Partager cet article

Les librairies d’occasion disent stop à «Cinquante nuances de Grey»

Le premier livre de la trilogie de l'auteure E. L. James a fait un carton en France. Ici, à Paris le 16 octobre 2012, un  jour avant sa publication | Kenzo Tribouillard/AFP

Le premier livre de la trilogie de l'auteure E. L. James a fait un carton en France. Ici, à Paris le 16 octobre 2012, un jour avant sa publication | Kenzo Tribouillard/AFP

Au Royaume-Uni, les librairies d’occasion Oxfam croulent sous les dons du livre érotique de E. L. James.

«Nous apprécions tous vos dons, mais un peu moins de “Cinquante nuances de Grey” et un peu plus de vinyles des années 1960 et 1970, ça serait bien.» C’est avec ce message que la bouquinerie Oxfam de Castle Street, à Swansea (Pays-de-Galles), a prévenu les éventuels donateurs de livres d’occasion sur Facebook:

 

We appreciate all your donations, but less Fifty Shades and more Sixties and Seventies vinyl would be good :)

Posté par Oxfam Castle Street Swansea sur dimanche 20 mars 2016

 

Oxfam International est une organisation caritative internationale qui propose toutes sortes de services, dont des bouquineries. Le problème, c’est que celle de Swansea est devenue une véritable «maison de retraite» pour les livres d’E. L. James, explique le gérant au Mirror.

 

«Une boutique Oxfam a reçu tellement de dons de “Cinquante nuances de Grey” qu’ils ont réussi à construire un mur de garde.»

Centaines de copies

De son côté, la cogérante Katherine Eilbeck se désole que sa bouquinerie «abrite désormais des centaines de copies». De même, elle affirme qu’il y en a des «milliers» dans les autres magasins Oxfam de la ville, rapporte Flashes.

The Mirror souligne qu’ils sont «tellement inondés» par les dons de ce livre qu’ils ont été «forcés de les stocker dans un entrepôt». Les exemplaires seront ensuite «revendus en ligne ou recyclés».

 

Can you donate Some Product to Oxfam? (We are happy to take anything, but 33rpm records would be better than 50 Shades Of Grey books if possible :))

Posté par Oxfam Castle Street Swansea sur mardi 22 mars 2016

 

Même son de cloche du côté de la librairie Oxfam de Salisbury, en Angleterre: David Taylor, le gérant, a déclaré au Guardian qu’il entrepose ces livres et les redistribue à d’autres filiales Oxfam. Taylor a décidé de ne plus les revendre car il «y a dix boutiques de bienfaisance dans [leur] rue» qui les vendent aussi. «Ça n’a plus de sens», ponctue-t-il.

La saga de romance érotique Cinquante nuances de Grey s’est écoulée à 125 millions de copies à travers le monde. En février 2015, une adaptation est sortie au cinéma. Au vu du nombre d’exemplaires que les organismes de charité récupèrent et n’arrivent plus à écouler, on dirait que l’engouement des débuts s’est essoufflé.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte