France

Oui, Alain Juppé a changé: il est pire qu’avant

Thomas Guénolé, mis à jour le 08.04.2016 à 10 h 52

Favori de la primaire de droite, Alain Juppé séduirait jusqu’à l’électorat de gauche. Un contresens, puisque ses propositions montrent qu’il s’est radicalisé depuis son passage à Matignon il y a vingt ans.

Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, en 1996 | DERRICK CEYRAC/AFP

Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, en 1996 | DERRICK CEYRAC/AFP

Une part substantielle de l’électorat de gauche envisage de participer à la primaire de droite prévue cet automne afin de voter pour Alain Juppé, et certains sympathisants de gauche semblent même envisager de voter pour lui lors de l’élection présidentielle de 2017. Venant d’électeurs de gauche, même modérés, même sociaux-libéraux, c’est d’autant plus surprenant que l’Alain Juppé de 2016 a empiré par rapport à celui de 1995. Voici pourquoi.

1.Il cherche à minimiser son passé clientéliste et népotiste

De 1983 à 1995, alors qu’il était à la fois secrétaire général du RPR (l’ancêtre du parti Les Républicains) et maire adjoint de Paris en charge des finances, il a pris une part active à un système illégal visant à financer des emplois au RPR avec l’argent de la mairie et avec l’argent d’entreprises désireuses de passer des contrats de marchés publics avec la Ville. Il s’agissait donc d’un mécanisme de corruption, de clientélisme et de détournement d’argent public.

«Alain-Juppé-a-payé-pour-Chirac»: c’est un refrain bien connu. L’intéressé cherche lui-même à accréditer cette légende de l’exécutant désintéressé. Pour ce faire, il répète à l’envi que dans son jugement de 2004, la cour d’appel de Versailles souligne qu’il «n’a tiré aucun enrichissement personnel de ces infractions».

C’est vrai, mais c’est avoir la mémoire sélective à double titre: et c’est là qu’intervient le mensonge.

D’une part, Alain Juppé fait semblant d’oublier que les juges ne se sont pas contentés de souligner son absence d’enrichissement personnel. Il escamote opportunément cet autre passage de l’arrêt de la cour d’appel qui insiste sur sa duplicité, son immoralité politique et son obstination à mentir répétitivement à la justice:

«Il est regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, M. Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti les règles qu’il avait votées au Parlement. Il est également regrettable que M. Juppé, dont les qualités intellectuelles sont unanimement reconnues, n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l’ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés.»

D’autre part, cette légende du fidèle exécutant désintéressé est, au sens strict, un mensonge. Elle serait véridique si Alain Juppé n’avait pas profité lui-même du «système Chirac» de clientélisme et de détournement de ressources publiques à l’époque en vigueur à la mairie de Paris. Or, c’est faux: il en a personnellement profité, de même que sa famille. En 1993, alors qu’il était maire adjoint en charge des finances, il a donné l’ordre à ses services de diminuer le loyer de son propre fils, Laurent, qui était logé dans un appartement propriété de la Ville de Paris. Cela s’appelle du népotisme.

Plus grave: lui-même locataire d’un appartement propriété de la Ville de Paris, il payait un loyer de seulement 12.000 francs (2.100 euros) pour une surface de 189 mètres carrés. C’est d’ailleurs à cette époque que, interviewé sur cette affaire par Patrick Poivre d’Arvor, il se dit victime d’une entreprise de déstabilisation et assène: «Je reste droit dans mes bottes». Une procédure avait été ouverte et n’avait débouché sur aucune poursuite; en revanche, Alain Juppé comme son fils avaient dû quitter les appartements concernés.

Tout cela remonte à plus de vingt ans. Il est donc sans doute temps de tirer un trait sur le passé d’Alain Juppé en termes d’affaires. En revanche, en cherchant de nos jours à minimiser ce qu’il a fait et à faire oublier qu’il avait lui-même profité matériellement du «système Chirac» à la mairie de Paris, le personnage politique a empiré par rapport à 1995.

2.Il s’est radicalisé sur l’économie

L’âge avancé a un avantage en campagne électorale: il permet de jouer favorablement sur l’allure générale d’un grand-père affectueux et plein de sagesse. En l’occurrence, c’est donc l’opposé de l’image sèche, cassante, autoritaire et sans empathie qui prévalait d’Alain Juppé lorsqu’il était Premier ministre de Jacques Chirac.

Or, cette image d’un Alain Juppé cuvée 2016 bienveillant, modéré, est fausse à double titre.

Alain Juppé, alors Premier ministre, à Québec le 11 juin 1996 | ADNDRE PICHETTE/AFP

D’une part, il conserve les mêmes priorités de réforme que du temps de 1995. Par exemple, lorsque le 2 octobre 2014, il fut l’invité de l’émission Des paroles et des actes, prié d’indiquer quelle serait la réforme prioritaire s’il devenait chef de l’Etat, il répondit qu’il s’agirait de celle de l’assurance-maladie. Or, c’était déjà son point de vue il y a vingt ans. C’est d’ailleurs pour cette raison que le célèbre «Plan Juppé» de 1995 concernait principalement l’assurance-maladie. Il prévoyait des sanctions pour les médecins dépassant les objectifs de dépenses d’assurance maladie, la hausse des tarifs d’accès à l’hôpital, la hausse des cotisations maladie pour les retraités et les chômeurs ainsi que la baisse des remboursements de médicaments.

Pour rappel, ce «Plan Juppé», qui incluait en outre la fiscalisation des allocations familiales et l’allongement de la durée de cotisation de retraites pour les fonctionnaires, provoqua le plus grand mouvement de grèves de France depuis Mai-68. Certains défilés attinrent plus de 2 millions de participants. Les grèves mobilisèrent surtout le secteur public mais en fait, elles touchèrent même une partie du secteur privé.

D’autre part, non seulement Alain Juppé a conservé ses priorités politiques mais en fait, il s’est même radicalisé. Deux indices clairs en attestent.

Premier indice, qualitatif: parmi les rares sources d’idées dont il se réclame publiquement se trouve le livre La France est prête: nous avons déjà changé de l’essayiste Robin Rivaton. Or, la thèse centrale de ce livre est la suivante: la population française serait collectivement demandeuse d’une transformation radicale du pays dans le sens du libéralisme économique. Dans cette nouvelle société, l’Etat serait massivement moins présent. Chacun aurait à compter davantage sur lui-même pour s’en sortir. Les solidarités seraient locales et surtout privées, plutôt que relevant de la protection sociale obligatoire. La fiscalité favoriserait davantage les plus riches, pour qu’ils ne s’exilent pas et parce que les Français accepteraient mieux les très grands écarts de revenus.

Du reste, Robin Rivaton a en commun avec Alain Juppé de considérer, dans la lignée de Margareth Thatcher, qu’«il n’y a pas d’alternative» au système actuel de la mondialisation inéquitable. Il est donc allé jusqu’à forger dans ce livre un néologisme qui est un argument d’autorité: le «lib-réalisme». Ainsi, l’affaire est entendue: soit vous approuvez les thèses du libéralisme économique et la mondialisation inéquitable, soit vous manquez de sens du réalisme. Cette façon de voir les choses est glaçante si l’on se souvient, par exemple, que ce système fonde la production de la plupart de nos vêtements bon marché sur l’esclavage et le travail des enfants (par exemple au Bangladesh).

Second indice, quantitatif celui-là: Alain Juppé a annoncé que s’il est élu président de la République, la masse de nos dépenses publiques annuelles sera amputée de 150 milliards d’euros durant son quinquennat. Or, ces dépenses s’élèvent, si l’on prend les chiffres de l’année 2014, à 1.185 milliards d’euros toutes administrations confondues. En d’autres termes, Alain Juppé prévoit d’amputer nos dépenses publiques de 12%.

Bref, que ce soit sur la radicalité des thèses auxquelles il adhère ou sur l’ampleur de la politique d’austérité budgétaire qu’il prépare, le personnage politique a empiré par rapport à 1995.

3.Il s’est converti aux thèses sécuritaires

Sans doute le succès d’image d’Alain Juppé chez une partie de l’électorat de gauche s’explique-t-il par l’ombre portée de Nicolas Sarkozy. L’ancien Premier ministre devrait cette popularité au simple fait d’être le principal concurrent à droite d’un ex-chef de l’Etat bien plus exécrable pour le «peuple de gauche». Plus largement, une partie de cet électorat imputerait donc par défaut à Alain Juppé diverses qualités contraires à ce qu’il déteste chez Nicolas Sarkozy.

Pourtant, cette croyance en un Alain Juppé modéré par contraste avec un Nicolas Sarkozy lepénisé est infondée. Si l’on s’intéresse au livre Pour un Etat fort qu’il a récemment publié, l’on y constate en effet sa conversion explicite à plusieurs propositions-clés de la droite sécuritaire.

En matière pénale, comme Nicolas Sarkozy, Alain Juppé veut rétablir les «peines plancher», qui font interdiction aux juges de prononcer des peines plus légères qu’elles. Il compte supprimer le système des réductions automatiques de peines. Il veut également supprimer les peines de substitution –par exemple le bracelet électronique– pour toute peine supérieure à un an de prison, et à six mois si le condamné est un récidiviste. Le reste est à l’avenant.

Par ailleurs, en matière d’immigration, Alain Juppé veut durcir encore les conditions du regroupement familial. Il veut interdire l’acquisition de la nationalité française aux étrangers nés en France mais dont les deux parents étaient à leur naissance des immigrés illégaux. En outre, alors qu’elle exclut déjà, entre autres, les examens médicaux pour les femmes enceintes, il compte restreindre encore le contenu de l’aide médicale de l’Etat aux immigrés illégaux.

A moins de faire l’effort de se souvenir des lois sécuritaires adoptées par le gouvernement de l’homme de 1995, l’on ne lui connaissait pas de telles positions avant la parution de ce livre. Là aussi, donc, le personnage politique s’est radicalisé.

4.Ne faire qu’un mandat l’encouragerait à la radicalité

Afin de limiter l’impact négatif de son âge avancé sur ses chances de victoire, Alain Juppé a pris l’engagement de ne faire qu’un seul mandat s’il accède à la présidence de la République. C’est une promesse très bien accueillie dans l’opinion publique. Beaucoup y voient la garantie que l’élu fera toutes les réformes promises, sans chercher à trahir ses promesses ou à mettre de l’eau dans son vin en vue d’une réélection.

Au regard de sa radicalisation en matière de politique économique et d’austérité budgétaire, il faut cependant avoir à l’esprit la contrepartie logique de cet argument. Il signifie en effet que, ne cherchant pas du tout à être réélu, Alain Juppé irait jusqu’au bout de son programme radical de conversion de la France au libéralisme économique. Circonstance aggravante, les institutions de la Vème République étant ce qu’elles sont, rien ou presque ne pourrait l’en empêcher, et ce, pour cinq années entières.

CQFD. Au vu de l’ensemble de ces éléments, il est tout à fait étonnant, et pour tout dire consternant, qu’une part substantielle de l’électorat de gauche –même modéré ou social-libéral– puisse envisager sérieusement de donner son vote à Alain Juppé.

Thomas Guénolé
Thomas Guénolé (21 articles)
Politologue
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte