Jésus, Abraham et Moïse étaient-ils psychotiques?

Jésus | James Shepard via Flickr CC License by

Jésus | James Shepard via Flickr CC License by

Les grandes figures du monothéisme souffraient-elles de pathologies mentales? C’est la question que se sont posée des médecins américains.

«Si vous parlez à Dieu, vous êtes religieux. Si Dieu vous parle, vous êtes psychotique.» Cette réplique cinglante sort de la bouche de Thomas Szasz. À l’heure où vient de sortir une traduction française de la 5e version du DSM, le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, quel regard médical pourrait-on poser sur les grands personnages de la Bible? Des neurologues et psychiatres américains ont essayé de répondre à cette question dans un article publié en 2012 dans la très sérieuse revue The Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences. Les auteurs ont pris au pied de la lettre les écrits de l’Ancien et du Nouveau Testament afin d’en décortiquer la sémiologie. Voici les diagnostics différentiels de quatre grandes figures bibliques: Abraham, Moïse, Jésus et Saint Paul.

 

1.Abraham, le 1er cas de psychose

Abraham est l’un des fondateurs du judaïsme, ainsi que l’un des principaux personnages du christianisme et de l’islam. Durant sa longue vie (175 ans!), le patriarche hébreu aurait eu de nombreux épisodes d’hallucinations mystiques. Dans un épisode célèbre, Dieu lui ordonne de sacrifier son fils. Mais au moment de l’égorger, sa main est stoppée par un ange, et finalement il sacrifie un mouton à la place. À l’origine de nombreux rituels comme la circoncision ou le sacrifice de l'Aïd, ce passage de l'Ancien Testament symbolise la soumission d'Abraham à Dieu. Un épisode d'hallucination visuelle et auditive avec délire mystique et passage à l’acte violent contre son fils, selon les psychiatres médecins américains auteurs de l’article. D’après eux, le patriarche remplit les critères du DSM de la schizophrénie.

«Il faut aussi évoquer la possibilité d’une épilepsie de la région temporale gauche. Ce qui peut provoquer des délires mystiques et donner un tableau quasi identique à la schizophrénie, nuance le Dr Didi Roy, psychiatre et neurologue à l’Hôpital de la Chartreuse à Dijon. Et s’il reste bloqué au moment de frapper son fils, c’est peut-être qu’il s’y associe une épilepsie partielle avec une perte de contact.»

Autre piste des auteurs: une intoxication. Abraham était-il un junky friand de Datura ou d’une autre plante hallucinogène? La Bible ne le précise pas.

Moïse est d’abord un enfant abandonné, ce qui laisse des traumatismes psycho-infantiles importants

Comment un psychotique pouvait-il diriger un peuple? Le phénomène de désorganisation de la pensée et la bizarrerie du comportement est présent dans la schizophrénie. Mais il peut être mineur dans la schizophrénie paranoïde ou la paraphrénie et donc ne pas nuire au leadership d’Abraham. De plus, comme l’expliquait cet article paru dans Slate, toutes les cultures n’appréhendent pas les hallucinations de la même manière. Ainsi selon les auteurs, il est tout à fait probable qu’Abraham soit le premier cas de psychose décrit dans la littérature.
 

2.Moïse, le schizo-affectif

Premier prophète du judaïsme, Moïse lui aussi présente des signes de schizophrénie: de la révélation du buisson ardent à la dictée des tables de la loi, ses hallucinations visuelles et auditives sont multiples. «Moïse est d’abord un enfant abandonné, ce qui laisse des traumatismes psycho-infantiles importants», note le Dr Didi Roy. Après avoir tué un Égyptien, il subit un déclassement social violent: de prince il devient berger dans le désert. «Chez Moïse, les hallucinations arrivent assez tard, à l’âge de 40 ans: on peut donc se poser la question d’une psychose tardive de type psychose hallucinatoire chronique, explique le psychiatre. On peut aussi se poser la question d’un trouble bipolaire avec une manie délirante.» Dans ce trouble en effet l’excitation et l’euphorie peut aller jusqu’au délire et aux hallucinations.

Pour aller dans le sens d’un trouble bipolaire, les auteurs de l’article du Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences notent que le prophète est considéré, selon la tradition, comme l’auteur des cinq premiers livres de la Bible, dicté directement par Dieu. La graphorrhée ou l’impulsivité irrésistible à écrire est aussi un symptôme que l’on retrouve dans plusieurs pathologies. Dans le trouble bipolaire notamment, où la créativité est exacerbée au cours des phases maniaques. Les écrivains sont d’ailleurs plus à risque d’être atteints de bipolarité.

Moïse sait aussi se montrer d’une rare violence. En plus de l'épisode de l'Égyptien, il sacrifie 3.000 adorateurs du veau d’or… Hallucinations, changements brutaux d’humeur, graphorrhée,  les auteurs concluent ainsi à un trouble bipolaire ou à un trouble psychotique associé à un trouble de l’humeur, appelé trouble schizo-affectif.

 

3.Jésus, le dépressif

Le fondateur de la chrétienté est sujet à des hallucinations auditives et visuelles durant les  trois ans de son court magistère. Depuis son baptême par Jean-Baptiste jusqu’à sa mort sur la croix en passant par la tentation du diable dans le désert. Cette dernière, selon les auteurs de l’article, pourrait être due à la faim et des troubles métaboliques après un long jeûne dans le désert. Mais pour le reste de sa vie, il semble que Jésus et les apôtres ne se soient pas privés en banquets. Hallucinations, délires mystiques et mégalomaniaques (il est le fils de Dieu quand même!) peuvent donc s’inscrire dans un trouble psychotique ou un trouble bipolaire. Les auteurs américains penchent plutôt vers le second diagnostic car  à la fin de sa vie, Jésus semble présenter une note dépressive: il explique la nécessité de sa mort et se met en danger de façon délibérée. Un quasi suicide qui semble compatible avec un trouble de l’humeur selon les auteurs.

Marie le survalorise, ce qui pousse à un sentiment de toute-puissance

«Pour moi, c’est clair que Jésus était bipolaire, explique le Dr Didi Roy. Marie est une mère célibataire, son fils est élevé par Joseph qui n’est pas son père. Ce qui explique plus tard sa défense de la femme adultère. Marie le survalorise, ce qui pousse à un sentiment de toute-puissance. Puis on n’entend pas parler de lui jusqu’à l’âge de 30 ans, où il décompense un trouble bipolaire avec des phases maniaques (multiplication des pains), irritabilité (la colère contre les marchands du temple), des hallucinations, un délire de grandeur (fils de dieu), puis une phase dépressive, voire mélancolique avec un suicide par procuration: il se laisse alors prendre alors qu’il aurait pu se sauver.»

Alors Jésus était-il bipolaire? Est-il mort alors qu’il était en phase mélancolique? «Avec des antidépresseurs ou quelques séances d’électrochocs, il aurait pu retrouver une stabilité de l’humeur», suggère le Dr Didi Roy.
 

4.Saint Paul, un hystérique?

Le cas de Saint Paul est complexe, notamment l’épisode le plus célèbre de sa vie: sa conversion au christianisme sur le chemin de Damas. Alors qu’il est en route pour persécuter les chrétiens, Saint Paul est aveuglé par un éclair blanc, tombe à terre et entend Jésus lui parler. Il restera aveugle trois jours avant de recouvrer la vue et de se convertir au christianisme. Pour les auteurs de l'article, il s’agirait plutôt d’une conversion hystérique: ce trouble peut mimer ainsi des complications neurologiques sans qu’il y ait de lésions.

La piste de l’épilepsie est aussi évoquée. «Le halo blanc peut être provoqué par une crise d’épilepsie du lobe occipital, situé à l'arrière du cerveau, explique le Dr Didi Roy. Puis la chute a pu provoquer un traumatisme crânien, entraînant un œdème de ce même lobe, ce qui expliquerait la perte de la vue réversible en trois jours. Mais l’accident ischémique transitoire ou l’hémorragie peuvent aussi être envisagés.» Alors hystérique ou épileptique, Saint Paul? Difficile de trancher le cas de celui qui fut l'exportateur du message de Jésus hors de Judée.

Un futur Jésus parmi les psychotiques?

L’article ne s’aventure pas à faire le diagnostic différentiel de Mahomet. Le prophète de l’islam présente lui aussi des symptômes variés: des hallucinations chroniques (schizophrénie? trouble bipolaire?), un halo blanc (épilepsie occipitale?), des douleurs à la tête (migraine? hypertension intracrânienne? tumeur cérébrale?).  Mais l'hypothèse des auteurs reste la même: les grands leaders des religions monothéistes, fondateurs de notre civilisation, ont peut-être souffert de troubles psychotiques ou neurologiques expliquant l’aura qu’ils ont pu avoir sur leur fidèles.

Ce sont peut-être des personnes avec des symptômes psychotiques qui ont eu une influence considérable sur le développement de la civilisation occidentale

«L’épilepsie a probablement joué un rôle dans les religions révélées, explique Jean-Pierre Neidhardt, professeur d’histoire de la médecine à l’université de Lyon-I. Cette maladie était considérée, comme une manifestation de la présence des dieux chez les Grecs et les Romains où elle était considérée comme un mal sacré.»

Le fait que ces figures bibliques aient pu être psychotiques est tout à fait possible pour le Dr Didi Roy: «La population n’a pas tant changé que ça en deux mille ans. Les hommes fonctionnaient comme aujourd’hui, la génétique s’est transmise, les pathologies restent les mêmes, ce qui nous permet de nous projeter dans le passé avec des connaissances d’aujourd’hui», explique le psychiatre. Alors aurions-nous eu toutes ces religions si les neuroleptiques et les antiépileptiques avaient existé il y a deux mille ans? Pas sûr.

Pourtant, le but des deux auteurs semble plus didactique: 

«Nous avons entrepris cette analyse avec l’intention de promouvoir le dialogue sur les limites de l’expérience humaine, expliquent-ils. Il faut éduquer les personnes qui souffrent d’une maladie mentale, et le public en général. Ce sont peut-être des personnes avec des symptômes psychotiques qui ont eu une influence considérable sur le développement de la civilisation occidentale.»

Il s’agit donc moins de décrédibiliser les monothéismes que de réhabiliter les patients souffrant de maladies psychiatriques. Et s’il y avait un futur Jésus parmi eux?

Partager cet article