Partager cet article

Hillary Clinton loue l’action (pourtant déplorable) des Reagan contre le sida

Hillary Clinton à l’enterrement de l’ancienne Première dame Nancy Reagan, le 11 mars 2016, à Simi Valley, en Californie | DAVID MCNEW/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Hillary Clinton à l’enterrement de l’ancienne Première dame Nancy Reagan, le 11 mars 2016, à Simi Valley, en Californie | DAVID MCNEW/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

En déclarant que grâce à Nancy Reagan la conversation sur le sida avait démarré aux États-Unis, la candidate à la primaire démocrate a proféré un contre-sens historique.

Avant l’enterrement de l’ancienne Première dame Nancy Reagan, Hillary Clinton a donné une interview à la chaîne MSNBC, dans laquelle elle parle de façon élogieuse de l’action des Reagan face à l’épidémie du sida. «Grâce au président et à Madame Reagan en particulier à Madame Reagan–, nous avons commencé une conversation nationale» sur le sida, a déclaré la candidate à la primaire démocrate.

Elle a rendu hommage au «très efficace mais discret engagement» de Nancy Reagan, qui a «influencé la conscience du public». Il s’agit pourtant d’une contre-vérité historique totale: tout le monde s’accorde sur le fait que la réaction des Reagan dans ce domaine a été désastreuse.

Alors que les premiers cas de sida ont été signalés en 1981, le président Reagan n’a parlé publiquement de l’épidémie qu’en 1987, après plus de 20.000 décès liés au virus aux États-Unis. Et lorsque le président a finalement évoqué le sujet en 1987, il a demandé que tous les immigrants soient obligatoirement testés, rappelle Slate.com.

Quant à Nancy Reagan, elle ne s’est pas non plus engagée sur le sujet. Quelques jours après son décès le 6 mars, l’Associated Press a publié un article sur l’amertume des militants anti-sida à son égard: 

«Nancy Reagan, qui est morte dimanche [6 mars] à l’âge de 94 ans, avait beaucoup d’influence sur son mari dans plusieurs domaines, et elle avait aussi des amis homosexuels. Mais elle n’a jamais parlé publiquement du sida et n’a donné aucune indication qu’elle avait poussé son mari à faire quelque chose au début de la crise.»

Inaction du gouvernement Reagan

Peu après l’interview et l’avalanche de critiques qui a suivi, Clinton a présenté ses excuses sur Twitter:

«Alors que les Reagan ont soutenu la recherche sur les cellules souches et les efforts pour guérir la maladie d’Alzheimer, j’ai fait une erreur au sujet de leur engagement sur le sida. J’en suis désolée.»

Comme le rappelle Chris Geidner dans Buzzfeed, les militants anti-sida, notamment le groupe ACT UP, ont continuellement manifesté contre l’inaction du gouvernement Reagan. Leur slogan le plus connu était «SILENCE = MORT».

En février, Buzzfeed a aussi retrouvé des documents montrant que Nancy Reagan avait refusé d’aider son ami Rock Hudson, qui était en train de mourir du sida en France et qui demandait à être transféré dans un hôpital militaire. En 1982, le porte-parole du président Reagan avait même fait des blagues sur le sida lors d’une conférence de presse. Pour le site Gawker, la déclaration de Clinton est tellement absurde qu’on pourrait presque croire qu’il s’agit de sarcasme.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte