Monde

Comment un ancien officier nazi a exécuté un savant allemand pour le compte du Mossad

Temps de lecture : 2 min

Selon le quotidien Haaretz, Heinz Krug, un scientifique mystérieusement disparu en 1962, a été tué par Otto Skorzeny, un ancien Waffen SS de haut niveau débauché par les services secrets israéliens.

Otto Skorzeny en Poméranie en février 1945. Bundesarchiv, Bild 183-R81453 / CC-BY-SA 3.0
Otto Skorzeny en Poméranie en février 1945. Bundesarchiv, Bild 183-R81453 / CC-BY-SA 3.0

Selon une enquête menée par le quotidien israélien Haaretz, Heinz Krug, un scientifique allemand disparu en septembre 1962 alors qu'il collaborait avec les Égyptiens sur la conception d'armes, a été tué par un ancien officier nazi débauché par les services secrets israéliens. L'identité du tueur est révélée par le journal à partir d'entretiens avec d'anciens officiers du Mossad et des personnes ayant accès à ses archives: il s'agit d'Otto Skorzeny, un ancien lieutenant-colonel de la Waffen SS. Ce dernier est notamment connu pour avoir fait s'évader Mussolini en septembre 1943, ce qui avait permis à ce dernier de reconstituer un régime fasciste fantoche, la République de Salo –il avait aussi été envoyé à Vichy pour surveiller Pétain et empêcher que ce dernier ne parte en Afrique du Nord.

D'après les auteurs, le jour de sa disparition, Krug –lui-même ancien cadre du régime nazi puisqu'il avait partie de l'équipe de Wernher von Braun– devait rencontrer Skorzeny pour obtenir son aide alors qu'il faisait l'objet de menaces en raison sa collaboration avec les Égyptiens. C'est là qu'il a été sommairement exécuté, dans une forêt près de Munich, avant que son corps soit dissous à l'acide et enterré dans une fosse couverte de chaux. Une opération coordonnée à distance par Yitzhak Shamir, alors à la tête des opérations spéciales du Mossad et futur Premier ministre Likoud (1983-1984, 1986-1992).

«Quand des alliances de court terme pouvaient se révéler utiles, les Israéliens étaient disposés à dîner avec le diable si cela semblait nécessaire», écrit Haaretz. Acquitté par les Alliés de crimes de guerre en 1947, Skorzeny avait été maintenu en détention et s'échappa finalement en 1948. En 1962, après une approche rocambolesque du Mossad que l'article narre par le menu, il accepta de collaborer à condition (qui ne sera finalement pas remplie) que le chasseur de nazis Simon Wiesenthal retire son nom de la liste des fugitifs nazis les plus recherchés, ce qu'il voyait comme une incitation à l'assassiner.

L'implication d'Israël dans la déstabilisation de savants allemands collaborant avec le régime israélien (alias Opération Damoclès) était déjà connue des historiens, de même que la participation d'Otto Skorzeny à celle-ci. Dans leur livre Israel's Secret Wars: A History of Israel's Intelligence Services (1991), Ian Black et Benny Morris écrivaient ainsi que «traiter avec des vétérans SS dégoûtait les Israéliens, mais [...] ils constituaient clairement une source à ne pas sous-estimer», comme le prouvent «les informations importantes au sujet de scientifiques allemands fournies par le légendaire colonel de commando Otto Skorzeny».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

En revanche, l'ouvrage date son approche par le Mossad de début 1963, après l'enlèvement de Heinz Krug: il semble que l'implication de Skorzeny dans l'exécution de Krug n'avait pas été révélée jusqu'ici. À l'époque, Israël avait tenté de faire croire que le savant avait été enlevé par les Égyptiens eux-mêmes pour l'empêcher de traiter avec Tel-Aviv.

Newsletters

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

L'Ukraine a une capacité de résistance que la Russie ne devrait pas sous-estimer

L'Ukraine a une capacité de résistance que la Russie ne devrait pas sous-estimer

Devant l'échec annoncé des négociations, la Russie menace de passer à l'offensive en Ukraine. Mais même si l'Ukraine cède, le contrôle du pays par Moscou est loin d'être assuré.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio