EconomieFrance

«L’Ananassurance» de Dieudonné, une entreprise faussement antisystème

Arthur Limiñana, mis à jour le 06.04.2016 à 11 h 55

L'humoriste et sa femme ont lancé en décembre dernier un nouveau service lié au monde de l'assurance. En réalité, un simple cabinet de courtage comme un autre qui risque de beaucoup souffrir de la réputation sulfureuse de ses fondateurs.

Le sigle de l'Ananassurance.

Le sigle de l'Ananassurance.

En décembre 2015, Dieudonné a ajouté un nouveau produit à son échoppe, au milieu des goodies quenelle et des DVD de spectacle: une assurance. «L’Ananassurance» plus exactement, une référence à la chanson «Shoananas», jeu de mots plus que douteux mêlant cette plante xérophyte à la Shoah, véritable obsession d'un humoriste notamment condamné pour des propos antisémites tenus dans un spectacle envers le journaliste Patrick Cohen.

Sur la page d’accueil du site, tout est dit. Un logo ananas en haut à gauche et une vidéo «tuto» comme celle des YouTubeurs, expliquant avec légèreté le fonctionnement de cette assurance. 


Jointe par e-mail, l’équipe de Dieudonné nous explique:

«Le principe de l'Ananassurance est de redonner du pouvoir d'achat aux clients en rapprochant leurs dépenses assurantielles du vrai coût de leurs risques, en éliminant tous les “frais annexes qui représentent plus de 30% des primes d'assurance actuelles.»

La promesse est claire pour les adhérents: une émancipation d’un système jugé corrompu par un projet solidaire et indépendant. «L’arche de Noé sur l’océan du web» promet de casser les prix et de trouver pour vous l’assurance la moins chère pour votre habitation, votre voiture, votre santé ou sur des prêts. Mais ce n’est en aucun cas une assurance.

Casier vierge

En effet, la proposition de l’humoriste ne constitue qu’un simple cabinet de courtage, avec des produits I.A.R.D. (Incendie, accident, risque divers) classiques. «Il y a une assurance pour tout, rappelle Christophe B., conseiller financier pour une grosse compagnie d’assurance. En France, être assuré est obligatoire pour chaque citoyen, donc ça fait potentiellement pas mal de clients.»

Il est dans une indépendance zéro, puisqu’il dénonce le système, mais va s’assurer chez des filiales de grosses compagnies

Sur le site, chaque aspirant est amené à rentrer ses coordonnées et à envoyer ses contrats actuels d’assurance, avec la promesse d’une économie sur les honoraires de 30%, qui ne sera en plus payée qu’une seule fois à la signature du contrat, contrairement à une assurance classique, où les courtiers peuvent toucher une commission annuelle.

«Tout est béton au niveau de la société, elle a son numéro d’Orias (Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance), qui est obligatoire pour lancer un cabinet de courtage en assurance. Il faut aussi un casier vierge», me précise Christophe.

Ce qui expliquerait pourquoi c’est la compagne de Dieudonné, Noémie Montagne, qui apparaît à la tête du registre de la société ANA, une SAS enregistrée l’année dernière et spécialisée dans le courtage d’assurance.

«Ce n’est rien de moins qu’un comparateur, comme il y en a des dizaines sur le marché. Une fois le contrat envoyé, les courtiers étudieront les conditions générales et particulières des contrats et reviendront vers vous avec une meilleure offre, comme chez n’importe quel comparateur comme le Lynx ou les Furets.»

Il faut rappeler qu’un courtier n’assure pas, il n’effectue aucun engagement d’argent, mais s’occupe seulement de la vente de contrats contre des rétrocommissions:

«Il est dans une indépendance zéro, puisqu’il dénonce le système mais va s’assurer chez des filiales de grosses compagnies. L’Ananassurance est vide. Si jamais vous avez un pépin, elle ne gérera rien et on vous mettra directement en liaison avec les assurances classiques.»

Victime de son succès

À l’évidence, le concept antisystème de l'humoriste est mensonger, car on signe simplement chez un «cost killer» qui prend 30% à transmettre des données sans rien faire.

Dès son lancement il y a trois mois, le succès a pourtant été tel que les cinq employés ont été vite débordés. Les dossiers ont commencé à s’empiler, tout comme les commentaires impatients sur la page Facebook, qui réunit déjà plus de 22.000 likes.



Certains clients, comme Lambert, ont fait leur demande le jour J, mais n’ont jamais eu de réponse: «C’est une vaste arnaque, je préfère trouver une assurance ailleurs», nous a-t-il confié. Wladimir a lui aussi envoyé un dossier sans réponse et a depuis rejoint une assurance classique dans un grand groupe.

Pour F., par contre, qui nous a fourni une copie du contrat, tout s’est bien passé. Il a pu passer au travers de l’embouteillage:

«J’ai eu un contrat d’assurance habitation pour 21 euros par mois, chez Aon Assurance, au lieu de 30 euros. J’ai payé 40 euros d’honoraires à l’Ananassurance et eu des interlocuteurs très sympas que ce soit chez Dieudonné ou chez Aon, donc je ne peux que recommander.»

Mais. dans ce cas précis, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que «l’ananassuré» ne l’est pas chez AON, qui est un autre cabinet de courtage, mais chez L'Équité de Generali. En effet, Dieudonné pratique, a priori, ce qu’on appelle un accord de courtage. Le principe est simple: un petit cabinet, en l’occurrence l’Ananassurance, vient voir un plus gros (Aon) pour négocier des contrats. Une pratique légale, mais peu répandue, qui pourrait permettre à l'entreprise de brouiller les pistes envers ses «partenaires».

Gêne aux entournures

Dieudonné et son équipe revendiquent aujourd’hui plus de 5.000 clients signataires et 140.000 prospects intéressés. Et à la question de la déception de certains quant à la promesse d’une vraie assurance indépendante, ils nous répondent:

«L'Ananassurance est un projet en plusieurs étapes: un cabinet de courtage qui permet de répondre aux besoins des clients et, dès l'atteinte de la taille critique de 70.000 clients, la constitution d'une compagnie d'assurance. Le projet est pour le moins disruptif car l'Ananassurance, rémunérée par le client, peut s'adresser à l'ensemble des compagnies du marché, y compris les pure players et les mutuelles sans intermédiaires. L'ananassurance défend son client et non pas son mandant assureur.»

Si la sérénité est totale du côté de chez Dieudonné, chez Aon France, filiale du groupe anglais d’assurance, on nie avec fermeté toute collaboration avec l’Ananassurance, semble-t-il gêné d'être associé d'une manière ou d'une autre à l'humoriste.

Tout ça nous paraît peu crédible, car pour pouvoir assurer un véhicule, il faut posséder en fonds propre 3 ou 4 fois sa valeur. Une assurance demande des capitaux gigantesques

La Chambre syndicale des courtiers d’assurance

«Nous n’avons aucun accord de courtage avec l’Ananassurance. Le plus probable, c’est que les courtiers de Dieudonné souscrivent à la place des clients sur notre site, et ensuite mettent en liaison le client concerné avec nous. Ainsi, pas de trace de l’Ananassurance.»

Chez Generali, on affirme travailler avec Aon, mais n’être au courant de rien et n’avoir aucun lien avec l’Ananassurance.

D’ailleurs, la gêne semble se propager dans les différents groupes d’assurance français, où le nom de Dieudonné provoque le silence, voire l’énervement. AXA, l’un des rares à nous avoir répondu, nous a confirmé ne pas travailler avec lui. Un cadre d’une autre assurance, lui, remet en question le réalisme de la transformation du cabinet de courtage en compagnie d’assurance:

«Tout ça nous paraît peu crédible, car pour pouvoir assurer un véhicule, il faut posséder en fonds propre trois ou quatre fois sa valeur. Une assurance demande des capitaux gigantesques.»

Même son de cloche du côté de la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA), qui annonce clairement qu’il est inenvisageable que l'Ananassurance soit un jour représentée par le syndicat. Au-delà de l’absolue légalité des activités de la société, les codes de moralité et de conduite ne sont en effet pas respectés:

«Non seulement la société de l'épouse de M. M’Bala M’Bala est présentée tantôt comme une compagnie d’assurance (sur sa page Facebook notamment), tantôt comme un cabinet de courtage, ce qui constitue un mélange des genres de nature à tromper l’assuré; mais M. M’Bala M’Bala a en outre tenu publiquement des propos démontrant à l’évidence sa parfaite méconnaissance du métier de courtier d’assurances.»

La CSCA a par ailleurs ajouté qu’elle se tient prête, par n’importe quel moyen, à défendre sa profession, dont l’image et la notoriété ont été mises en cause dans plusieurs vidéos de l’humoriste.

Dieudonné, quant à lui, annonce même vouloir redistribuer une partie des profits à des organisations dont l'objet est de favoriser «la paix» ou d'aider les moins privilégiés. Rien que ça. En attendant une vraie assurance, les futurs clients de l'Ananassurance devront se contenter de signer des contrats dans les compagnies du «système». Une émancipation, vraiment?

Arthur Limiñana
Arthur Limiñana (4 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte