France

Selon plusieurs médias, une étrange commande de pizzas a aidé la police à arrêter Salah Abdeslam

Temps de lecture : 2 min

Une commande anormalement élevée de pizzas a mis la police sur sa piste.

Des policiers bloquent une route à Molenbeek, le 18 mars 2016 | DIRK WAEM / BELGA / AFP
Des policiers bloquent une route à Molenbeek, le 18 mars 2016 | DIRK WAEM / BELGA / AFP

Quelques jours après la capture en Belgique de Salah Abdeslam, l’un des terroristes présumés des attaques de Paris le 13 novembre dernier, de nouveaux détails paraissent dans les médias sur la façon dont sa capture a été rendue possible.

On le sait, cela faisait plus de quatre mois que les polices d’Europe étaient à ses trousses, mais il s’est finalement avéré que le fugitif se trouvait dans la région bruxelloise, à Molenbeek, un périmètre maintes et maintes fois fouillé. Et pourtant, en début de semaine, les polices françaises et belges ont conjointement mené une intervention dans une maison de Forest qu’ils estimaient être la maison de l’un des terroristes qui s’était fait exploser en novembre.

Le site Politico raconte alors qu’elles ne s’attendaient pas à rencontrer de la résistance, et ont dû affronter trois hommes. Le premier a été tué et les deux autres se sont échappés par le toit. «Selon deux sources, Abdeslam n’était pas l’un des hommes qui se sont échappés à Forest», explique le site.

Dans l’appartement en question, ils vont néanmois retrouver ses empreintes sur un verre, poussant la police à suivre plusieurs pistes dans la région, notamment un logement à Molenbeek, au 79, rue des Quatre-vents. C’est en surveillant l’endroit que les autorités ont fini par être convaincues «qu’un grand groupe de personnes était là après qu’une femme qui semblait y vivre a commandé plusieurs pizzas», affirme Politico, qui cite deux sources proches de l’enquête. La commande, trop importante pour le nombre de personnes qui étaient censées y vivre, a alors mis la puce à l'oreille de la police. Le journal italien du Corriere Della Sera rapporte également des informations similaires sur la fameuse commande.

Ce n'est pas la première fois qu'on entend parler de pizza

En débarquant dans l’appartement, la police a alors découvert une famille avec des enfants, des amis et Salah Abdeslam, en train de prendre le thé. D’autres sources, citées par L’Express, affirmaient que le témoignage d’un proche d’Abdeslam, le jour de l’intervention à Forest, avaient également permis de localiser l’homme. L'enquête livrera d'autres éléments sur la capture, mais ce n’est pas la première fois que l’on parle de pizzas dans cette affaire. Quelques jours après les attentats, Le Point avait eu accès à deux chambres d'hôtel à Alfortville (Val-de-Marne), qui avaient été réservées au nom de Salah Abdeslam. À l’intérieur, la police y avait retrouvé des seringues, des madeleines au chocolat… et des restes de pizzas.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Plus cocasse, ce n’est pas la première fois qu’une commande de nourriture inhabituelle permet de retrouver un fugitif. Il y a quelques semaines, nous vous avions ainsi parlé des conditions rocambolesques de la capture au Mexique d’El Chapo, le baron de la drogue. Les autorités locales avaient alors pu le retrouver… grâce à une commande de tacos.

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio