Jamais un club n'avait remporté un des cinq grands championnats aussi vite que le PSG

Zlatan Ibrahimovic, Adrien Rabiot et Edinson Cavani, lors de la victoire du PSG face à Troyes (9-0), le 13 mars 2016. JACQUES DEMARTHON / AFP

Paris a remporté un quatrième titre de champion de France consécutif après seulement trente journées de championnat.

Mégasurprise: le Paris Saint-Germain est champion de France. Quatre jours après leur qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions, les Parisiens ont battu Troyes, ce 13 mars, sur un score sans appel de 9 à 0, grâce à des buts de Javier Pastore, Adrien Rabiot, un doublé d'Edinson Cavani, un quadruplé de Zlatan Ibrahimovic et un but contre-son-camp de Matthieu Saunier.

Grâce à ce nouveau succès, les joueurs parisiens comptent 77 points, soit 25 de plus que Monaco (52 points), qui restera deuxième à l'issue de cette trentième journée de championnat. Il reste encore huit journées, mais la victoire rapportant trois points, les joueurs de Laurent Blanc sont désormais irrattrapables.

Si l'on s'attendait en début de saison et au fil des journées, à un nouveau sacre parisien, le fait que le PSG remporte le championnat si tôt est impressionnant.

Comme le rappellent de nombreux médias, dont RMC, Paris améliore largement le record détenu jusque-là par Lyon, champion de France après 33 journées, lors de la saison 2007-2008. Mieux, le PSG détient désormais le record de précocité sur les cinq grands championnats depuis l'instauration de la victoire à trois points.

Record allemand

En Espagne, le champion le plus précoce de l'histoire était Barcelone, en 1998. Les Catalans, alors entraînés par Luis Van Gaal avaient plié le championnat à quatre journées de la fin. C'est le record le moins précoce.

Les championnats italien, et anglais se placent juste derrière avec des championnats remportés à cinq journées de la fin. Comme le racontait SoFoot, dans un article consacré aux champions précoces, l'Inter Milan avait été sacré en 2007:

«Avec une Juventus reléguée et un Milan amputé de huit points, l'Inter de Mancini avait le champ libre pour régner sur cette Serie A. D'autant plus que Vieira, Ibrahimović, Crespo, Maicon, Grosso et Dacourt rejoignent le club lors du mercato estival. Les Nerazzurri pulvérisent le record de onze victoires consécutives établi la saison précédente par la Roma, et portent la barre à dix-sept. Leur première défaite de la saison n'interviendra que lors de la 32e journée face à ces mêmes Romanista, repoussant leur sacre à la semaine suivante.»

Quant aux Anglais, c'est Manchester United qui détient de record, depuis 2001 (et non pas l'Arsenal des Invincibles, sacré après 35 journées).

Le Bayern Munich, champion européen le plus précoce jusque-là avait été champion dès la 27e journée, en 2014, mais il n'en restait alors plus que sept à jouer. La première division allemande ne compte, en effet, que 18 clubs. En terme de ratio, le PSG est légèrement en avance (0,789 contre 0,794).

Un PSG aidé par ses adversaires

Reste que, comme le soulignent certains observateurs, si le Paris Saint-Germain est auteur d'une superbe saison en championnat, ce record doit aussi à la faiblesse —relative— de ses poursuivants, qui se neutralisent journée après journée et laissent le reste du championnat très ouvert (avant cette journée, sept points séparaient Bordeaux, treizième, de Lyon, troisième). Monaco, deuxième avec 52 points à ce moment de la saison n'aurait occupé que la sixième place avec le même nombre de points en 2015 et la quatrième en 2014, et 2013.

Reste que même après ce second trophée (ils ont remporté le Trophée des champions, en août), les Parisiens ont encore un long chemin à parcourir cette saison, notamment en Ligue des champions, objectif principal du club. Paris est également toujours en lice en coupe de France et en coupe de la Ligue. 

Mais le PSG pourrait aussi glaner quelques autres records en championnat, comme le rappelle RMC:

«Il peut également battre son propre record de points (89 en 2013-2014), celui des victoires (27 pour le Paris version 2013-2014 contre 24 pour l’actuel), le plus petit nombre de buts encaissés (21 pour l’OM en 1991-1992 contre 15), la meilleure différence de buts (+63 pour le Reims 1959-60 contre +62) et la plus grande différence avec son dauphin (+17 pour l’OL en 2005-2006 contre +25 aujourd'hui).»

Pour la saison sans aucune défaite, il faudra cependant retenter le coup l'année prochaine.

Partager cet article