Monde

La «bromance» Barack Obama-Justin Trudeau fait fantasmer Twitter

Temps de lecture : 2 min

Le Premier ministre canadien était en visite à Washington ce jeudi 10 mars.

Obama et Trudeau le 10 mars 2016 I MANDEL NGAN / AFP
Obama et Trudeau le 10 mars 2016 I MANDEL NGAN / AFP

En visite officielle à Washington, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé avec Barack Obama que leurs deux pays s'engageaient à une réduction des émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier de 45% d'ici 2025.

Ils ont aussi evoqué des projets environnementaux de protection de l'Arctique, mais les journalistes se sont intéressés à autre chose: le charme des deux chefs d'Etat. Le mot «hot», soit sexy, a été souvent répété.

La journaliste canadienne Robyn Urback, songeuse:

«Comme j'aimerais que quelqu'un me regarde comme Trudeau regarde Obama.»


Sur Jezebel, Joanna Rothkopf écrit qu'elle aimerait bien être ce bébé qu'Obama et Trudeau prennent dans leur bras.


Aujourd'hui, Barack Obama et Justin Trudeau ont passé du temps avec un bébé.

Blagues et regards complices

Comme le rappelle le New York Times, Trudeau a l'air de très bien savoir comment se faire aimer sur internet. Quelques jours avant son arrivée à Washington, il avait tweeté une photo de lui avec deux bébés pandas:


Aujourd'hui, j'ai eu le plaisir de dévoiler les noms des deux bébés pandas du zoo de Toronto! Dites bonjour à Jia Panpan et Jia Yueyue.

Pendant leur discours, les deux chefs d'État ont eu des petits regards complices et ont fait des blagues sur le hockey sur glace et sur les Américains qui menacent de partir au Canada si le candidat républicain est élu en novembre.

Pour décrire l'interaction entre les deux hommes, le Washington Post a parlé de «bromance», une contraction de «bro» (mec) et «romance», soit une amitié très proche entre deux hommes.

Assez vite, les blagues sur Twitter ont dégénéré:

«Je...je ne peux pas. Michelle sera au courant.

Personne ne le saura, Barry. Personne.»

Newsletters

Nous ne nous soucions déjà plus de la guerre en Ukraine

Nous ne nous soucions déjà plus de la guerre en Ukraine

Le pays du président Zelensky a pourtant besoin de notre attention. Et de notre soutien.

Aux États-Unis, le mur de séparation entre l'Église et l'État va-t-il céder?

Aux États-Unis, le mur de séparation entre l'Église et l'État va-t-il céder?

Les récentes décisions laissent entrevoir la possibilité pour les États fédérés d'établir une religion officielle ou de financer un culte. C'est ce que réclame America First Legal, association d'anciens officiels de Trump.

Au Nigeria, près d'une centaine de personnes ont attendu des mois la venue du Christ dans le sous-sol d'une église

Au Nigeria, près d'une centaine de personnes ont attendu des mois la venue du Christ dans le sous-sol d'une église

Finalement, c'est la police qui est venue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio