Partager cet article

À San Francisco, un illustrateur paye 450 euros pour vivre dans une boîte

Capture d'écran du blog de Peter Berkowitz.

Capture d'écran du blog de Peter Berkowitz.

Le voilà tranquillement installé dans le salon d'un ami.

Peter Berkowitz, un illustrateur de 25 ans, a trouvé une solution pour vivre à San Francisco sans se ruiner: vivre dans une boîte en bois inspirée par les hôtels capsules de Tokyo. Pour 400 dollars par mois (350 euros), il sous-loue une partie du salon d'un de ses amis dans laquelle il a installé sa chambre-boîte. Il paye aussi 108 dollars par mois (environ 100 euros) pour financer le coût total de construction de la boîte (soit 1.300 dollars), rapporte Fortune. 

Sa mini chambre mesure 2,5 mètres de long, un mètre de large, avec une hauteur sous «plafond» d'1,3 mètres. Il a accès aux parties communes de l'appartement, et vit près de la plage d'Ocean Beach pour «seulement» 450 euros par mois. 

«Les gens sont habituellement surpris que je veuille vivre dans une boîte, mais je crois qu'ils ont tendance à sous-estimer à quel point une capsule peut être agréable si le design est intelligent. C'est la chambre la plus cosy que j'ai jamais eue», écrit Berkowitz sur son blog.

Vue de l'extérieur, la capsule ressemble à une commode dans un salon, mais derrière les portes coulissantes en bois, il y a bien un lit avec dossier matelassé, une table pliante comme dans un avion et des lumières. Très fier, il a fait visiter sa boîte à la télévision locale:


Berkowitz utilise sa capsule pour dormir, lire et travailler, et il est en train de réfléchir à une façon de l'insonoriser avec du liège. Le loyer moyen d'un appartement deux-pièces est actuellement de 3.096 dollars (2.766 euros) à San Francisco, et dans ces conditions, l'illustrateur pense que sa solution pourrait être attrayante pour d'autres jeunes comme lui. Sur son site, il propose déjà ses services de construction sur mesure.

«Si ces capsules sont une bonne façon d'ajouter une chambre supplémentaire à un appartement, je crois qu'elles pourront aider beaucoup de gens. Ceux qui ont de l'espace et qui veulent sous-louer pour gagner un peu d'argent, ceux qui cherchent un logement pas cher, ou ceux qui veulent ajouter une chambre supplémentaire pour un ami. Tous peuvent en bénéficier.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte