Partager cet article

Pour la presse chinoise, Trump prouve que la démocratie est dangereuse

Altercation entre des pro- et des anti-Trump lors d’un meeting du candidat à la primaire républicaine le 12 mars 2016 à Cleveland, dans l’Ohio | Brendan Smialowski/AFP

Altercation entre des pro- et des anti-Trump lors d’un meeting du candidat à la primaire républicaine le 12 mars 2016 à Cleveland, dans l’Ohio | Brendan Smialowski/AFP

Pour le journal contrôlé par le gouvernement chinois Global Times, le succès de Trump est le symbole de l’instabilité du système démocratique.

La campagne xénophobe et mensongère de Donald Trump n’est déjà pas très saine pour la démocratie américaine mais, en plus, elle donne des arguments aux gouvernements autoritaires qui veulent prouver que la démocratie n’est pas un bon système.

Dans le journal chinois Global Times, un tabloïd contrôlé par le gouvernement, un éditorial explique que les Américains, avec leur candidat «raciste et extrémiste», n’ont aucune leçon à donner aux autres pays, surtout pas à la Chine:

«Les États-Unis devraient faire attention à ne pas devenir la source de forces destructrices contre la paix, au lieu d’accuser les autres pays de soi-disant nationalisme et de tyrannie.»

L’article compare la violence qui a fait irruption dans certains meetings politiques du milliardaire aux processus électoraux chaotiques des pays en voie de développement. En bref, la candidature de Trump est un parfait argument de propagande anti-démocratie:

«Malgré les promesses des candidats, les Américains savent que les élections ne peuvent pas vraiment changer leurs vies. Alors pourquoi ne pas soutenir Trump et exprimer leur colère?»

Non seulement la démocratie ne sert pas à grand-chose mais, en plus, elle pourrait être dangereuse, poursuit l’éditorialiste. Outre l’ascension de Trump, l’article cite les élections de Mussolini et Hitler.

Déchéance américaine

Comme le note le journaliste Simon Denyer dans le Washington Post, «évoquer l’instabilité inhérente au système démocratique est un classique de la propagande du Parti communiste, un argument très populaire: il s’agit d’un des piliers de la légitimité du parti».

L’éditorialiste du Global Times prend aussi plaisir à noter que, si Trump séduit autant, c’est qu’il répond aux frustrations des classes populaires en détresse:

«Avant, les États-Unis avaient la classe moyenne la plus grande et la plus stable du monde occidental, mais beaucoup sont en train de couler.»

La comparaison implicite est la suivante: contrairement aux États-Unis, la Chine a une classe moyenne en pleine expansion.

Si la propagande gouvernementale chinoise aime Trump comme exemple de déchéance américaine, les militants chinois pro-démocratie ne sont pas pour autant fans. Le 10 mars, lors d’un débat, Trump était resté ambigu au sujet d’une question sur les manifestations de la place Tian’anmen, expliquant que cette «forte répression» était le signe d’un «gouvernement fort et puissant», tout en précisant que c’était «horrible». Les anciens militants n’avaient pas apprécié. Wu’er Kaixi, un ancien leader étudiant, avait écrit sur sa page Facebook que Trump était «un ennemi des valeurs qui définissent l’Amérique: les valeurs qui donnent depuis longtemps espoir à toutes les victimes de gouvernements tyranniques à travers le monde».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte