Partager cet article

Attentats à Bruxelles: la police lance un appel à témoins

Twitter/LeSoir

Twitter/LeSoir

– Une double explosion a touché, ce mardi 22 au matin, l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem, à l’est de la capitale belge. Le parquet a évoqué un attentat «probablement provoqué par un kamikaze».
– Une autre explosion a eu lieu dans la station de métro Maelbeek, dans le quartier de Bruxelles où sont réunies plusieurs institutions européennes.
– Daech a revendiqué ces attentats.
– Le bilan provisoire est encore incertain. Les attaques terroristes ont fait au moins 11 morts à l’aéroport de Bruxelles et au moins 20 à la station de métro Maelbeek. Le nombre de blessés s'élève à plus de 200.
Les autorités belges sont à la recherche du troisième suspect, présent ce matin à l'aéroport.
– Lundi 21 au soir, le ministre de l’Intérieur belge avait affirmé craindre des représailles après l’arrestation de Salah Abdeslam.

19h27 Une journaliste de BFM indique que le parquet a confirmé la découverte «d’un engin explosif contenant entre autres des clous».

19h21 Moulinsart, la maison éditrice de Tintin, est réputée pour ses réflexes procéduriers. Robin Panfili raconte qu'elle risque de se retrouver bien embêtée face aux nombreux détournements de la bande dessinée qui rendent hommage aux Belges après les attentats de Bruxelles.

 

19h06 Selon le procureur fédéral belge, le troisième suspect –celui pour lequel la police a lancé un appel à témoins– «a pu être vu en train de s'enfuir de l'aéroport».

Il a également annoncé qu'il était trop tôt, «pour établir un lien avec les attentats de Paris».

18h49 Facebook a été critiqué ce 22 mars pour avoir mis du temps avant de déployer son outil «Safety Check». Contacté par Le Monde, l'entreprise américaine a précisé pourquoi ceci avait pu prendre du temps:

«L’entreprise doit d’abord évaluer la situation, son ampleur et sa gravité, afin de s’assurer que le safety check serait réellement utile. Une fois que cela est décidé, reste encore à savoir quand, exactement, activer le dispositif : pas trop tard, bien entendu, mais pas trop tôt non plus... Par crainte de nouvelles attaques. [...] Si le safety check avait été déclenché trop tôt, certaines personnes auraient pu l’utiliser pour rassurer leurs proches et, malheureusement, être touchées un peu plus tard. 

 

Une fois que la décision a été prise de lancer l’opération, Facebook doit encore faire face à quelques contraintes techniques. L’entreprise doit ainsi déterminer la zone géographique dans laquelle elle s’appliquera et la mettre en place techniquement, ce qui nécessite un peu de développement. Le message doit aussi être traduit dans la langue concernée, et dans le cas de la Belgique, en trois langues (français, flamand, allemand). Facebook doit aussi mettre à disposition des numéros de téléphone d’urgence et sites officiels dans son message.»

18h39 Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan a lui aussi réagi aux attentats qui ont eu lieu, ce matin, à Bruxelles. 

18h35 La Belgique est le vingtième pays touché par le terrorisme islamiste depuis le 13 novembre. Libération indique qu'au total plus de 500 personnes ont été tuées dans ces attaques, en l'espace de quatre mois, «et ce total n'est probablement pas exhaustif».

18h28 Le Soir a choisi de changer la une de son édition spéciale après les réactions de certains de ses lecteurs.

18h20 On a déjà vu passer de multiples tweets contenant des photos du capitaine Haddock proférant des insultes. Dans le même genre, sur Twitter, Radio Nova a déniché un générateur d'insultes du capitaine «pour vous aider».

18h08 La police belge recherche l'identité du troisième suspect présent à l'aéroport, ce matin.

17h57 Le ministère des affaires étrangères britannique déconseille à ses ressortissants de se rendre à Bruxelles, annonce le Guardian. Dans son live, Le Monde confirme que «cet avis est très inhabituel concernant un autre pays européen».

17h52 Le Soir publie une édition spéciale de son quotidien consacrée aux attentats de ce matin. Elle est disponible en PDF sur le site du quotidien.

17h42 Une troisième bombe n'a pas explosé à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, a annoncé le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte. Le PDG de l'aéroport l'a également confirmé. Le Monde indique qu'elle a pu être «détruite par des experts artificiers». Au moins quatorze personnes sont décédées après les deux explosions, ce matin.

17h35 Après le gouvernement, c'est le profil de l'Élysée qui a changé sa photo de profil pour témoigner de sa solidarité avec la Belgique. La présidence a d'ailleurs mis ses drapeaux en berne en signe de soutien.

17h19 Les autorités belges ont publié une photo des suspects des attaques à l'aéroport de Zaventem, ce matin. FranceTVInfo indique que «cette photo, issue des caméras de vidéosurveillance, a été authentifiée par le parquet fédéral belge».

 

17h08 L'hypothèse d’une réplique à l’arrestation de Salah Abdeslam est-elle crédible? Pour le journaliste et spécialiste Wassim Nasr, la planification d’un tel double-attentat ne s'est probablement pas mené dans les jours qui ont suivi l'arrestation de Salah Abdeslam. 

«“Ce n’est pas une opération de vengeance”, explique-t-il, précisant que «peut-être, l’arrestation d’Abdeslam a accéléré les choses, les a fait agir plus vite»… Ce qui ne signifie pas, précise encore le journaliste, que les différentes cellules opérantes se connaissent toutes entre elles.»

Même chose pour le spécialiste du renseignement, Abou Djaffar.

16h40 François Hollande a tenu à montrer son soutien à la Belgique et aux victimes. «En ce jour tragique, la France se tient aux côtés de la Belgique lâchement frappée par des attentats terroristes», a-t-il écrit dans le registre de condoléances.

16h30 Daech a revendiqué les attaques de Bruxelles selon l'agence Reuters. Dans un communiqué partagé par le journaliste spécialisé David Thomson, on peut lire: «Les combattants de l'Etat islamique ont mené une série d'attaques avec des ceintures explosifs et des appareils mardi, ciblant un aéroport et une station de métro centrale de la capitale belge Bruxelles.»

16h20 Les Décodeurs du Monde ont repéré plusieurs messages postés sur Twitter relayant de fausses informations afin de créer la panique sur les réseaux sociaux. «Plusieurs comptes visiblement tenus par des sympathisants de l’Etat islamique se sont mis à relayer, sur le ton de la menace, des rumeurs évoquant d’autres attentats un peu partout dans la ville», écrit le site.

16h10 Le ministre belge Jan Jambon a décrété trois jours de deuil national. Il s'agit du neuvième deuil national déclaré depuis 1935 et la mort de Reine Astrid. Depuis cette année-là, les deuils concernaient avant tout des catastrophes (accident dans une mine en 1956), des incendies (325 morts dans un incendie en 1967), des morts royales (Baudouin de Belgique en août 1993) ou l'assassinat de casques bleus après le génocide rwandais en 1995. 

15h40 Depuis Cuba, le président américain Barack Obama a tenu à apporter son soutien aux Belges:

«Les pensées et les prières du peuple américain sont avec le peuple belge. Nous leur exprimons notre solidarité, et nous condamnons ces attaques révoltantes contre des innocents. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour soutenir nos amis et alliés en Belgique et apporter la justice à ceux qui sont responsables. Il s’agit d’un autre rappel pour nous dire que le monde doit s’unir. Nous devons être ensemble, indépendamment de notre nationalité, de notre race, de notre foi, et combattre le fléau du terrorisme. Nous pouvons et nous allons battre ceux qui menacent sécurité des gens tout autour du monde.»

15h10 Lors des questions au gouvernement français, les réactions ont été nombreuses, parfois virulentes vis à vis de l'Europe. Ainsi, le Premier ministre Manuel Valls a estimé qu'il s'agit d'«une force de notre démocratie que la majorité et l’opposition puissent travailler ensemble. Il faut agir au niveau européen, la réponse doit être aussi euro, notre espace de liberté doit être aussi un espace de sécurité. Sur la question du PNR, qui a été mis en débat avec un autre sujet et doit venir en avril au parlement européen, je le dis: il est temps de l’adopter, je le dis au groupe EELV, chacun doit prendre ses responsabilité, nous avons assez perdu de temps sur cette question.»

«Nous devons nous donner les moyens de gagner cette guerre», a-t-il ajouté avant d’annoncer des créations de postes pour 1.600 gendarmes supplémentaires.

«Je veux rappeler l’urgence à prendre les décisions qui s’imposent», a déclaré de son côté le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve lors des Questions au gouvernement, en rappelant trois priorités selon lui:  renforcer les contrôles aux frontières extérieures, examiner «systématiquement» le système d’info Schengen, qui doit être «connecté aux autres fichiers», car «des milliers de passeports ont été récupérés par Daech». Enfin il a estimé qu’il était «irresponsable» que le Parlement européen «retarde» la mise en place du PNR, le fichier sur les passagers aériens.

15h03 Le gouvernement a montré son soutien sur Twitter avec un dessin. On y voit une Marianne poser devant un drapeau belge et tenant ce qui semble être un smartphone.

15h00 Quoi qu'il se passe en ce moment aux États-Unis, Donald Trump fait la une, et ce mardi 22 mars ne fait évidemment pas exception. Le candidat à l'investiture républicaine a très vite réagi aux attentats:

«Nous prenons des gens dont nous n'avons aucune idée de l'origine. [...] Nous avons des gens sans papiers qui arrivent dans notre pays, ils pourraient être de l'État islamique, on ne peut pas savoir. Nous devons être beaucoup plus durs et beaucoup plus intelligents.» 

Trump a également appelé à fermer les frontières américaines et a carrément annoncé que ce genre d'évènements risquait de se produire aux États-Unis. Une omniprésence qui a poussé un journaliste américain à pousser ce cri de désespoir: «Pour l'amour de Dieu, nous ne savons même pas combien de personnes sont mortes: cette histoire n'est PAS à propos de Donald Trump.»

14h40 Le bourgmestre de Bruxelles donne un nouveau bilan. Selon Yvan Mayeur, il y a probablement «une vingtaine de décès» à la station de métro Maalbeek. Il a ajouté que «la situation dans le métro de Bruxelles est extrêmement chaotique» et que le bilan reste difficile à établir.

 

14h30 Place de la République. Des drapeaux sont déposés en hommage aux victimes de Bruxelles.

 

220316 - Place de la république #belgique #france

Une photo publiée par Adelap Photographe (@adelapbook) le

 

Les utilisateurs partagent ainsi leur peine sur les réseaux depuis cette place emblématique. Certains affirment même avoir «ressenti le besoin de s’y rendre» après les évènements tragiques de ce matin, comme témoigne cette utilisatrice:

«Après avoir entendu ce qui s'est passé ce matin à Bruxelles, j'ai ressenti le besoin de retourner à cet endroit, après m'y être rendue le 13 novembre.»

Depuis janvier 2015, la place de la République est devenue un véritable symbole de manifestation contre la terreur. Au lendemain des attentats qui visaient l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, un cortège républicain avait réuni plus de 3,7 millions de personnes. La marche avait pris son départ depuis place de la République et avait réuni plusieurs chefs d’Etat. La veille, un rassemblement citoyen spontané s’était formé.

En novembre 2015, après que 130 personnes aient perdu la vie, la place de la République se transformait en un véritable lieu de recueillement. Et ce, malgré les instructions de l’état d’urgence. Fleurs, bougies et messages avaient été déposés en mémoire des victimes.

14h20 Le centre de crise de la Belgique tweete en permanence des informations pratiques visant à expliquer à la population les bonnes démarches. 

14h10 Une photo d'un cornet de frites faisant un doigt d'honneur (au terrorisme, bien sûr) circule beaucoup sur les réseaux sociaux en signe de solidarité avec Bruxelles.

Il s'agit en réalité d'une image de 2009, extraite d'une pub néo-zélandaise... Burger King.

13h50 Donald Trump instrumentalise lui aussi les attentats. 

Le candidat républicain à la présidence américaine s'est fendu d'un tweet exhortant à se souvenir de la beauté de Bruxelles avant que la ville ne devienne «un désastre»:

Il en a profité également pour expliquer à Fox News qu'il fallait se servir de Bruxelles comme expérience, et ne pas laisser n'importe qui rentrer aux Etats-Unis...

13h40 «C’est chez nous, cette "chose". "Nos" premiers attentats suicides». Le Soir publie un éditorial poignant après le double attentat à Bruxelles: «Les gens s’arrêtent, regardent, hébétés: ils ont les yeux vides. Ils savent que tout cela est vrai, ils savent aussi qu’ils savaient: cela allait, cela devait arriver.»

 

13h30 Les autorités ont demandé aux médias de se réfréner quant aux commentaires sur les opérations en cours. Le Soir a expliqué avoir décidé «de ne plus diffuser d'informations sur les perquisitions en cours»

Déjà le 22 novembre dernier, alors que Bruxelles était en état d'alerte maximale, dans la crainte d'une attaque terroriste, les médias avaient accepté de rester silencieux et de ne plus communiquer d’informations. Cela faisait suite à une demande de la police fédérale de ne pas perturber les opérations.

13h20 Nicolas Sarkozy s'est exprimé pour dire ses condoléances et appeler au renforcement de la sécurité:

«Après la France, la Belgique est directement ciblée. Nos démocraties doivent faire face à une menace intérieure et extérieure qui n'a jamais été si élevée. Dans ces circonstances tragiques, nos dispositifs de sécurité doivent être adaptés et nos partenariats de renseignement renforcés. C'est un impératif absolu.» Face aux sénateurs LR, il a précisé: «Entre l'arrestation et ces attentats, trois jours seulement... Cela montre la gravité de l'implantation de ces gens». 

Dans le sillon de Manuel Valls, il a précisé: «Les démocraties sont en guerre». Il a aussi annoncé l'annulation du Bureau politique du parti prévu dans la soirée.

12h50 Incertitude autour du nombre exact de morts à l’heure actuelle. Alors que le parquet fédéral belge annonçait treize morts à l’aéroport, le ministère de la Santé a revu ce bilan à la baisse et fait état de onze morts. Si l’on tient compte de ce dernier bilan provisoire, le nombre de morts s’élève désormais à vingt-six au total.

12h45 En Belgique, la surveillance a été «renforcée» et des «mesures de sécurité supplémentaires» ont été mis en place dans les centrales nucléaires du pays. «Les véhicules sont contrôlés, la police et l’armée sont sur place», a précisé l’agence de presse Belga. Pour rappel, la Belgique compte deux centrales nucléaires équipées de sept réacteurs.

12h35 Selon les chiffres officiels communiqués par la Stib et le parquet fédéral, le bilan provisoire est de vingt-huit morts, dont treize à l’aéroport de Bruxelles et quinze à la station de métro de Maelbeek. Le nombre de blessés s’élève, pour l’heure, à quatre-vingt-dix. Nous vous tiendrons informés régulièrement de l’évolution du bilan.

12h30 Sur Twitter, les hashtags #OpenHouse et #PortesOuvertes deviennent de plus en plus populaires. Les utilisateurs tweetent leurs adresses et invitent les personnes qui ne savent pas où aller à se rendre chez eux, les transports étant bloqués.

Certaines entreprises comme SMart ou encore des hôtels ont ouvert leurs locaux à ceux dans le besoin:

En France aussi, le processus s’installe petit à petit pour permettre aux Belges qui ne peuvent pas rentrer en Belgique à trouver un abri, étant donné qu’il n’y a plus de Thalys en direction de Bruxelles.

Le hashtag est également utilisé par les personnes qui ne savent pas où se loger, ou pour aider un proche à trouver un logement provisoire. 

12h22 François Hollande a livré une première déclaration à l’AFP après la réunion de crise qui s’est déroulée à l’Élysée avec Bernard Cazeneuve et Manuel Valls. «C’est toute l’Europe qui est frappée», a-t-il déclaré. Il a ensuite posté un tweet. 

11h55 Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre belge Charles Michel a dénoncé des attentats «aveugles, violents et lâches». Il confirme qu’il «y a de nombreux morts et de nombreux blessés, parfois gravement». Selon le procureur fédéral belge qui s’est exprimé dans cette même conférence de presse, l’attentat à l’aéroport a été «probablement provoqué par un kamikaze».

11h45 Selon les chiffres donnés par la STIB et relayés par la RTBF, l’explosion dans le métro de Bruxelles a fait au moins quinze morts et cinquante-cinq blessés, dont dix grièvementÀ l’aéroport, les explosions ont fait au moins treize morts et trente-cinq blessés, selon le parquet fédéral belge.

11h35 Après Bernard Cazeneuve, c’est Manuel Valls qui s’est exprimé après une réunion de crise à l’Élysée. «Nous sommes en guerre», a déclaré le Premier ministre. Il a ajouté que la menace terroriste est encore plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était avant le 13-Novembre.

11h20 Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur français, a annoncé que 1.600 policiers supplémentaires ont été déployés en France, aux frontières et dans les infrastructures de transport, depuis les explosions survenues à Bruxelles, mardi matin. Ces nouvelles mesures prévoient un «renforcement du dispositif de sécurité avec des patrouilles de militaires», des «mesures de contrôle et de palpation renforcées» et la «diffusion de messages de sécurité».

11h15 Trois heures après les premières explosions à l’aéroport de Zaventem-Bruxelles, Facebook a activé son Safety check dans la ville de Bruxelles. Facebook avait déjà été critiqué lors de précédents attentats pour ne pas avoir mis en place ce service, au Liban le 12 novembre ou à Grand-Bassam en Côte d’Ivoire le 13 mars.

11h Telenet, un fournisseur d’accès à internet belge, a annoncé que tous ses hostpots sont désormais accessibles gratuitement à Bruxelles afin d’éviter au maximum l’utilisation des téléphones et la saturation du réseau téléphonique.

10h55 Le parquet a confirmé la thèse d’un attentat-suicide à l’aéroport de Zaventem-Bruxelles. Selon les pompiers cités par l’AFP, le nouveau bilan provisoire fait état d’au moins vingt-et-un morts.

10h40 Plusieurs dessinateurs expriment d’ores et déjà leur solidarité avec Bruxelles. Plantu dans Le Monde, ou Joann Sfar sur son compte Instagram. Certains détournent le Manneken-Pis, cette statue d’un enfant qui urine et qui est vue comme le symbole de l’indépendance d’esprit des Bruxellois.

10h20 Pour l’heure, le réseau téléphonique à Bruxelles est surchargé. Un numéro d’urgence a été mis en place: +32(0)2.506.47.11. En France, le Quai d’Orsay a également monté une cellule de crise joignable au 01.45.55.80.00.

10h15 Après les explosions survenues ce matin à Bruxelles, à l’aéroport de Zaventem et dans le métro de la ville, de plus en plus d’internautes demandent la mise en place du Safety check sur Facebook à Bruxelles, cette fonctionnalité qui permet de s’assurer que ses proches vont bien. Le parquet belge parle actuellement de treize morts, mais ce chiffre pourrait évoluer dans les heures à venir. Facebook avait déjà été critiqué lors de précédents attentats pour ne pas avoir mis en place ce service, au Liban le 12 novembre ou à Grand-Bassam en Côte d’Ivoire le 13 mars.

10h09 Le bilan officiel passe à au moins treize morts et trente-cinq blessés dans les deux explosions de l’aéroport de Zaventem-Bruxelles, selon le parquet fédéral belge.

10 heures Evan Lamos, directeur multimedia du site EurActiv.com, a été évacué du métro peu après l’explosion survenue dans une station de métro du quartier européen de Bruxelles. Il se trouvait entre la station de métro Arts-Loi et celle de Maelbeek. Les passagers ont quitté la rame en empruntant les rails en direction des quais de la station Arts-Loi.

9h40 Le communiqué du gouvernement belge n’exclut pas qu’il s’agisse d’un attentat: 

«Ce matin, aux alentours de 8 heures, deux explosions ont eu lieu dans le hall des départs de l’aéroport de Zaventem. La piste d’un attentat est pour l’instant investiguée. Des victimes sont à déplorer suite à ces explosions. La priorité des autorités et des services concernés est de porter secours aux victimes et de sécuriser le périmètre. La phase fédérale de gestion de crise a été déclenchée. Un call-center a été mis en place pour répondre aux questions des familles et des voyageurs : 1771. Il est demandé à toute personne de ne pas se rendre à l’aéroport de Zaventem. L’Ocam a effectué une nouvelle analyse de la menace suite à ces explosions. Le niveau général pour la Belgique est porté au niveau 4, particulièrement pour les gares internationales, métros, aéroports, installations nucléaires, le port d’Anvers. Un conseil national de sécurité sera convoqué plus tard dans la journée. Le gouvernement belge souhaite exprimer tout son soutien aux victimes et à leur famille.» 

Le Premier ministre belge Charles Michel avait réagi sur Twitter quelques minutes auparavant:

9h30 Une explosion s’est également produite près de la station de métro Maelbeek, dans le quartier européen de Bruxelles, où sont réunies plusieurs institutions européennes. Le service du métro de la ville est totalement suspendu.

9h25 Des témoins cités par l’agence Belga ont fait état de tirs et de cris en arabe entendus avant les explosions.

9h20 Selon des sources policières, encore non officielles, citées par l’AFP, le bilan devrait être plus élevé que celui (au moins un mort) cité actuellement. Des chiffres plus alarmistes circulent déjà dans les médias belges.

9h15 Cette double explosion survient quatre jours après l’arrestation à Molenbeek, une commune de Bruxelles, de Salah Abdeslam, l’un des principaux suspects des attentats de Paris. Lundi soir, le ministre de l’Intérieur belge Jan Jambon avait affirmé à la radio Bel RTL ses craintes que cette arrestation «n’active d’autres cellules terroristes», c’est à dire ne suscite des représailles.

9 heures L’aéroport de Bruxelles-Zaventem est situé à l’est de la capitale belge. Il s’agit du premier aéroport de Belgique.


8h55 Citée par l’agence Belga, la police fédérale belge fait état d’au moins un mort et plusieurs blessés. Des médias belges rapportent déjà un bilan plus lourd.

8h50 Plusieurs explosions ont retenti, mardi 22 mars au matin, à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem (Belgique), selon des médias belges. Le plan catastrophe provincial a été déclenché, selon la RTBF. Des blessés ont été signalés et le trafic a été interrompu.

«J’étais dans la file pour l’enregistrement et j’ai entendu une déflagration. J’ai vu de la fumée, j’ai vu des gens paniquer courir vers la sortie. Il y a eu une deuxième déflagration beaucoup plus proche de moi. Tout le monde a quitté l’aéroport en panique, la plupart des gens ont laissé leurs bagages sur place. Les voitures ont été évacuées», a expliqué un témoin à Bel RTL, cité par la Libre Belgique.

Les premiers témoignages font état de destructions impressionnantes et de blessés.

Les vols ont été interrompus à l’arrivée et au départ.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte