Le hastag #StopIslam a été beaucoup repris mais pour de bonnes raisons

Trolling | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by

Trolling | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by

Sur Twitter, le hashtag #StopIslam a servi à dénoncer les propos islamophobes.

Si vous avez passé un peu de temps sur Twitter mardi 22 mars, quelques heures après les attentats qui ont frappé la Belgique, vous avez probablement vu remonter le hashtag #StopIslam, dans votre timeline ou dans les trending topics (les sujets les plus discutés sur le réseau social).

Le New York Times indiquait dans son live, en début de soirée, que plus de 140.000 messages contenant le hashtag avaient déjà été postés, selon Dataminr. Comme prévu, une bonne partie de ces tweets étaient assez nauséabonds. Mais Salon note également que Twitter a vite été «submergé par des messages promouvant l’unité et la paix»

 

«#StopIslam, hein? Si vous ne savez pas placer Bruxelles sur une carte, vous risquez également de passer à côté de la distinction entre islam et terrorisme. #StoppezL’Ignorance»

On a aussi pu voir cette superbe référence à un épisode d’À La Maison Blanche, dans lequel Josh expliquait à des lycéens après les attentats du 11-Septembre quelle pouvait être la bonne comparaison à faire entre extrémistes musulmans et extrémistes chrétiens:

 

«Les extrémistes radicaux sont à l’islam ce que le Ku Klux Klan est à la chrétienté.»

Colère et surprise

Il semblerait que ce soient davantage ces derniers messages qui ont fait remonter le hashtag dans les sujets les plus discutés, explique Caitlin Dewey du Washington Post:

«Sur 1.333 tweets publiés un peu partout dans le monde avec le hashtag #StopIslam et que le Post a récupérés entre 9h20 [14h20 en France] et 12h50 [17h50], environ 90% critiquaient ce hashtag. Selon un outil développé par des chercheurs de l’université d’État de Caroline du Nord, les gens évoquaient principalement dans ces messages leur colère et leur surprise qu’un tel hashtag ait pu être autant repris.»

Ce n’est pas la première fois que ce scénario se produit. Après les attentats du 13 novembre, des chercheurs se sont penchés sur les réactions des gens sur Twitter et ont découvert que, si les messages anti-islam étaient très nombreux, ceux anti-anti-islam l’étaient beaucoup plus.

La journaliste américaine a par ailleurs remarqué que, pour mettre fin à ce débat, plusieurs utilisateurs ont essayé en fin de soirée de faire remonter le hashtag #IslamIsNotTheProblem.

Partager cet article