INFOGRAPHIE. Quarante ans de mesures de sûreté dans les aéroports

Détournements, attentats-suicides, attentats à la bombe... Les risques sécuritaires ont eu un fort impact sur le quotidien des voyageurs.

Faut-il instaurer des contrôles systématiques à l'entrée des aéroports? La question est désormais posée après les attentats de Bruxelles, lors desquels deux terroristes se sont fait exploser dans l'aéroport de Zaventem, causant la mort de onze personnes, ainsi que de nombreux blessés.

Pour le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, interrogé à ce sujet sur France Info, ces contrôles systématiques à l'entrée des aéroports ne sont pas une bonne idée:

«Il faut là aussi être rationnel et chercher l'efficacité maximale, si vous opérez des contrôles à l'entrée des aéroports vous allez d'abord emboliser les aéroports, vous allez rendre impossible le fonctionnement de l'économie. [...] Si vous constituez des files d'attente devant les aéroports, vous constituez autant de cibles pour les terroristes.»

Preuve de ces propos, la longue file qui restreignait l'accès à la gare de Bruxelles, le 22 mars, quelques heures après les attaques terroristes:

Dans l'histoire, c'est généralement après des attentats ou des tentatives déjouées que les protocoles de sûreté ont évolué. Cela a débuté avec les nombreux détournements d'avions à la fin des années 1960 et au début des années 1970 et s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui. Des détecteurs de métaux jusqu'aux scanners corporels, en passant par l'interdiction des coupes-ongles en cabines et les chaussures à enlever, vous pouvez revivre cette évolution en consultant notre infographie ci-dessous.

 

 

Partager cet article