Monde

Donald Trump fait peur aux éventuels sponsors de la convention républicaine

Temps de lecture : 2 min

Les entreprises hésitent à sponsoriser la convention républicaine par crainte d’être associées à l’image polémique de Trump.

Meeting du candidat à la primaire républicaine Donald Trump le 14 mars 2016 à Tampa, en Floride | Brian Blanco/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Meeting du candidat à la primaire républicaine Donald Trump le 14 mars 2016 à Tampa, en Floride | Brian Blanco/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Pendant la présidentielle américaine, les grandes entreprises du pays contribuent financièrement aux conventions démocrate et républicaine. Mais, cette année, certaines d’entre elles hésitent à associer leur image à une convention républicaine qui s’annonce particulièrement agitée.

Le New York Times rapporte que des associations militantes, notamment antiracistes et féministes, sont en train de faire pression sur plusieurs entreprises pour qu’elles ne sponsorisent pas l’événement, qui aura lieu en juillet à Cleveland, dans l’Ohio. Compte tenu des déclarations racistes et sexistes du candidat à la primaire républicaine Donald Trump, qui sera probablement nommé à l’investiture du parti, les dirigeants de sociétés comme Coca-Cola, Google ou encore Apple se demandent dans quelle mesure ils est judicieux pour eux de participer.

Par exemple, pendant la convention républicaine de 2012, Google avait procuré des espaces de travail pour les journalistes, avec son logo un peu partout. Mais, dans un événement dominé par Trump, ce genre de visibilité pourrait nuire à la réputation de l’entreprise.

Levée de fonds

De même, Coca-Cola avait donné 660.000 dollars pour la convention républicaine de 2012 mais ne prévoit de dépenser que 75.000 dollars en 2016. L’association antiraciste Color of Change a lancé une pétition demandant que Coca-Cola ne sponsorise pas la convention car cela reviendrait selon elle à soutenir la rhétorique de Trump.

«Veulent-ils des émeutes sponsorisées par Coca-Cola?» demandait Rashad Robinson, le directeur de Color of Change, en se référant à la déclaration de Trump selon laquelle, s’il n’est pas nommé à l’investiture du parti, «il y aurait des émeutes» à la convention.

Interviewé par le New York Times, un officiel du Parti républicain qui s’occupe des levées de fonds pour la convention expliquait qu’il y a une inquiétude grandissante au sein du parti quant à savoir si les entreprises contribueront comme prévu en cas d’investiture de Trump.

Déjà, à l’été 2015, les propos de Trump sur les immigrés mexicains (décrits comme des criminels et des violeurs) avaient posé problème à plusieurs entreprises. Entre autres, les chaînes de télé Univision et NBC avaient annulé leurs contrats avec le milliardaire et les grands magasins Macy’s avaient cessé de vendre sa ligne de vêtements.

Slate.fr

Newsletters

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Avec la montée des partis populistes, il est désormais particulièrement compliqué de constituer un gouvernement stable dans nombre de pays d'Europe. La Suède n'est que le dernier exemple en date.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

La théorie, la modélisation climatique et les observations semblent tendre vers la même conclusion.

Newsletters