Eh non, ce ne sont pas les États-Unis qui sont les plus gros gaspilleurs

C’est sur le vieux continent que le gâchis est le plus grand | Alan Levine via Flickr CC License by

C’est sur le vieux continent que le gâchis est le plus grand | Alan Levine via Flickr CC License by

Les pays nordiques, que l’on pensait exemplaires, sont ceux qui remplissent le plus les décharges à ordures ménagères.

Au lieu de blâmer la société de surconsommation des États-Unis, nous ferions mieux, nous Européens, de balayer devant notre porte. Si, en 1965, un Américain gaspillait quatre fois plus qu’un Européen de l’Ouest, cinquante ans plus tard c’est bien sur le vieux continent que le gâchis est le plus grand, révèle l’expert en mode de consommation Frank Trentmann, dans les colonnes de The Atlantic.

Si l’on en croit les propres recherches de Trentmann, qui figurent dans son livre Empire of Things: How We Became a World of Consumers, from the Fifteenth Century to the Twenty-First, les plus gros gaspilleurs au monde ne sont autre que les Danois, les Néerlandais, les Suisses et les Allemands. Cela peut paraître étonnant, mais ce sont bien ces pays que l’on pensait les plus exemplaires en matière d’environnement qui alimentent le plus les décharges en ordures ménagères.

Rassurez-vous, on ne vous a pas menti non plus: ces pays sont effectivement des références en ce qui concerne la lutte contre le gaspillage alimentaire et le recyclage. Un Danois jette seulement 76 kilos de nourriture à la poubelle chaque année, un Suédois près de 100 kilos, un Allemand quelque 220 kilos, soit bien moins que les presque 300 kilos de nourriture qui finissent à la déchetterie en Belgique!

Production de déchets

Mais la lutte contre le gaspillage alimentaire et le recyclage ne font pas tout. Ainsi, si l’Allemagne donne une seconde vie à 42% de ses déchets en plastique, ce qui est une performance, son impact écologique doit aussi tenir compte de leur nombre (conséquent): 5,5 millions de tonnes par an.

En Europe, on distingue donc trois régions qui gaspillent le plus: les pays nordiques, qui font certes des efforts de recyclage mais produisent toujours beaucoup de déchets; les pays méditerranéens, où le recyclage est insuffisant et les décharges pleines; et les pays de l’Est, où globalement le recyclage n’a pas sa place et tout finit à la décharge.

Frank Trentmann explique ainsi que c’est en se développant et en produisant plus, notamment de la nourriture –qui représente avec les boissons 87% des emballages–, que les pays européens ont chassé les États-Unis du podium des plus gros pollueurs.

Partager cet article