Partager cet article

Une grosse éruption solaire pourrait griller la Terre

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Il y a un risque «très faible» mais pas nul qu’une super éruption solaire, 10.000 fois supérieure à la normale, carbonise notre planète.

On vous prévient tout de suite: si vous avez fait des cauchemars après avoir regardé le film Melancholia (qui raconte l’histoire d’une planète mille fois plus grosse que la Terre s’écrasant sur elle), cet article n’est pas pour vous. Car ce qui va suivre est assez effrayant. Il y a une chance que nous soyons un jour totalement grillés par une gigantesque éruption solaire, bien plus importante que celles qui endommagent parfois nos circuits électriques terrestres et nos réseaux de communication, affirme une étude de la revue Nature communications résumée par Science mag.

Les éruptions solaires proviennent de l’interruption et de la reconnexion des champs magnétiques autour de l’astre. Certaines peuvent être d’une ampleur inimaginable, jusqu’à 10.000 fois plus grandes que toutes celles que nous avons connues. Pour l’instant, le soleil n’est jamais entré dans une colère telle qu’elle pourrait nous menacer, parce que son champ magnétique est assez faible. D’autres étoiles sont dotées de champs magnétiques bien plus puissants, créant régulièrement ces «super éruptions».

Risque «très modéré mais pas nul»

Mais les chercheurs ont voulu savoir si ces éruptions gigantesques se produisaient parfois autour d’étoiles avec des champs magnétiques inférieurs en force à celui de la Terre, ou similaires. Et accrochez-vous bien: oui, cela arrive. Et pas qu’un peu. Environ 10% des étoiles qui produisent ces «super éruptions» («superflare» en anglais) ont des champs magnétiques inférieurs ou équivalents à celui de la Terre, affirment les chercheurs qui ont pour cela étudié près de 5.600 de ces corps célestes, à l’aide du téléscope chinois Guo Shoujing.

«Le risque est très modéré mais pas nul», affirmait déjà, avant cette découverte, l'astrophysicien Francis Rocard dans une interview à L’Express.

Mars a perdu son atmosphère à cause des éruptions

En juillet 2012, une tempête solaire a manqué la Terre de peu. Elle aurait pu provoquer plus de mille milliards de dollars de dégâts. En 1989, une éruption solaire a plongé le Québec dans le noir pendant plusieurs heures. Des centaines d’années plus tôt, en 744 et 993, notre planète avait déjà été frappée par «d’énormes vagues de particules subatomiques», environ 10 à 100 fois plus importantes que d’habitude. La première était «cinq fois plus puissante que n’importe quelle tempête solaire observée entre 1956 et 2005». Si un tel événement se reproduisait, nous resterions des mois sans électricité.

Ces évènements étaient tout bonnement ridicules comparés aux plus grosses de ces «super éruptions», 10.000 fois supérieures à la normale. On sait que si Mars a perdu son atmosphère, c'est en partie à cause des éruptions solaires. La Terre est pour l’instant protégée par son champ magnétique des plus petites éruptions, mais en cas de «super éruption» d’importance, il ne suffirait pas. Heureusement, le risque est jugé «très faible».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte