La vraie histoire du tout premier message posté sur Twitter

Le tout premier tweet posté sur le site, par Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter.

Le tout premier tweet posté sur le site, par Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter.

C’était il y a dix ans tout pile, et son auteur se sentait un peu seul sur le site. Du moins au début.

Pour peu que, comme 100% de la rédaction de Slate.fr, vous soyez un utilisateur régulier de Twitter, il peut paraître difficile d’imaginer un monde sans les piaillements du petit oiseau bleu. Et pourtant, il y a dix ans de cela, le site, qui s’appelait encore Twttr, était encore muet.

Ses créateurs, Evan Williams, Jack Dorsey, Biz Stone et Noah Glass, viennent tous d’horizons différents (notamment du podcast), mais vont se réunir à San Francisco début 2006 pour créer un service permettant à leurs utilisateurs de partager leur quotidien. Le principe ressemble à celui des SMS, et c’est d’ailleurs pour cela que les messages ne feront que 140 caractères au final, comme un texto auquel on rajouterait le nom de l’émetteur.

Le 21 mars 2006, il y a dix ans exactement et après plusieurs semaines d’efforts, un «Ouaiiiiiiiiiis!» résonne dans les locaux de ce qui n’était encore qu'une toute petite start-up. Dans Hatching Twitter, passionnant livre sur la naissance du réseau social, le journaliste du New York Times Nick Bilton raconte que Jack, d’habitude plutôt discret, a «levé son bras dans les airs comme Superman». Assis près de lui, deux développeurs lui demandent ce qu’il se passe et Jack leur répond qu’il a réussi à «poster un statut» sur le site, qui est alors loin d’être prêt pour le public. Son premier message dit tout simplement: «En train de configurer mon twttr».

Mais pas le temps pour lui de s’émerveiller. Dans une autre pièce, Noah Glass, qui s’occupe principalement du logo (un horrible blob vert visqueux), lance un cri similaire. «J’ai vu le statut! J’ai vu le statut!», lance-t-il, tout aussi heureux que Jack. Quand on sait que les semaines précédentes ont été un enfer en terme de développement, entre bugs, impasses et débats internes, ce premier message est un véritable soulagement.

Biz Stone, qui travaille de chez lui, voit le message apparaître sur son téléphone. Par tchat, Jack lui dit alors de poster un statut, ajoutant qu’il allait «suivre». «Cela me fait penser à une bonne phrase d’accroche pour twitter "Est-ce que tu me suis?"», lance alors Stone, juste avant de poster son premier tweet.

Noah Glass et d’autres employés du site vont suivre, toujours avec le même message. Selon Nick Bilton, Ev Williams va également envoyer ce message, mais il est aujourd’hui introuvable –peut-être effacé.

«Chaque mise à jour était suivie d’un chœur d’autres téléphones en train de vibrer comme tout le monde recevait les messages en même temps», écrit le journaliste. La première version du site est d’une sobriété déconcertante: un cadre surmonté du texte «Quel est ton statut?» et un bouton «mettre à jour» juste à côté. D’autres messages vont suivre et très vite, le monde silencieux et paisible de Twitter va prendre vie et devenir le joyeux bordel que l’on connaît aujourd’hui.

«En train de dessiner des gens nus», Jack, le 22 mars 2006, lors d'un cours de dessin.

«En train de fantasmer sur Jack en train de dessiner des gens nus mmmmmmmmmmh… des gens nus.» Jeremy, l’un des ingénieurs de Twitter à l’époque.

«Nuit tardive au travail. J’ai raté Lost :-(»

Ce que l’histoire ne retient pas, mais que Nick Bilton raconte bien dans son livre, c’est que le tweet de Dorsey n’est pas vraiment le premier posté sur Twitter. Quelques jours plus tôt, Evan Williams a construit une version très basique du site en utilisant des morceaux de code issus de Blogger et de son propre blog personnel. Après l’avoir appelé «Twitlog», il va alors poster un message qui inspirera celui de Jack: «setting up my twitlog» («en train de configurer mon twitlog»). Suivront d’autres messages, toujours envoyés depuis son téléphone: «Je mange un cookie vegan au beurre de cacahuète. Mmm», «J’aimerais que Sarah soit là», «En train de marcher pour aller au travail», «En train de manger un burger vegan à l’aéroport de Salt Lake»

Aujourd’hui, ces personnes, qui s’amusaient comme des enfants quand elles étaient seules dans la cour de récré Twitter, ont pris des directions bien différentes. Noah a été renvoyé par Evan, qui lui-même finira par jeter l’éponge en 2011, de la même façon que Biz. Aujourd’hui, il ne reste plus que Jack, revenu en force au poste de PDG après une mise à l’écart de plusieurs années et plusieurs embrouilles avec ses anciens camarades. Sur sa page Twitter, ce 21 mars 2016, dix ans après son premier tweet, Dorsey a tout de même pris le temps de les remercier pour leur travail. Mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, aucun des trois autres cofondateurs n’a répondu. 

Partager cet article