La Fifa confirme un achat de voix du Maroc lors de l'attribution du Mondial 1998

Jack Warner, en 2009. CRIS BOURONCLE / AFP.

Jack Warner, en 2009. CRIS BOURONCLE / AFP.

L'organisation de la compétition avait été attribuée à la France par douze voix contre sept.

Dans des documents juridiques rendus publics mercredi 16 mars, la Fifa a confirmé qu'un de ses dirigeants, Jack Warner, président de la Concacaf de 1990 à 2011, avait accepté, en 1992, un pot-de-vin du comité d'organisation marocain dans le cadre de l'attribution de la Coupe du monde 1998, qui avait finalement été organisée par la France.

«Il apparaît désormais que plusieurs membres du comité exécutif de la Fifa ont abusé de leur position et vendu leur vote en de multiples occasions, écrit l'institution. [...] L'accusé Jack Warner [...] a organisé un paiement de 10 millions de dollars en échange de votes du comité exécutif concernant l'organisation de la Coupe du monde 2010. Ce système prolongeait le vote acheté de Warner en 1992 en faveur de l'organisation de la Coupe du monde 1998 au Maroc, quand il avait accepté un pot-de-vin du comité d'organisation marocain en échange de sa voix.»

Cet achat de voix avait été avoué par Chuck Blazer, ancien secrétaire général de la Concacaf et un des coaccusés de Jack Warner, au printemps dernier lorsque le scandale de la Fifa avait éclaté:

«J'ai accepté, avec d'autres personnes, aux alentours de 1992, de faciliter l'acceptation d'un pot de vin dans le cadre de la sélection du pays hôte de la Coupe du monde 1998.»

Le nom du pays concerné n'était pas cité mais, dans le résumé des charges retenues par la justice américaine, on pouvait lire:

«Dans les mois qui ont précédé le vote, Blazer a voyagé avec le co-conspirateur #1 [Jack Warner, ndlr] au Maroc à l'invitation du comité d'organisation local. À l'époque, le co-conspirateur #1 occupait un certain nombre de postes, dont certains de haut rang à la Fifa et à la Concacaf.

 

Une fois au Maroc, Blazer était présent quand un représentant de la candidature marocaine a offert un pot-de-vin au co-conspirateur #1 en échange de sa promesse de voter pour le Maroc lors du comité exécutif désignant l'organisateur du Mondial 1998. Le co-conspirateur #1 a accepté l'offre.

 

Après le voyage, le co-conspirateur #1 a demandé à Blazer de prendre voix avec des membres du comité d'organisation marocain pour savoir quand le paiement serait effectué. Blazer a ensuite discuté de ce sujet avec des représentants du comité d'organisation marocain à plusieurs reprises, dont certaines ont eu lieu par téléphone depuis les bureaux de la Concacaf à New York.

 

Même si le paiement a eu lieu, [...] la France a été choisie au détriment du Maroc pour organiser la Coupe du monde 1998.»

En juin dernier, le Maroc avait démenti de manière «catégorique» le versement d'un pot-de-vin en 1992. La France s'était finalement vue attribuer la Coupe du monde, qu'elle remportera, par douze voix contre sept.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte