Partager cet article

Avoir des enfants tard conduit à avoir… moins de petits-enfants

Star Wars Andres Rueda via Flickr CC License by

Star Wars Andres Rueda via Flickr CC License by

C’est le résultat de mutations génétiques qui affectent plus particulièrement les pères âgés.

Les pères qui ont eu des enfants tard ont plus de chances que les autres d’avoir moins de petits-enfants, argue une étude repérée par Science Mag qui a analysé les données concernant près de 1,3 million de personnes au total. L’explication: les gènes des enfants nés d’un père plus âgé seraient susceptibles de comporter plus de modifications génétiques dangereuses, et l’évolution mettrait donc un frein à leur fertilité.

C’était particulièrement vrai dans les siècles plus anciens, puisque les enfants nés de parents plus âgés, étant plus souvent dotés de ces mutations génétiques rendant par exemple leur coeur ou leur système immunitaire plus fragiles, mouraient plus tôt, et n’avaient donc aucune descendance. En Suède, plus de 99% des enfants survivent aujourd’hui jusqu'à l’âge de un an, ce qui n’était le cas que de 90% d’entre eux il y a 200 ans.

Risque faible

Mais selon les chercheurs , qui ont étudié les recensements de populations des XVIIe et le XVIIIe siècles en Allemagne, au Canada et en Suède, ainsi que des registres au XXè siècle en Suède, cette tendance est toujours à l’œuvre, même avec les progrès de la médecine qui réduisent considérablement la mortalité infantile. Pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que ces mutations génétiques, si elles ne les tuent plus, peuvent affecter leur fertilité. Ou les rendent moins attractifs pour trouver un partenaire leur permettant de se reproduire.

Ce qui ne veut pas dire non plus que les pères d’un certain âge doivent absolument se garder de faire des enfants: le risque de mutation génétique est très faible, rassure Ruben Arslan, psychologue à l’Université de Göttingen en Allemagne, et auteur principal de cette étude.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte