Culture / Monde

Quand Shakespeare appelait à avoir plus de compassion pour les réfugiés

Temps de lecture : 2 min

Un long monologue du célèbre écrivain britannique va être mis en ligne sur le site de la British Library.

La partie du livre Book of Sir Thomas More (le Livre de Sir Thomas More) rédigée par Shakespeare. | Crédit: British Library
La partie du livre Book of Sir Thomas More (le Livre de Sir Thomas More) rédigée par Shakespeare. | Crédit: British Library

C'est l'unique pièce écrite de la main de William Shakespeare qu'il nous reste. Et un véritable plaidoyer pour l'accueil des réfugiés. Le manuscrit s'apprête à être mis en ligne sur le site de la British Library avec plus de 300 autres écrits qui permettent de mieux comprendre l'environnement du poète, rapporte The Telegraph.

«Vous dénigrerez les étrangers,/ les tuerez, couperez leurs gorges, prendrez possession de leurs maisons,/ et vous passerez la corde au cou de tout ce qui fait la noblesse de notre droit/ pour la traiter comme un chien», écrivait alors Shakespeare.

Le monologue apparaît dans The Book of Sir Thomas More, un manuscrit écrit autour des années 1600 qu’il imagine récité par Sir Thomas More, l’une des figures anglaises phare de l’humanisme, et Chancelier du roi Henri VIII. Le livre en soi n’a pas été écrit entièrement par Shakespeare, mais le poète était l’un des nombreux écrivains à revoir la pièce. The Guardian estime d'ailleurs que sa contribution est l’une des «plus remarquables».

Empathie

«C’est frappant et triste de voir à quel point ce texte est pertinent aujourd’hui, compte tenu de ce qui se passe en Europe, a déclaré Zoe Wilcox, conservatrice de bibliothèque à la British Library à The Guardian. More appelle la foule à avoir de la compassion envers ces migrants.»

Depuis les années 1440, l’Angleterre –et en particulier Londres– a été une terre d’asile pour beaucoup de réfugiés européens, rappelle The Shakespeare Blog. Selon le site, The Book of Sir Thomas More relate des protestations dites de l'Evil May Day en 1517. À cette époque, les immigrés italiens avaient été menacés par les Londoniens, qui voulaient les renvoyer en Italie. Il en allait de même des Huguenots français. Les Anglais les accusaient de prendre leur travail et leur argent.

Représentation du soulèvement de l'Evil May Day. | Crédit: St Paul's Cathedral

Le manuscrit n’a jamais été fini et aucune représentation n’a été faite au théâtre de peur de provoquer des mouvements de foule, explique The Guardian. Dans cette vidéo, l’acteur Sir Ian McKellen –qui joua Thomas More– récite ce monologue écrit par Shakespeare.

Slate.fr

Newsletters

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

En cet automne, (re)découvrez une scène historique de la capitale qui met à l’honneur le répertoire lyrique français tout en faisant la part belle à la création contemporaine et aux innovations artistiques.

«Martin Eden», la légende du siècle

«Martin Eden», la légende du siècle

Le film de Pietro Marcello réinvente le grand livre de Jack London pour une traversée hallucinée et lucide d'un passé porteur des promesses, des menaces et des fantômes du présent.

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

La télévision n'a plus peur d'aborder les questions de santé mentale, et elle commence à comprendre comment le faire intelligemment. La preuve avec «Sorry for Your Loss».

Newsletters