Partager cet article

La nouvelle star russe des échecs est un grand fan de Poutine

Une photo Instagram postée par Sergueï Kariakine en 2014

Une photo Instagram postée par Sergueï Kariakine en 2014

Sergueï Kariakine pourrait rejoindre son prestigieux aîné Garry Kasparov au palmarès, mais n'a pas du tout les mêmes opinions quant à la guerre en Crimée.

Sergueï Kariakine et Garry Kasparov pourraient bientôt compter un point commun de taille: si le premier nommé l'emporte face au Norvégien Magnus Carlsen en novembre à New York, il deviendra, à 26 ans, champion du monde d'échecs, comme son aîné l'avait fait avant lui en 1985. Mais si Garry Kasparov a arrêté les échecs pour se consacrer à la politique et s'opposer fermement à Vladimir Poutine, Sergueï Kariakine, lui, est sans nul doute l'un des plus fervents fans du président russe dans le monde des 64 cases blanches et noires.

«Félicitations au nouveau candidat du championnat du monde d'échecs. Il vient de Crimée et s'habille pour gagner à New York!»

Sur la photo d'archives qui illustre le tweet ci-dessus, publiée sur son compte Instagram, le grand maître des échecs porte un t-shirt de propagande pro-Poutine sur lequel on peut lire, en cyrillique: «On ne laisse pas nos gars tomber!». Une allusion à la guerre en Crimée, sa province natale, qui a été annexée par la Russie en mars 2014.

Criméen puis Russe

S'il se faisait discret sur ses opinions politiques avant le début de la guerre, Sergueï Kariakine s'est engagé publiquement depuis. Son compte Twitter est devenu un étendard du Kremlin, notamment par des retweets tantôt patriotes, parfois ouvertement homophobes, comme le remarque «fabelhaft», un membre du forum Chess.com: 

«Les thèmes les plus récurrents sont les louanges à Poutine, l’annexion russe de la Crimée et les commentaires sarcastiques à propos des opinions "occidentales" sur ces questions et d’autres. Un des derniers tweets du genre était un de ces "Retweete si tu penses que le mariage homosexuel est une abomination" avec la photo d’une personne qui tient à la fois un drapeau américain et un drapeau arc-en-ciel», signale t-il dans une discussion intitulée «Kariakine se lance en politique».

Le 18 mars dernier, à l'occasion de l'anniversaire de l'annexion russe de la Crimée, le joueur d'échecs retweete un message de Vladimir Poutine affirmant que «des millions de personnes attendaient cette justice historique». Sergueï Kariakine en faisait sans doute partie: en 2009, le jeune homme né à Simferopol a pris la nationalité russe et joue depuis aux échecs sous les couleurs de son nouveau pays. 

Débats de grands maîtres

Le soutien de Sergueï Kariakine envers la Russie agace certains de ses anciens partenaires de jeu, notamment l'Ukrainien Ruslan Ponomariov. Le site Gardiner Chess rappelle le passé commun des deux grands maîtres des échecs: alors qu'il n'avait que onze ans, Sergueï Kariakine avait été sélectionné par Ruslan Ponomariov pour être son sparring-partner. L'année suivante, Sergueï Kariakine est devenu le plus jeune joueur à obtenir le titre de grand maître international, record qu'il détient encore à ce jour. «Les récents événements en Ukraine ont mis à rude épreuve leur amitié et les deux joueurs se sont violemment pris le bec sur Twitter», raconte Gardiner Chess. 

Ruslan Ponomariov n'est pas le seul à avoir les défaveurs de Sergueï Kariakine. La même année, le jeune joueur d'échecs a soutenu la candidature de Kirsan Ilioumjinov, accessoirement membre du Conseil de la Fédération russe et encarté au parti de Vladimir Poutine Russie unie, à sa réélection à la présidence de la Fédération internationale des échecs, qu'il occupe depuis novembre 1995. Dans le même temps, il a taclé celle de Garry Kasparov. «En tant qu’opposant au président et, bien évidemment, en tant que joueur d’échecs, Garry Kasparov est exceptionnel. […] Mais certains de ses points de vue peuvent être décrits comme ultra-radicaux, donc mon choix est clair», confie t-il à ITAR-TASS, l'une des principales agences de presse russie.

À défaut de pouvoir compter sur les encouragements de l'ensemble de ses confrères et compatriotes en novembre prochain (très actif sur Twitter, Kasparov n'a pas officiellement commenté sa victoire mais a effectué une série de retweets ironiques), Sergueï Kariakine pourra en tout cas compter sur ceux du gouvernement russe, qui s'est félicité d'un «coup d'accélérateur puissant au développement des échecs dans le pays».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte