Culture

VIDÉO. Les plan-séquences n'ont pas forcément tout pour plaire

Temps de lecture : 2 min

Comme la plupart des procédés cinématographiques, ce chouchou des critiques a aussi ses limites.

En ce début d'année, dans Creed ou Kaili Blues. En 2015, dans Victoria et Birdman. Qu'il constitue une scène d'un film, ou son intégralité, le plan-séquence est reconnu au cinéma comme l'un des meilleurs moyens pour un réalisateur de s'affirmer et suscite généralement éloges et analyses par dizaines. Et à raison: il y a quelque chose de fascinant à voir l'action se dérouler dans une longue continuité. Le tout filmé à l'aide de mouvements de caméra virtuoses. Mais parce qu'il est une prouesse technique, le plan-séquence a aussi ses limites.

Dans la vidéo «What Long Takes Can’t Do», la chaîne YouTube Now You See It révèle le revers de médaille du procédé cinématographique en s'appuyant sur les observations d'Alfred Hitchcock. Le réalisateur avait beau être maître en son art, il n'en était pas moins critique envers ses propres films. En 1962, Alfred Hitchcock raconte dans un entretien avec François Truffaut à quel point il regrette d'avoir fait de La Corde son film, sorti quatorze ans plus tôtun plan-séquence (avec trucages).

«Maintenant, quand je réfléchis, je me rends compte que c’était complètement idiot parce que je brisais mes propres traditions de me servir du montage pour raconter une histoire», confie-t-il alors.

C'est justement tout le propos de la vidéo Now You See It: si le plan-séquence est à la fois immersif et vertigineux, il ne permet pas de raconter aussi bien une histoire qu'un montage efficace, comme la scène du baptême sanglant dans Le Parrain. Parce qu'il ne guide pas assez le regard du spectateur, le réalisateur prend le risque que les spectateurs contemplent davantage l'exploit qu'ils ne suivent l'intrigue.

Sans doute de quoi calmer un peu l'enthousiasme de vos proches au prochain film tourné en une prise.

Slate.fr

Newsletters

Et Adolf devint Hitler

Et Adolf devint Hitler

Sa nouvelle biographie est un éclairage bref et précis sur la vie du dictateur et une entrée pour comprendre la construction de sa pensée.

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Newsletters