France

Ces 200 personnalités sont les stars des rues françaises

Mathieu Garnier et Etienne Quiqueré, mis à jour le 12.04.2016 à 9 h 47

Pourquoi y a-t-il plus de rues Pasteur que de rues De Gaulle? Pour laisser son nom à une voie, vaut-il mieux être écrivain ou scientifique? Et pourquoi les allées portent-elles si souvent des noms de musiciens? Premier volet de notre enquête data en trois parties sur les rues françaises.

De gauche à droite et de haut en bas: Charles de Gaulle, Louis Pasteur, Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin, Léon Gambetta, le maréchal Leclerc, Jules Ferry, le maréchal Foch, Georges Clemenceau (via Wikimédia Commons).

De gauche à droite et de haut en bas: Charles de Gaulle, Louis Pasteur, Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin, Léon Gambetta, le maréchal Leclerc, Jules Ferry, le maréchal Foch, Georges Clemenceau (via Wikimédia Commons).

Au quotidien, on n’y fait pas vraiment attention. On les utilise mécaniquement pour indiquer à un taxi où nous déposer, envoyer une carte postale à une amie ou fixer un rendez-vous à un amant. Eux, ce sont les odonymes. C’est-à-dire les dénominations «désignant une voie de communication routière, ferroviaire ou autre», d’après le Trésor de la langue française, qui précise qu’ils sont «toujours composés d'un terme générique et d'un terme spécifique». Par exemple la «rue (terme générique) du Labrador (terme spécifique)», si chère à Tintin.

Pour faire simple, les odonymes, ce sont les noms des rues. Des objets triviaux mais dont l’étude se révèle passionnante. Ca tombe bien: dans la vague d’ouverture au public de ses données, l’État a eu la bonne idée de mettre à disposition, l'an dernier, le fichier qui recense tous les noms de voies de chaque commune de France. Son nom est un poème: il s’agit du Fichier Annuaire Topographique Initialisé Réduit (FANTOIR), qui a remplacé le non-moins lyrique RIVOLI (Répertoire Informatisé des Voies et Lieux-dits). Il regroupe plus de 1,5 million de voies et plus de 5,6 millions de lieux-dits.

Dans cette immense base de données, on s’est intéressé plus spécifiquement aux noms propres, convaincus qu’il y aurait matière à tirer de leur analyse. On est ainsi parvenu à extraire les 200 noms de personnalités les plus donnés aux rues, places, boulevards et venelles de France. Un palmarès qui nous permet de répondre à autant d’interrogations essentielles: quelles sont les figures les plus populaires dans nos rues? Quel est le musicien le plus honoré? Qui domine le game des impasses? Et celui des allées? Des questions anodines mais qui, en creux, permettent de dresser un portrait de la France à travers le nom de ses rues.

1.De Gaulle superstar!

Si on devait créer un archétype de commune française, elle serait peuplée de 1.700 habitants, posséderait très probablement un rond-point (qui a toutes les chances d’être moche) et serait traversée par une avenue du Général-de-Gaulle, que couperaient les rues Pasteur et Victor-Hugo, lesquelles se rejoindraient place Jean-Jaurès, à deux pas du mail Jean-Moulin. Voilà quelques unes des figures les plus présentes sur les plaques de rues françaises.


Le champion des champions, c’est le général de Gaulle, avec plus de 3.900 odonymes (dont 1.056 places et 21 quais) à son nom. Est-ce étonnant? À peine. Certes, c’est une personnalité politiquement marquée et on aurait pu s’attendre à trouver un nom plus consensuel, totalement détaché du champ politique, en haut de la liste. Un nom un peu plus ancien, peut-être, aussi.

Mais dans le même temps, le général de Gaulle est l’incarnation même de l’homme providentiel, héros de la Résistance des premiers jours (l’appel du 18-Juin), libérateur du pays (libération symbolisée par la descente iconique des Champs-Elysées le 26 août 1944) et figure tutélaire de la Ve République, le régime toujours en place en France. Rien d’extraordinaire, donc, à ce qu’il soit le personnage le plus représenté sur les plaques de rues.

Suivent dans le quinté de tête (plus de 2.000 odonymes chacun) Louis Pasteur, Victor Hugo, Jean Jaurès et Jean Moulin. Soit l’archétype du savant qui contribue au progrès humain, figure consensuelle par excellence; l’incarnation de l’écrivain total (poète, romancier, homme de théâtre) et engagé, dont la trajectoire personnelle, du royalisme romantique au républicanisme social, synthétise toute l’histoire politique du XIXe siècle; un nouvel homme politique, qui partage avec de Gaulle la propriété d’être marqué politiquement (à gauche, lui) mais d’avoir essaimé bien au-delà de son camp; et une autre incarnation de la Résistance, intérieure cette fois, et autre figure «pratique», en tant que préfet martyr, pour faire oublier une certaine continuité de l’État entre IIIe République et régime de Vichy.

Si on pousse jusqu’au top 10 (Gambetta, Leclerc, Ferry, Foch, Clemenceau), on trouve des constantes. Outre le fait qu’il n’y ait que des hommes, il s’agit exclusivement de figures du monde politique ou du monde militaire. Elles incarnent les trois grandes guerres les plus récentes sur le territoire français (guerre de 1870 avec Gambetta, Première Guerre mondiale avec Foch et Clemenceau, Seconde Guerre mondiale avec Leclerc, De Gaulle et Moulin) ou forment un panthéon républicain (Ferry, Gambetta, Clemenceau, Hugo, Jaurès, De Gaulle) à forte coloration IIIe République. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’il s’agit à la fois du régime républicain le plus long (70 ans d’existence, quand la Ve vient de fêter ses 57 ans) et dont l’affirmation a été particulièrement rude.

2.Deux fois plus d’écrivains que de scientifiques

On peut aussi s’amuser à établir des palmarès par catégories, comme à la boxe. Point de poids mouches, poids légers ou poids lourds ici, mais des regroupements thématiques.

On a trié les 200 noms de personnalités les plus donnés aux voies françaises en treize catégories: aviation, éducation, guerre et armée, littérature, marine, médecine, musique, peinture, philanthropie, politique, religion, sciences et sport. Evidemment, il a fallu trancher arbitrairement pour les figures qui se retrouvaient multicatégorisées. Pour reprendre l’exemple du général de Gaulle, on peut à la fois le ranger en «politique» et en «guerre», voire en «littérature» si l’on prend en compte ses Mémoires. Le choix a finalement été de le ranger en «politique», considérant que c’était là son legs le plus important. Pareil pour Saint-Exupéry, qui peut aussi bien être classé en «littérature» qu'en «aviation» –nous avons finalement opté pour la première catégorie.

Très largement en tête, la littérature est représentée par 70 noms. On y trouve essentiellement des romanciers, quelques philosophes, des poètes et des auteurs de théâtre. Si l’on compare ce score à celui des sciences, honorable troisième mais avec trois fois moins d’émissaires (22 noms), on trouvera matière à alimenter une controverse bien française sur la concurrence des savoirs –le fameux clivage entre «scientifiques» et «littéraires» qui ressort à chaque nouvelle publication du classement Pisa ou à chaque réforme de l’Éducation nationale. À cette interminable dispute, les plaques de rues apportent leur contribution. Celle de dessiner un pays où l’on honore deux fois plus les femmes et hommes de plume que ceux de sciences. Un pays champion du monde des Nobel de littérature, obsédé par sa tradition littéraire et où il est encore coutume d’écrire un livre pour définitivement devenir quelqu’un.

Avec 38 noms, la catégorie «politique» est sur la seconde marche du podium, ce qui n’a rien de très étonnant vu la dimension éminemment politique que revêt l’odonymie. Pour preuve, la rebaptisation massive de noms de rues (et de localités) pendant la Révolution française.

Au pied du podium, la musique (16), l'armée et la guerre (14) et la peinture (13) forment un joli tir groupé. Les dernières catégories sont plus anecdotiques: la catégorie sports n'inclut que trois personnalités liées au mouvement sportif (Jean Bouin, le baron de Coubertin et Léo Lagrange), tandis que la philanthropie (Henri Dunant et Ferdinand Buisson) et la religion (Notre-Dame et Jeanne d’Arc, qui aurait pu aussi évidemment être répertoriée dans «guerre») ne comptent que deux noms et l'éducation un seul (Jean Macé). On notera au passage que le monde économique, que ce soit par l’entremise de patrons ou de syndicalistes, n’est représenté par aucun des 200 noms les plus donnés aux rues françaises.

Ces catégories étant établies, on peut en dégager des podiums propres à chacune. Et les résultats sont parfois surprenants. Qui penserait, par exemple, que Georges Brassens soit le musicien le plus honoré (919 odonymes en France), devançant Berlioz, Debussy, Ravel ou Mozart? Ou qu’un Cézanne (676 plaques à son nom) serait le premier des peintres, devant Renoir ou Monet? Ou encore que la catégorie «guerre» serait dominée par un non-militaire, en la personne de Jean Moulin (2.215 occurrences)? À ce titre, il est intéressant de noter que les personnalités associées à la Seconde Guerre mondiale (Moulin, Aubrac, d’Estienne d’Orves, Juin, de Lattre de Tassigny, Leclerc) sont trois fois plus nombreuses que celles associées à la Première (Foch et Joffre).

3.Hugo dans l’impasse, les allées pour… Debussy

En nous enfonçant un peu plus loin dans notre obsession odonymique, on s’est amusé à trier les résultats par type de voies. Et là, surprise: le vrai champion des «rues», c’est Louis Pasteur et non le général de Gaulle. Il y a en effet 2.504 rues au nom du découvreur du vaccin contre la rage alors que le grand Charles n’en compte «que» 1.398. Mais ce dernier se rattrape en trustant la première place des avenues, des boulevards, des places (la grand-place de Lille et la place de l'Étoile à Paris ont été rebaptisées de son nom, par exemple), des quais et même des ronds-points.

Figurez-vous aussi que les impasses sont le plus fréquemment baptisées du nom de Victor Hugo (161 occurrences), ce qui n’est pas forcément le meilleur hommage qu’on puisse rendre au poète. Quant aux allées, elles sont majoritairement nommées Debussy.

Pour nommer les allées, on a souvent fait «en lots»: des noms d’artistes pour toutes les voies
du quartier

Dans cette catégorie de voies, une flopée d’artistes suivent le musicien: Brassens, Cézanne, Ronsard, Ravel, Brel, Prévert, Sand, Matisse, Mozart (pour ne citer que le top 10). Est-ce à dire que le mot «allée», par sa sonorité et l’univers champêtre qu’il évoque, appelle plus aisément le nom d’artistes que d’hommes politiques ou de militaires? Pas vraiment: c’est plutôt que les «allées» se sont développées fortement dans les années 1960-1970 avec la construction de grands ensembles de logements, notamment dans les banlieues françaises, et de lotissements pavillonnaires dans les petites villes de province. C’est-à-dire un grand nombre de nouvelles voies à nommer pour lesquelles on a souvent fait «en lots»: des noms d’artistes (ou de végétaux) pour toutes les voies du quartier. Ce qui explique qu’on puisse parler de de «cité des musiciens» aussi bien à Colombes (Hauts-de-Seine) ou Argenteuil (Val-d’Oise) qu'aux Mureaux (Yvelines), ou que Pierrefitte (Seine-Saint-Denis) et Malakoff (Hauts-de-Seine) ont chacune leur «cité des poètes». Et voilà comment Debussy se retrouve roi des allées...

Ce palmarès par type de voies est en fait assez révélateur d’évolutions urbanistiques. Si De Gaulle est le roi des ronds-points, c’est assez naturellement parce que cette forme de voie s’est développée dans la deuxième moitié du XXe siècle. De la même manière, il n’est pas anodin que les chemins et les ruelles accordent leur préférence à Notre-Dame: ces deux types de voies sont typiques d’une urbanisation ancienne, souvent médiévale, une époque où la Vierge était l’une des rares «personnalités» à qui l’on pouvait dédier un axe.

«Chaque société a eu à coeur de qualifier ses réseaux, en y affichant les valeurs de son temps et en modifiant au besoin les odonymes des sociétés précédentes, observe Dominique Badariotti, directeur de recherche à l’Université de Strasbourg. C’est pourquoi les historiens observent une réelle homogénéité typologique des noms de rues en fonction des époques.» En l’occurrence, «au Moyen-Âge, le système de dénomination répond à une logique fonctionnelle», c’est-à-dire qu’on nomme un lieu en fonction de son rôle économique (rue des Orfèvres, place du Marché) ou institutionnel (place de l’Église, rue de l’Hôpital), mais pas du nom de personnalités. Il faudra attendre Sully, qui était Grand Voyer de France, au tournant du XVIIe siècle, pour que l'on se mette à baptiser de noms propres les axes les plus prestigieux.

Dans les prochains épisodes: «Comment nos rues se sont (un peu) féminisées et internationalisées» et «Noms de rues: à chaque région ses héros»

 

Mathieu Garnier
Mathieu Garnier (8 articles)
Etienne Quiqueré
Etienne Quiqueré (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte