Culture

Comment jurer sans gros mots au cinéma

Temps de lecture : 2 min

Pour faire prononcer des injures à leurs personnages, les scénaristes et réalisateurs ont appris à redoubler d'imagination.

Une capture d'écran du film d'animation «Fantastic Mr. Fox», de Wes Anderson

À Hollywood, les insultes sont rarement les bienvenues. Le plus souvent, sur grand écran comme à la télévision, les injures sont bannies par les scénaristes à titre préventif, bippées en post-production ou bien utilisées avec parcimonie et extrême précaution. Dans certains cas, les réalisateurs et les scénaristes ont donc recours à une ingénieuse pirouette qui leur permettra d’échapper à ces règles strictes: l’injure détournée.

Le concept est simple: un personnage prononce un mot qui, sur le fond, rappelle le ton et la portée d’une injure, mais qui, sur la forme, ne constitue pas une injure à proprement parler. Mâlin. «Bouffon à la tête de phacochère», «fils de chèvre sans mère», ou «freakin’ idiot» à la place de «fucking idiot»... Dans une vidéo, repérée par Slate.com, la chaîne YouTube Burger Fiction a compilé quelques exemples, de Présentateur vedette: La Légende de Ron Burgundy (2004) à Star Trek (2009) en passant par Fantastic Mr. Fox (2009) à Dumb and Dumber (1994).

«Fuck» et doigts d’honneur

Malgré les limitations qui leur sont imposées, il est nécessaire de rappeler que les scénaristes et réalisateurs d’Hollywood ne se sont jamais vraiment privés de faire prononcer à leurs acteurs quelques gros mots. Cette vidéo, par exemple, nous apprend que le mot «damn» est apparu pour la première fois en 1929 à l’écran, le mot «fuck» en 1933 et le mot «bullshit» en 1968. Rien de bien nouveau, en somme.

Dans les films, il y a des insultes, certes, mais également un tas de gestes injurieux. Dans une vidéo, la chaîne YouTube SuperCut Online a compilé 161 doigts d’honneur au cinéma. Au menu: Mr. Bean, Dallas Buyers Club, Le Cinquième Élément ou Inception.

Et, enfin, une vidéo qui compile toutes les scènes –et elles sont nombreuses– où l’on peut entendre le mot «fuck» dans les films du réalisateur Quentin Tarantino.

Newsletters

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

Si vous êtes comme nous, l'été ne rime pas qu'avec glaces fondues et bains de soleil, mais aussi avec occasion rêvée de rester au frais pour mieux se plonger dans des séries addictives.

Newsletters