Partager cet article

Le sirop d’érable protège-t-il le cerveau contre la maladie d’Alzheimer?

Waffles | The Culinary Geek via Flickr CC License by

Waffles | The Culinary Geek via Flickr CC License by

Des chercheurs ont réalisé deux études démontrant ses bienfaits.

Bonne nouvelle pour vos pancakes. Pour la première fois, le sirop d’érable a intégré la liste des aliments bons pour le cerveau établie par un groupe de scientifiques internationaux d'après les résultats de vingt-quatre études explorant les effets bénéfiques de produits naturels sur la prévention des maladies neurodégénératives, et en particulier Alzheimer.

Comme le raconte le Huffington Post Québec, dans une première étude, Donald Weaver, de l’université de Toronto, a montré que l’extrait de sirop d’érable peut aider à empêcher l’agglutination dans le cerveau de la bêta-amyloïde et de la protéine tau. Ce qui peut être bénéfique, car lorsque ces protéines s’accumulent, elles forment une plaque impliquée dans Alzheimer et d’autres maladies du cerveau.

L’autre étude présentée par des chercheurs de l’université de Rhode Island et de l’université du Texas montre qu’un extrait de sirop d’érable pur a des effets protecteurs sur les cellules microgliales dans le cerveau des rongeurs. Or, une diminution de l’efficacité de ces cellules particulières «est associée à la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles neurologiques».

Des premiers résultats à confirmer

Navindra P.Seeram, principal auteur de cette seconde étude et organisateur du colloque, explique dans un communiqué:

«Des aliments naturels, comme le thé vert, le vin rouge, les baies, le curcuma et les grenades continuent à être étudiées pour leurs bénéfices potentiels pour combattre la maladie d’Alzheimer. Désormais, dans des expériences en laboratoire préliminaires, basées sur des études sur Alzheimer, des extraits de sirop d’érable canadien riches en composés phénoliques ont montré des effets neuro-protecteurs, similaires à ceux du resvératrol, un composé présent dans le vin rouge.»

Ceci dit, ce n'est pas encore une raison pour vous servir une triple dose de sirop d'érable sur les prochaines crêpes. Car il souligne bien que ce n’est qu’un début et que «d’autres études sur les animaux et éventuellement les humains seront nécessaires pour confirmer ces premiers résultats».

Serge Beaulieu, président de la Fédération des producteurs de sirop d’érable du Québec, est en tous cas ravi:

«Nous savons déjà que l’érable a plus de 100 composés bioactifs, dont certains ont des propriétés anti-inflammatoires. La santé du cerveau est le dernier sujet d’exploration, et nous sommes impatients d’en apprendre davantage sur les bénéfices potentiels du sirop d’étable dans ce domaine.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte