Partager cet article

À Bruxelles, l’après-attentats se vit en direct sur Periscope

Capture d'écrans de vidéos Periscopes prises dans l'aéroport de Bruxelles, le 22 mars 2016.

Capture d'écrans de vidéos Periscopes prises dans l'aéroport de Bruxelles, le 22 mars 2016.

Dans les secondes qui ont suivi les explosions à l’aéroport et dans le métro, des témoins ont décidé de filmer ce qu’ils voyaient autour d’eux sur le réseau social vidéo, devenant de véritables diffuseurs improvisés d'information.

Ils étaient sur place avant tout le monde. Parfois même avant les secours, avant les journalistes, avant les autorités. Ce mardi 22 mars, quelques minutes après les explosions qui ont retenti à l’aéroport Zaventem-Bruxelles et au métro Maelbeek en Belgique, des citoyens ordinaires se sont saisis de leur téléphone pour filmer ce qu’il se passe autour d’eux. Mais plutôt que de prendre une vidéo puis de la publier sur les réseaux sociaux, certains se sont tournés vers l’application Periscope, qui permet de filmer avec son téléphone et de diffuser les images en direct sur internet, et même directement à l’intérieur d’un tweet.

En France, nous avons beaucoup parlé de Periscope après l’affaire Aurier, ce joueur du PSG qui avait insulté son entraîneur via l’application, et son succès est grandissant depuis son lancement l’année dernièreSur l’application mobile, l’on peut très facilement géolocaliser les vidéos en direct ou tout juste terminées, et ce mardi 22 mars, elles ont été très nombreuses dans la région de Bruxelles. Si l’on se penche d’abord sur Zaventem-Bruxelles, on peut apercevoir une dizaine de vidéos prises à l’intérieur même de l’aéroport. Leur localisation est même extrêmement précise. Car sur Periscope, on peut naviguer sur la carte du monde et voir les diffusions en direct ou les vidéos récentes pour les voir en replay.


Les contenus sont très divers mais un voyageur a publié de nombreuses vidéos depuis le terminal A de l’aéroport. Laurent Giaccio, manager de BEA Europe, va ainsi répondre en direct aux questions des internautes, qui peuvent discuter avec lui directement dans Periscope. Dans l’une de ces vidéos, on le voit courir sur quelques mètres, avec en fond sonore la voix d’un speaker qui demande de ne pas se rendre dans le bâtiment principal. «On nous a dit de rester dans les terminaux A et B», explique Laurent Giaccio dans une autre vidéo, avant d’ajouter qu’il ne comprend pas bien ce qui se passe et qu’il y a eu un «mouvement de foule». Enfin, dans un autre live, il racontera les explosions, l’agitation dans le terminal, le tout en filmant autour de lui et même le tarmac, où d’autres personnes sont également regroupées. Des gens de l’extérieur, qui lui posent des questions, vont également progressivement lui donner des informations sur ce qui se passe à quelques mètres de lui.

Dans d’autres vidéos, on entendra un speaker visiblement inquiète en train de demander à tout le monde d’évacuer. «J’espère que les gens ne vont pas paniquer et commencer à courir», dit l’auteur de la vidéo. Un internaute extérieur, qui regardait déjà le direct d’un autre voyageur quelques minutes plus tôt, va alors lui dire de ne pas s’inquiéter car l’autre voyageur avant lui a été évacué au même endroit. «Ok, ok», répondra le voyageur.

«Oui, descends par les tunnels. Il y a un autre streamer qui vient de passer par le même chemin.»

Aux alentours de l’aéroport, des piétons vont filmer les forces de police, les secours, et même une personne visiblement victime d’un malaise. Depuis leur classe, plusieurs élèves d’établissements scolaires alentours vont apprendre en direct la nouvelle, en rigolant d’abord, puis en s’inquiétant à mesure que les informations tombent sur les explosions.

Quelques minutes plus tard, c’est le métro Maelbeek dans le quartier européen qui va être touché. S’il n’existe pas de vidéos dans le métro même, des passants vont là encore filmer sur Periscope ce qu’il passe aux alentours, sans pour autant pénétrer le périmètre de sécurité.

Dans l’une de ces vidéos, deux jeunes qui ont quitté leur école discutent de ce qui se passe, donnent quelques infos, tentent de se rapprocher au maximum de la bouche de métro, en vain. Mais l’un d’entre lâchera aux internautes, avec un sourire: «Nous sommes en direct sur Periscope pour vous les amis. On sait que vous êtes là pour ça, pour voir ce qui se passe. On sait que vous êtes là pour ça.» Pour l’instant, près de 2.000 personnes ont vu leur vidéo.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte