Après la voiture, le vélo pourrait lui aussi devenir autonome

I love the bikes / Cristina Valencia via Flickr CC License by.

I love the bikes / Cristina Valencia via Flickr CC License by.

C’est le projet fou mis en place par une université indienne.

Au départ, l’idée de l’équipe d’ingénieurs de l’université de technologies de Kharagpur en Inde, était de développer un vélo appelé i-Bike pour permettre à des personnes handicapées (avec des membres amputés par exemple) d’utiliser un vélo comme les personnes valides.

En effet, comme le raconte le Washington Post sur son site, «la configuration hybride du vélo, qui peut facilement passer du mode autonome à une opération manuelle, a le potentiel pour être utilisée au-delà de son but original». En effet, vous pouvez choisir entre un mode de locomotion automatique, un autre de pilotage automatique et un dernier mode manuel. Un amputé du bras peut ainsi pédaler et se laisser guider, et un unijambiste peut se diriger sans se soucier de la propulsion du vélo. L’aveugle, de son côté, pourra bénéficier des deux systèmes. 

Mais les créateurs de ce vélo se sont vite rendus compte que ce vélo «autonome» pouvait en réalité intéresser n’importe quel être humains cherchant à minimiser leurs efforts. En effet, la technologie utilisée pourrait leur offrir un marché bien plus vaste. «Le vélo fonctionne grâce au réseau téléphonique sans fil, utilisant la technologie des smartphones et des GPS, écrit le Washington Post. Il peut être conduit à un endroit spécifique en envoyant un SMS avec les informations sur la localisation. Une fois que les coordonnées sont en place, le vélo se met en route, en utilisant des capteurs pour naviguer autour d’obstacles inattendus sur la route.»

Imaginez un Vélib' qui se gare tout seul... 

De plus, les entreprises louant des vélos pourraient en bénéficier avec des vélos capables de retourner tout seuls au garage où sur des places de stationnement dédiées. Imaginez un instant ne plus avoir à vous soucier de votre Vélib’, de le laisser lui-même aller se trouver une place pendant que vous rentrez directement chez vous. 

Tout cela fait rêver, mais il ne s’agit pour l’instant que d’un prototype. Les étudiants indiens à l’initiative du projet sont toujours en plein dans leurs études, mais il espèrent pouvoir lancer l’industrialisation d’ici un an avec une gamme de prix allant de 500 à 750 dollars (entre 440 et 670 euros).  

Ils devront aussi compter sur la concurrence puisqu’une entreprise allemande est également en train de développer un vélo similaire. Reste donc à savoir qui sera le premier à se lancer sur ce marché prometteur. 

Partager cet article