Culture

VIDÉO. Les sous-entendus sexuels que les Anglo-Saxons font en français

Temps de lecture : 2 min

«Merci beau cul!»

Un Américain qui est allé à Lyon apprendre le français pendant quelques mois tenait en revenant à souligner à quel point la langue de Molière peut être compliquée pour un Anglo-Saxon.

Mais, au-delà de cette complexité, il s'est amusé à détailler les nombreux exemples où une mauvaise prononciation ou une mauvaise traduction de l'anglais vers le français peut créer beaucoup de malaise. Cela donne cette vidéo très drôle à regarder pour les Français.

«Je suis très excité»

Ainsi, si un Anglo-Saxon ne sait pas que «ou» se prononce comme «oo» en anglais et qu'il prononce u, il peut se retrouver à dire «merci beaucu», ce qui peut être interprété comme «merci beau cul» dans une conversation. Autre exemple: les Américains disent souvent qu'ils sont «very excited» quand ils rencontrent quelqu'un, ce qui ne peut pas se traduire par «je suis très excité de faire votre connaissance», car cela pourrait envoyer un message pas forcément clair à la personne à laquelle il s'adresse. Ou encore, il courant de dire en anglais «I am hot», ce qui se traduirait littéralement par «je suis chaud», mais devient en français «j'ai chaud».

La vidéo explore plusieurs situations, comme celle d'un homme qui voudrait signifier au restaurant qu'il n'aime pas la nourriture qui contient des conservateurs. Le mot anglais étant «preservatives», une traduction littérale et une mauvaise prononciation pourraient l'amener à dire quelque chose qui pourrait être interprété comme: «je n'aime pas les préservatifs». Il y a mieux: le mot bonheur en français peut être entendu en anglais comme le mot d'argot «boner», qui signifie «avoir la gaule».

Slate.fr

Newsletters

L’homosexualité masculine est-elle une norme dans l’industrie de la mode?

L’homosexualité masculine est-elle une norme dans l’industrie de la mode?

Si l’on vous demandait le nom d’un couturier français hétérosexuel, vous auriez sans doute bien du mal à en citer un.

Ce que les friches urbaines disent de nous

Ce que les friches urbaines disent de nous

 Au Moyen Âge, on encourageait le «dirty talks» et les préliminaires

Au Moyen Âge, on encourageait le «dirty talks» et les préliminaires

En ce temps, l'orgasme féminin était pris très au sérieux.

Newsletters