais qui nécessitent un détonateur spécial pour exploser.

Après deux jours avec les explosifs dans le compartiment moteur du bus, le paquet a été détecté par un technicien qui inspectait le véhicule. La CIA a promis de «renforcer les procédures d’inventaire et de contrôle de [ses] programmes canins».

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Jean-Michel Blanquer a-t-il vaiment confiance en l’école?

Jean-Michel Blanquer a-t-il vaiment confiance en l’école?

Dans son troisième ouvrage, le ministre de l'Éducation veut «parler directement» à ceux et celles qui font (et vont à) l'école. Mais pour leur dire quoi?

Pourquoi J'aime lire ne disparaîtra jamais

Pourquoi J'aime lire ne disparaîtra jamais

Plus de quarante ans après sa création, le mensuel destiné aux 7-10 ans continue de plaire aux enfants (et à leurs parents).

Newsletters