Partager cet article

À Stockholm, pendant les vacances, vous pouvez faire «garder» votre levain

Pain au levain | Rebecca Siegel via Flickr CC License by

Pain au levain | Rebecca Siegel via Flickr CC License by

Pour moins de trois euros par jour, le levain des mordus de pain artisanal est soigné et alimenté.

Stockholm est une ville «avec un tel dévouement méticuleux pour le pain artisanal qu’il est possible d’embaucher un babysitter pour votre levain», raconte NPR. Le levain, fascinante matière faite de farine, d’eau et et de micro-organismes, est un ingrédient essentiel dans la fabrication du pain artisanal, sans levure industrielle, avec plein d’avantages: goût, meilleure conservation, intérêt nutritionnel… Or, un levain grandit, se développe, mais doit être soigné et alimenté –avec de la farine et de l’eau– très régulièrement (si vous voulez en savoir plus ou vous lancer, Marmiton explique la marche à suivre!).

Les boulangers professionnels ou amateurs utilisant du levain doivent veiller quotidiennement sur cette matière vivante et fragile, ce qui peut parfois s’avérer contraignant… Il existe donc une solution de «garde» pour les Suédois qui fabriquent du pain au levain maison mais souhaitent partir en vacances l’esprit tranquille. Depuis 2013, la boulangerie RC Chocolat s’occupe tout à fait professionnellement du levain des voyageurs, pour 3 dollars (2,70 euros) par jour. Il est en plus possible de déposer son pot de levain dans la boutique située à l’aéroport de Stockholm.

Souche sentimentale

Joakim Blomquist, l’un des propriétaires de l’entreprise, explique que les clients de ce service sont divers et variés mais que les citadins, entre 30 et 50 ans, à l’aise avec la technologie, représentent une grande proportion. Il y a aussi «des personnes plus âgées qui font ça depuis des lustres. Je pense que nous avons eu un levain qui avait 20 ans». Cette initiative tout de même assez confidentielle s’est construite sans pub,  «grâce au bouche à oreille».

Comme le précise NPR, «la Suède a une longue tradition de boulange au levain, mais la pratique a connu une résurgence majeure ces cinq ou dix dernières années, avec la montée de l’alimentation locale et des mouvement Do-it-Yourself».

Samuel Fromartz, journaliste et auteur d’un ouvrage intitulé À la recherche du pain parfait, souligne cependant que le levain est composé de «micro-organismes incroyablement résistants». Pas forcément besoin de faire garder son levain comme un animal de compagnie: on peut en effet conserver le levain quelques semaines au frigo, pour ensuite le «réveiller» doucement, notamment en le fortifiant avec de la farine de seigle. 

De plus, d’après NPR, il est même désormais possible de trouver du levain sur les rayons des supermarchés suédois, ou d’en acheter une petite dose à un boulanger. Alors pourquoi vouloir absolument conserver sa propre souche de levain? Sans doute entre autres pour une raison un peu sentimentale… Pour Joakim Blomquist, il y a un certain attachement, car «les gens aiment avoir leur propre levain. Vous devenez un peu obsédé».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte