Préservatif bientôt obligatoire pour les clients de la prostitution en Allemagne

Préservatifs | Paul Keller via Flickr CC License by

Préservatifs | Paul Keller via Flickr CC License by

Ceux qui auraient des relations non protégées pourront être pénalisés. D'autres mesures annoncées visent à mieux protéger les travailleuses du sexe.

La décision vient au terme d'années de débats houleux. Le conseil des ministres allemand a validé ce jeudi 24 mars un projet de réforme visant à renforcer la protection des travailleuses du sexe face à l'exploitation par des tiers et face aux maladies sexuellement transmissibles, rapporte le quotidien Rheinische Post. La prostitution est légale et encadrée par la loi en Allemagne. 

Le texte, qui devrait être examiné dans quelques mois par le Bundestag et le Bundesrat et entrer en vigueur à partir de 2017, a notamment pour but d'assainir le milieu de la prostitution des réseaux de proxénétisme en rendant plus difficile l'ouverture d'une maison close. Celle-ci sera soumise à l'autorisation des autorités allemandes, après examen du casier judiciaire des futurs exploitants, afin d'écarter systématiquement les proxénètes.

Les prostituées seront, elles, tenues de déclarer leur activité, chaque année pour les personnes âgées de 18 à 21 ans, tous les trois ans à partir de 21 ans. Cette déclaration sera assortie d'une visite médicale obligatoire qui aura lieu, selon l'âge de la personne, dans les six mois ou les deux ans suivant l'inscription. Les travailleuses du sexe encourront alors une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 euros si elles ne déclarent pas leur activité. 

Autre changement notable: l'usage obligatoire du préservatif pour les clients, afin de protéger les prostituées face aux MST. Ceux qui auront des rapports sexuels non protégés seront punis par une amende pouvant aller jusqu'à 50.000 euros. Ce dernier point est déjà en vigueur en Bavière et dans la Sarre.

«Il y a aujourd'hui plus de conditions à respecter dans une baraque à frites»

Entrée en vigueur en 2002, la loi sur la prostitution a notamment permis aux travailleuses du sexe d'être affiliées à la sécurité sociale mais n'a, dans le fond, pas permis d'améliorer leurs conditions de travail. Plusieurs syndicats de prostituées dénoncent ce projet de réforme depuis des mois, estimant qu'en officialisant leur activité, les travailleuses du sexe seront encore plus stigmatisées par la société.

Le quotidien Badische Zeitung estime, de son côté, qu'à l'instar des autres domaines d'activité, la prostitution se doit d'être plus encadrée par la loi:

«Il y a aujourd'hui plus de conditions à respecter dans une baraque à frites que dans un bordel.»

Le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung se demande, lui, si cette loi, en limitant les conditions d'exercice de la prostitution, n'annonce pas tout bonnement la fin de la prostitution légale en Allemagne, tandis que la chaîne de télévision WDR l'estime contre-productive vis-à-vis de celles qu'elle est censée protéger:

«Plusieurs études internationales montrent que les infections au VIH et aux MST ont baissé en Allemagne parce que chacun a le droit de se faire tester de son propre gré et de manière anonyme. On n'obtient pas la confiance par la contrainte.»

Partager cet article