Monde

Des migrants sauvés du naufrage en composant un numéro au hasard

Repéré par Fatma-Pia Hotait, mis à jour le 31.03.2016 à 16 h 20

Repéré sur Il Corriere della Sera, Il Messaggero

C'est un retraité italien de 66 ans qui a compris qu'il s'agissait d'un appel à l'aide et a contacté la police.

Des migrants arrivent en Europe après la traversée de la Mer Égée en février 2016. | ARIS MESSINIS / AFP

Des migrants arrivent en Europe après la traversée de la Mer Égée en février 2016. | ARIS MESSINIS / AFP

Ce n'est pas une bouteille à la mer, mais un téléphone par satellite qui a sauvé le canot de migrants. Dans la nuit du 29 au 30 mars, un homme de 66 ans résidant à Rome a été réveillé à 6 heures du matin par des appels répétés. «Je ne comprenais rien, la personne parlait un peu en anglais, un peu français, explique le retraité à Il Corriere della Sera. Je ne voyais vraiment pas ce qu'ils voulaient à l'aube.»

Les appels se succèdent, et l’homme décide d’alerter la police. Les agents qui arrivent chez lui pensent d'abord avoir affaire à un cas de harcèlement. Mais le retraité avait compris qu’il s’agissait d’une demande d’aide, «peut-être de suicide», souligne le journal.

Alors que le téléphone continue de sonner, c'est un agent qui finit par répondre aux appels. Lorsqu'il identifie des bruits de vent et moteur, il comprend qu'il s'agit de migrants en pleine mer qui risquent le naufrage. 

Les forces de l’ordre ont alors contacté la garde côtière, qui s’est chargé de localiser le pneumatique au milieu de la mer. Les unités présentes sur les lieux ont ainsi pu intervenir et sauver l'embarcation.

Téléphone par satellite

Il a été possible de géolocaliser le canot de fortune car l’appel avait été passé avec un téléphone par satellite. Le migrant en question composait des numéros au hasard avec le préfixe de la ville de Rome. Cette technique est souvent utilisée par les passeurs qui sont les seuls à en posséder, explique Il Corriere. Le cas de figure classique est de passer le téléphone à une femme pour contacter les secours une fois au large des côtes italiennes, affirme le quotidien.

Les embarcations de migrants depuis l’Afrique affluent depuis quelques jours au Sud de l’Italie, rapporte Il Messaggero. Depuis le 27 mars, et en seulement trois jours, les secours italiens ont sauvé 3.680 personnes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte