Partager cet article

Le parti d'extrême droite AfD triomphe en Allemagne, mais n'a toujours pas de programme

John MACDOUGALL / AFP

John MACDOUGALL / AFP

Alternative für Deutschland doit s'en doter fin avril sur la lancée de ses succès aux élections régionales de ce dimanche 13 mars.

15,1% des suffrages dans le Bade-Wurtemberg, 12,6% en Rhénanie-Palatinat, 24,2% en Saxe-Anhalt: le parti d'extrême droite Alternative für Deutschland («Alternative pour l'Allemagne») a triomphé dimanche lors des élections régionales de ces trois grands Länder allemands. Mais ce parti apparu en 2013 dans le paysage politique allemand n'a pourtant toujours pas de programme, comme l'ont fait remarquer plusieurs médias allemands ces derniers jours.

Alors qu'à ses débuts, l'AfD critiquait essentiellement le plan de sauvetage de la zone euro et réclamait le retour au deutsche mark –ce qui lui avait valu d'être rapidement étiqueté  «parti anti-euro»–, son discours s'est peu à peu radicalisé, jusqu'à devenir un parti à la ligne politique ouvertement xénophobe, se focalisant sur les inquiétudes suscitées par l’afflux de migrants en Allemagne.

L'AfD prévoit de se doter d'un programme fin avril, à l'issue d'un congrès de deux jours qui aura lieu à Stuttgart, indique l'hebdomadaire Der Spiegel. Afin de mieux cerner les préoccupations de leurs adhérents, les dirigeants du parti ont mené un sondage auprès d'un tiers d'entre eux, soit 4.600 personnes. Der Spiegel publie une partie des résultats et pointe l'image conservatrice qui en ressort:

«Au sein de l'AfD, le mot d'ordre est désormais: tout était mieux avant.»

77% des sondés souhaitent par exemple que le service militaire soit à nouveau obligatoire (ce n'est plus le cas depuis 2011), 95% d'entre eux sont pour la suppression de la double nationalité (une possibilité offerte par le gouvernement allemand depuis 2014), 36% souhaitent abandonner la monnaie unique.

Stigmatiser les musulmans

L'AfD ayant fait de la crise des réfugiés son thème de campagne central ces derniers mois, une grande partie du sondage était dédiée à la politique migratoire de l'Allemagne. La ligne dure revendiquée par les dirigeants du parti est largement approuvée par sa base électorale: 94% des sondés demandent, en effet, à ce que le droit d'asile soit supprimé.

Les revendications suivantes ont été approuvées par plus de 90% des adhérents qui ont répondu au sondage:

  • la mise en place de centres de demandeurs d'asile en dehors de l'Europe

  • la fermeture complète des frontières extérieures de l'UE

  • la limitation du regroupement familial

  • un durcissement et une simplification du droit d'expulsion

Le collectif de journalistes d'investigation indépendant Correctiv vient de publier un document qui, selon toute vraisemblance, serait le projet de programme que les dirigeants de l'AfD prévoient de valider fin avril. L'hebdomadaire Die Zeit a étudié ce document de 72 pages et donne quelques exemples des promesses de campagne que l'AfD pourrait faire à ses électeurs lors des élections au Bundestag de 2017.

Il apparaît notamment que le parti d'extrême droite a repris à son compte la réthorique anti-islam du mouvement protestataire Pegida, et entend stigmatiser les musulmans à travers toute une série de revendications telles que l'interdiction du port de la burka et du niqab dans l'espace public, le refus d'accorder aux organisations musulmanes le droit d'être reconnues d'utilité publique et l'interdiction de la circoncision.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte